Real Time Web Analytics

Mons Blog - Page 4

  • Conseil de sécurité du 13 mai 2020 : les décisions pour la phase 2 du déconfinement dès lundi 18 mai

    Imprimer

    Le Conseil national de sécurité (CNS), qui rassemble la Première ministre, les ministres-présidents des entités fédérées, les ministres compétents ainsi que des experts, s’est réuni ce mercredi 13 mai pour aborder de nombreux points concernant la phase 2 du plan de déconfinement progressif.

    MESURES de réouverture sous condition

    -La phase 2 du déconfinement sera enclenchée en Belgique

    à partir du 18 mai 2020

    - La reprise progressive des cours pour certains élèves de primaire et secondaire est confirmée

    - Les musées et les lieux historiques pourront rouvrir à partir du 18 mai sous certaines conditions (billetterie en ligne ou téléphonique, limitation d'accès, chemin tracé)

    - Les métiers de contact (coiffeurs, esthéticiennes,...) pourront rouvrir dès le 18 mai en respectant certaines conditions (port du masque obligatoire pour le personnel et les clients, distance de sécurité entre les clients)

    - Les marchés peuvent reprendre lundi prochain sous certaines conditions maximum 50 marchands qui seront masqués.

    - Les parcs animaliers (comme Pairi Daiza) peuvent rouvrir à partir du 18 mai sous certaines conditions ((billetterie en ligne ou téléphonique, limitation d'accès, chemin tracé)

    - 30 personnes seront désormais autorisées aux cérémonies comme les mariages et enterrements. Les réceptions après sont toujours interdites.

    - Les clubs sportifs de tout âge peuvent reprendre leurs activités et entraînements en extérieur (30 personnes maximum et supervisé par un entraîneur) Cafétarias fermée

    -Cérémonies officielles et religieuses (mariages,enterrement ) avec maximum 30 personnes mais respect distances sociales.

    logo BE-Alertlogo BE-Alert

    Ce mercredi 13 mai, le Conseil national de sécurité élargi aux Ministres-présidents s’est réuni et a pris la décision, sur base du rapport des experts du GEES, d’enclencher la phase 2 de notre plan de déconfinement à partir du 18 mai prochain.

    La prochaine étape de notre déconfinement n’aura pas lieu avant le 8 juin. Vu la multitude des activités à appréhender et leur impact sur les contacts interpersonnels, la phase 3 devra être suivie d’autres phases afin d’inscrire dans le temps la reprise de nos habitudes et de procéder de manière progressive et sécurisée.

    Plus d’informations sur l’adaptation des mesures ici : https://centredecrise.be/fr/news/deconfinement-lancement-de-la-phase-2-partir-du-18-mai

    Déconfinement : Lancement de la phase 2 à partir du 18 mai

    Ce mercredi 13 mai, le Conseil national de sécurité élargi aux Ministres-présidents s’est réuni et a pris la décision, sur base du rapport des experts du GEES, d’enclencher la phase 2 de notre plan de déconfinement à partir du 18 mai prochain.

    Cette phase repose principalement sur la reprise progressive des cours pour certains élèves dans l’enseignement primaire et secondaire et ceci, dans des conditions strictes d’organisation. A noter que les maternelles resteront fermées à ce stade et que l’enseignement supérieur a quant à lui déjà organisé sa fin d’année académique avec les autorités communautaires.

    Le deuxième volet de cette phase concerne la culture. Le CNS a décidé qu’à partir du 18 mai les musées et les infrastructures d’intérêt culturel - à savoir les demeures et monuments historiques, les châteaux et citadelles - pourront ouvrir à nouveau leurs portes mais à la condition d’instaurer un système de billetterie en ligne ou par téléphone et de prendre les dispositions nécessaires pour éviter les effets de foule à l’intérieur de leur établissement. Les bibliothèques restent ouvertes aux mêmes conditions que maintenant.

    Au niveau de la vie économique, il a été décidé que, dans cette phase 2, les métiers de contact pourront rouvrir, sous certaines conditions comme la prise de rendez-vous, le port du masque ou d’une protection couvrant le nez et la bouche pour le client et le personnel et le respect des distances de sécurité entre les clients. Par ailleurs, les marchés pourront être à nouveau organisés avec l’accord des autorités locales en sachant qu’ils doivent compter un maximum de 50 échoppes, qu’un plan de circulation devra être instauré et que les distances de sécurité devront toujours être d’application. Le port d’un masque ou d’une protection couvrant le nez et la bouche est obligatoire pour les commerçants et leur personnel et fortement conseillé pour les clients.

    Enfin, une série d’autres décisions ont été prises par rapport au sport et aux loisirs. Les infrastructures d’intérêt naturel comme les parcs animaliers pourront également rouvrir à condition qu’ils instaurent une billetterie en ligne ou par téléphone pour limiter l’accès au public, un plan de circulation et que les cafétérias et restaurants restent fermés au même titre que les attractions et les plaines de jeux. Les entraînements sportifs réguliers et les leçons en extérieur et en club pourront reprendre à condition qu’ils se pratiquent en respectant les distances de sécurité et en présence d’un entraîneur. Les groupes ne peuvent pas dépasser les 20 personnes et les clubs sportifs ne peuvent rouvrir qu’à condition que toutes les mesures soient prises pour assurer la sécurité des personnes. En ce qui concerne les mariages et les enterrements, il sera possible d’accueillir maximum 30 personnes lors des cérémonies à partir du 18 mai, sous certaines conditions dont le respect des distances de sécurité. Il ne sera par contre pas permis d’organiser une réception après la cérémonie.

    La prochaine étape de notre déconfinement n’aura pas lieu avant le 8 juin. Vu la multitude des activités à appréhender et leur impact sur les contacts interpersonnels, la phase 3 devra être suivie d’autres phases afin d’inscrire dans le temps la reprise de nos habitudes et de procéder de manière progressive et sécurisée.

    Le plan précis relatif au déconfinement progressif du domaine culturel et sportif sera communiqué dès qu’il aura fait l’objet d’un accord avec le GEES. De la même manière, nous aborderons de façon plus précise la reprise graduelle des activités touristiques et de la réouverture des restaurants, des terrasses et des cafés.

    Nous devrons également étudier dans quelle phase et dans quelles conditions nous pourrons élargir les contacts sociaux , envisager les stages d’été et les camps de mouvements de jeunesse cet été, autoriser la reprise des services de cultes sous certaines conditions et permettre l’organisation de manifestations et d’événements de taille diverse.

    Nous pouvons déjà vous dire que toute manifestation à caractère culturel, sportif, touristique et récréatif reste interdite jusqu'au 30 juin.

     

     

  • Expo « La Belgique dans tous ses états » au Mundaneum du 1er juillet 2020 au 3 janvier 2021

    Imprimer

    Concours Mons Blog:

    gagnez 5 x 2 entrées à l'exposition La Belgique dans tous ses états!

    Laissez un commentaire original au bas de cette publication en indiquant votre nom, prénom et adresse mail.

    Les gagnants seront prévenus par mail

    Lire la suite

  • Conseil de sécurité du mercredi 6 mai 2020 : les nouvelles mesures de déconfinement

    Imprimer

    logo BE-Alert

    Communiqué de la Première Ministre, Sophie Wilmès

    Ce mercredi 6 mai 2020, le Conseil national de sécurité élargi aux Ministres-présidents s’est réuni afin de valider, de compléter et de préciser la nouvelle phase de la stratégie de déconfinement, à savoir la phase 1b qui commencera le 11 mai prochain. Les experts ont donné le feu vert au lancement de cette nouvelle phase au regard de plusieurs critères favorables pour le moment, à savoir le nombre d’hospitalisations par jour, la tendance moyenne de ces hospitalisations qui est à la baisse par rapport aux semaines précédentes, le nombre de lits occupés dans les unités de soins intensifs, le testing et le tracing. Ces critères continueront à jouer un rôle dans le déconfinement graduel.

    Lisez la suite : https://centredecrise.be/fr/news/deconfinement-phase-1b-partir-du-11-mai-elargissement-des-contacts-sociaux-et-ouverture-des-0

    Mesures prises par le Conseil national de Sécurité du 6 mai 2020


    Ce mercredi 6 mai, le Conseil national de sécurité élargi aux Ministres-présidents s’est réuni afin de valider, de compléter et de préciser la nouvelle phase de la stratégie de déconfinement, à savoir la phase 1b qui commencera le 11 mai prochain.

    Les experts ont donné le feu vert au lancement de cette nouvelle phase au regard de plusieurs critères favorables pour le moment, à savoir le nombre d’hospitalisations par jour, la tendance moyenne de ces hospitalisations qui est à la baisse par rapport aux semaines précédentes, le nombre de lits occupés dans les unités de soins intensifs, le testing et le tracing.

    Ces critères continueront à jouer un rôle dans le déconfinement graduel.

    Afin de répondre à la détresse et aux difficultés suscitées par l’éloignement physique, le Conseil national de sécurité a tout d’abord décidé de permettre un élargissement supplémentaire des contacts sociaux à partir de dimanche prochain.

    À l’heure actuelle, il est possible de voir deux personnes - toujours les mêmes - à l’extérieur, pour une promenade ou faire du sport ensemble.

    Cette possibilité reste d’application.

    A partir du 10 mai, chaque foyer pourra accueillir à son domicile jusqu’à maximum quatre personnes – toujours les mêmes.

    Afin de limiter le nombre de contacts favorisant la dispersion du virus, les personnes invitées s’engagent à n’entrer que dans un seul foyer.

    L’objectif est de restreindre au maximum les silos qui se rencontrent et de garantir la réciprocité la plus grande possible.

    Cela, aux conditions suivantes :

    Les distances de sécurité doivent, bien entendu, être respectées avec les invités.

    Si le citoyen possède un jardin ou une terrasse, il est préférable d’organiser cette visite à l’extérieur.

    Il est évident qu’aucune visite ne peut être autorisée si un membre de la famille ou si la personne invitée est malade.

    Une attention particulière devra être apportée aux personnes plus âgées ou fragiles.

    Ce système facilite également le traçage des contacts qui ont eu lieu entre les personnes si l’une d’elles s’avérait positive au Covid-19.

    Nous continuerons à évaluer les possibilités d’élargir ces contacts au fur et à mesure des différentes phases. Ceci ne pourra se faire pour le 18 mai.

    Le 11 mai prochain, nous acterons également la réouverture des commerces. Cette réouverture devra – comme pour tout le reste - se faire dans le respect strict des règles suivantes :

    A l’instar de ce qui se pratique dans les commerces déjà ouverts - 1 seul client sera autorisé par 10m² et ce pendant 30 min maximum. Pour les plus petits commerces une exception est prévue.

    Il sera fortement recommandé à chaque client de porter une protection couvrant le nez et la bouche dans les commerces. En tout état de cause, les distances de sécurité doivent être respectées.

    Les employeurs seront responsables de la santé et de la sécurité de leurs employés, et devront tout faire pour garantir des conditions de travail sûres.

    Afin d’éviter les effets de foule, chacun devra faire ses courses seul(e). Une exception sera tolérée pour les enfants de moins de 18 ans – qui pourront être accompagnés d’un parent – et les personnes nécessitant de l’aide.

    Il est par ailleurs recommandé de se rendre dans les commerces situés dans une ville ou une commune proche de son domicile et de son lieu de travail. Les excursions et les activités touristiques demeurent interdites.

    Les rassemblements restent également interdits. Les autorités locales veilleront à l’application des distances de sécurité dans l’espace public et prendront les mesures nécessaires. Une priorité devrait être donnée aux personnes de plus de 65 ans, aux personnes à mobilité réduite et au personnel soignant.

    L’utilisation des transports en commun ne doit se faire que si vous n’avez pas d’alternative. L’objectif est de laisser leur accès aux personnes qui en ont le plus besoin.

    Les métiers de contact hors soins médicaux et paramédicaux resteront malheureusement fermés pour le moment.

    Les marchés ne pourront pas reprendre non plus à ce stade. Seuls les marchands ambulants isolés (alimentaires et non-alimentaires) pourront être autorisés ; et ce, par les autorités locales et aux emplacements habituels.

    Comme partout ailleurs, les distances de sécurité devront être respectées.

     

    Malheureusement, les cafés – les bars – les restaurants – et les lieux festifs, récréatifs, culturels et touristiques resteront fermés à ce stade également.

    La prochaine étape est actuellement estimée au 18 mai.

    Les Communautés et le monde de l’enseignement travaillent déjà de concert pour assurer une reprise progressive des cours dans les écoles primaires et secondaires.

    D’ici là, nous déterminerons avec les experts la faisabilité et les conditions pour :

    la reprise des marchés

    la réouverture des musées, des bibliothèques, des parcs zoologiques, etc.

    la réouverture des professions avec contact physique comme les coiffeurs

    l’élargissement du nombre de personnes présentes aux cérémonies de mariage et aux enterrements

    la reprise des entraînements sportifs à l’extérieur.

    La reprise des événements sportifs et culturels sera par ailleurs analysée par les experts sur base des travaux déposés par les ministres compétents pour pouvoir présenter un calendrier plus précis au travers des différentes phases la question relative aux excursions d’une journée, des séjours dans les résidences secondaires ou dans les gîtes sera évoquée lors de la préparation de la phase 3 (date estimée : 8 juin).


    Vous pouvez à nouveau visionner la conférence de presse ici :


    Plus d'informations :

    Site principal : Info-coronavirus.be(link is external)
    Numéro général : 0800 14 689
    Conférences de presse : news.belgium.be
    ⇨ retrouvez ici tous les liens utiles par thématiques(link is external)

     

    https://www.belgium.be/fr/actualites/2020/coronavirus

     

    Le Conseil National de Sécurité s’est réuni ce mercredi 6 mai dès 9 heures pour concrétiser la prochaine étape du déconfinement progressif de la Belgique (la phase 1B), malgré la présence toujours active du coronavirus Covid-19. Les mesures qui ont été prises sont annoncées dès 14h30.

    Suivez ce moment important sur Sudinfo.be

    laprovincelogo.png

    Lors de la conférence de presse qui a suivi le CNS, Sophie Wilmès a détaillé les mesures concernant l’ouverture des magasins le 11 mai et les conditions de sécurité qui y seront d’application.

    Il n’y aura qu’un client par 10 mètres carrés pour une durée de 30 minutes maximum. 

    Un masque sera recommandé dans les magasins.

    Les distances de sécurité doivent être respectées. L’employeur doit garantir des conditions de travail sûres pour ses employés.

    Il faut éviter l’effet de foule. Vous devrez faire vos courses seul. Seul un enfant de moins de 18 ans pourra être accompagné d’un parent. Les personnes qui ont besoin d’un soutien pourront aussi être accompagnées. On vous conseille aussi de faire vos courses dans des magasins près de votre domicile ou votre travail. Il faut rappeler que toutes activités touristiques restent interdites, comme les rassemblements. Les autorités locales veilleront au respect des règles. S’il y a trop de monde en rue ou au centre commercial, il faudra revenir plus tard.

    Évidemment, priorité sera donnée au personnel soignant, aux personnes de plus de 65 ans et à ceux qui ont des problèmes de mobilité.

    Certains commerces et services ne pourront pas rouvrir leurs portes dès le 11 mai.

    Certains commerces et services restent fermés jusqu’au 18 mai : bibliothèques, zoos, esthéticiennes, coiffeurs, tatoueurs et métiers avec contacts physiques.

    Les marchés ne pourront pas reprendre non plus dès le 11 mai (sauf les marchands ambulants isolés sont autorisés par les autorités locales et aux emplacements habituels).

    Les bars, restaurants et cafés restent aussi fermés.

    Les auto-écoles rouvriront le 11 mai, a confirmé mercredi, en séance plénière du parlement wallon, la ministre régionale en charge de la Sécurité routière, Valérie De Bue. Les cours théoriques et pratiques ainsi que certains examens (motos, autocars…) pourront y être organisés. Les examens pour les permis B (voiture) et C (camion), eux, « seront envisagés à partir du 25 mai afin de nous aligner avec les autres Régions », a-t-elle précisé

    VISITES FAMILIALES

    A partir du  10 mai possibilité de recevoir

                                 4 membres proches à la maison

    À partir de dimanche, jour de la fête des mères, les Belges auront la possibilité de recevoir quatre personnes à leur domicile. « Les phases consécutives ont suscité chez certaines un profond désarroi. Le fait d’avoir ouvert le champ des relations sociales n’a effectivement pas suffi à apaiser nombre de nos concitoyens », a justifié la Première ministre Sophie Wilmes. Le CNS a dès lors décidé de permettre un élargissement supplémentaire des contacts sociaux à partir de dimanche prochain, jour de la fête des mères. « À partir du 10 mai, chaque famille, pourra accueillir jusqu’à quatre personnes, mais qui doivent s’engager à ne venir que chez vous. Il sera nécessaire de respecter la distance. Si vous avez une terrasse ou un jardin, voyez-vous à l’extérieur », a exhorté Mme Wilmès, qui a aussi appelé à « faire particulièrement attention aux personnes âgées ».

     

     

     

     

     

  • Réouverture des parcs montois dès mercredi 6 mai 2020

    Imprimer

    Message du bourgmestre de Mons : Nicolas Martin

    En concertation avec la zone de police de Mons-Quévy, nous avons décidé de rouvrir au public les parcs communaux dès ce mercredi.

    L'accès au Waux-Hall, au parc de Jemappes, au parc d'Obourg, au parc Bonnaert à Ghlin et au parc du Beffroi est autorisé en respectant les consignes de sécurité sanitaire ci-dessous.

    Pour rappel, il est important de conserver au moins 1m50 de distance entre les personnes (sauf pour les personnes vivant sous le même toit) et de rester en mouvement (pique-nique, discussions sur un banc et même les bains de soleil sont interdits).

    Les activités physiques autorisées sont la promenade ou une activité physique n'impliquant par les contacts. Les activités doivent se pratiquer de préférence seul mais elles sont autorisées pour les personnes qui habitent sous le même toit ainsi qu'avec deux amis (toujours les mêmes), conformément aux décisions du Gouvernement fédéral.

    Nous comptons sur le sens des responsabilités de chacun afin que nous puissions faire en sorte que cette décision soit durable. Merci à tous et prenez bien soin de vous et de vos proches !

  • Ensemble,nous avançons en sécurité www.info-coronavirus.be

    Imprimer

    Pour éviter une deuxième vague de Covid-19, qui risquerait de mettre à mal tous nos efforts, il est important de respecter la levée progressive des mesures telle que décidée par le Conseil National de Sécurité.

    Il ne faut pas brûler les étapes et prendre au contraire aujourd’hui le temps de nous préparer chacun pour adapter notre vie familiale, personnelle et professionnelle aux nouveaux réflexes de santé publique que nous devons adopter.

    Il en va de la responsabilité de chacun dans un sens civique commun ; ensemble, c’est possible !

     Ci-dessous, vous trouverez un résumé de l'évolution des mesures au cours des différentes phases de déconfinement, tant d'un point de vue privé, que public ou professionnel.

     Nous vous invitons à prendre connaissance de l'arrêté ministériel du 30.04.2020 qui fait lumière sur différents points cruciaux tels que l'accès aux commerces, les marchés, le télétravail ou les transports publics : https://bit.ly/2KQVYrB

     Vous avez des questions ? Le site Info-coronavirus met à votre disposition une FAQ constamment mise à jour :

    https://www.info-coronavirus.be/fr/faq/

    covid19,coronavirus,

    CORONA04052020B.png

    Suivez également les infos sur la page Facebook de la ville de Mons https://www.facebook.com/VilledeMons

  • Lettre ouverte d'associations culturelles montoises concernant le projet immobilier Place de Bootle Mons

    Imprimer

    © D.R.

    Mons Blog communique pour information ci-dessous la lettre ouverte d'associations culturelles montoises

    Lettre ouverte à

    Monsieur Elio Di Rupo, Ministre-Président de la Région wallonne,

    Madame Valérie De Bue, Ministre du Patrimoine de la Région wallonne,

    Monsieur Willy Borsus, Ministre de l’Aménagement du territoire de la Région wallonne,

    Monsieur Pierre-Yves Dermagne, Ministre des Pouvoirs locaux,

    Monsieur Nicolas Martin, Bourgmestre de la Ville de Mons,

    Mesdames et Messieurs les Echevins de la Ville de Mons,

    Mesdames et Messieurs les membres du Conseil communal,

    Messieurs les Fonctionnaires délégué et technique de la Région wallonne,

    Madame la Directrice de l’AWAP,

    Nous, associations culturelles montoises, avons pris connaissance du projet de  constructions nouvelles pour la place de Bootle entre l’arrière de l’église Sainte-Elisabeth et le Gouvernement Provincial, projet faisant l’objet de la demande de permis d’urbanisme introduite par la société Novamons.

    Le mardi 10 mars, les riverains du quartier de la place de Bootle se sont réunis à l’initiative de l’association Sauvegarde et Avenir de Mons (SAMons) en vue d’obtenir des précisions sur le devenir de ce quartier et d’évoquer leur ressenti par rapport au projet.

    Après une présentation par l’architecte et les promoteurs et un échange de questions-réponses entre ceux-ci et la salle, les participants ont été invités à faire part de leurs réactions positives ou négatives sur le projet.

    De cette réunion ressort le fait que, bien que les participants reconnaissent la nécessité de restructurer l'ensemble du quartier et de ramener des habitants au centre-ville, ils estiment que cette démarche ne peut se faire de manière non concertée ignorant les riverains, la population montoise dans son ensemble et la qualité patrimoniale du centre urbain.

    Ils interrogent et nous interrogeons la Ville quant à la procédure d’aliénation de l’espace public pour une utilisation privée.

    Ils contestent et nous contestons le choix d’implanter à cet endroit 6000 m² de bureaux générateurs de circulation automobile et d’un besoin important en stationnement.

    Ils dénoncent et nous dénonçons  le fait que le Collège communal se soit  résolument écarté d'une démarche participative démocratique en permettant à un promoteur d'introduire une demande prévoyant d'utiliser l'espace public commun sans que la population ait eu la possibilité, via le Conseil communal, et par consultation, de faire valoir ses conditions préalables dans l'intérêt général.  Cette consultation aurait permis d’estimer les besoins collectifs (espaces verts dignes de ce nom à l'échelle du quartier, espaces publics apaisés, parkings...) et d'énoncer un certain nombre de conditions d'ordre urbanistique de nature à donner de la valeur durable au projet.

    Alors que Mons est capitale culturelle de la FWB et fut capitale culturelle européenne en 2015, la cohérence et la valeur du Patrimoine culturel immobilier, mis en avant par la Ville, semblent ici être ignorées.

    Recoudre un quartier, dévasté par des opérations urbanistiques malencontreuses passées, certes ! Mais en harmonie et équilibre avec le tissu environnant existant !

    Les participants à la réunion déplorent et nous déplorons les gabarits trop élevés, les vis-à-vis plus que malencontreux, une utilisation de matériaux et de teintes hors contexte dont l’harmonie avec les matériaux et teintes des matériaux déjà présents semblent très douteuse (de plus, cela s’écarte des règles de bonne conduite pour l’intégration et la préservation du patrimoine de l’intra-muros). Ils rappellent en outre que l’intra-muros montois constitue la zone de protection du beffroi, reconnu Patrimoine mondial par l’Unesco.

    Ils constatent et nous constatons le nombre très important de dérogations et d’écarts aux règlements et guides régionaux et communaux d’urbanisme sollicités par le demandeur, dérogations et écarts qui démontrent à suffisance l’inadaptation du projet au contexte urbain.

    Ils questionnent et nous questionnons la Ville quant à l’impact réel sur les circulations automobiles dans ce quartier (ce qui ne peut se limiter à des comptages spéculatifs).

    En conséquence, nous, associations culturelles montoises, réclamons que soit programmée d’urgence, une concertation avec tous les acteurs, usagers et habitants, en vue d’aboutir à un autre projet.

     

    Association des Montois-Cayaux

    Cercle archéologique de Mons

    Maison de la Mémoire de Mons

    Sauvegarde et Avenir de Mons

    Société des Sciences, des Arts et des Lettres du Hainaut

    Royal Théâtre wallon « les XV »

     

    Ci-dessous vidéo de présentation du projet de Nova Mons

    https://novamons.be/

  • Les balades à moto autorisées dès lundi 4 mai 2020 sous condition et à maximum 3

    Imprimer

     

    Un nouveau décret ministériel vient d'être signé avec les mesures à partir de ce lundi.

    À partir du 4 mai 2020, il sera autorisé à utiliser la moto pour une activité sportive en plein air.

    Cependant, cela concerne une visite qui commence et se termine à la maison sans visiter les sites ou les soi-disant «points chauds» sur le chemin.

    Cette activité ne doit pas non plus être menée avec plus de 3 moteurs ensemble.

    Je vous invite tous, bien entendu, à respecter à tout moment les règles de sécurité et les codes de la route afin d’éviter une pression supplémentaire sur nos services d’urgence

     

    Le decret complet est à télécharger ci-dessous

    https://pieterdecrem.be/uploads/media/30.04.2020_-_Gehandtekende_versie_MB_-_FINAL_DRAFT.pdf

     

    Depuis l’entrée en vigueur du confinement, l’usage de la moto était réservé aux trajets pour se rendre au travail, au supermarché, à la pharmacie ou aux pépinières.

    VOICI INFOS sur le site de la Fédération Mototocycliste Wallone de Belgique

    Covid 19 – Moto récréative autorisée dès le 4 mai sous conditions

    En application de l’Arrêté ministériel portant des mesures d’urgence pour limiter la propagation du coronavirus COVID-19 du 30 avril 2020 modifiant ce même Arrêté du 23 mars 2020, la moto pourra à nouveau être utilisée pour une activité récréative de plein air dès le 4 mai 2020.

    Attention, 4 conditions sont imposées. En cas de transgression à l’une de ces conditions, vous risquez une amende :

    • La balade doit commencer et se terminer depuis le domicile
    • Aucun arrêt sur des sites touristiques ou autre centres d’intérêt n’est autorisé
    • Un passager est admis à conditions qu’il réside sous le même toit.
    • Maximum 3 motos.

    Le code de la route reste bien sûr de stricte application.

    Je lance également un appel à la responsabilité de tous les motards en Belgique au niveau du respect des règles de sécurité liées au Covid-19, au niveau du respect strict du code de la route et à la non prise de risques en matière de conduite.

    Montrez au monde politique que vous êtes digne de la confiance qu’il nous accorde en nous autorisant, les premiers, à pouvoir effectuer des déplacements non nécessaires en véhicule motorisé !

    Prouvez leur que le motocyclisme de loisirs, discipline sportive reconnue au sein de la FMWB et de la VMBB, est bel et bien un sport populaire pratiqué par des pilotes et passagers responsables et soucieux du respect d’autrui.

    Prenez du bon temps, aérez vous l’esprit en toute sécurité !

    Didier Frérot,

    Président de la Fédération Motocycliste Wallone de Belgique

    https://www.fmwb.be/#

  • Déconfinement phase 1a ce lundi 4 mai 2020 en Belgique

    Imprimer

     Déconfinement :

                  Focus sur la phase 1-A

    dès la 4 mai 2020

     Pour les industries et les services B2B :

    Le télétravail reste la norme.

    Il sera permis de pallier l’impossibilité de respecter les distances de sécurité dans une entreprise par le biais du respect d’une série de recommandations sanitaires, dont le port du masque.

    En ce qui concerne l’organisation du travail, le Groupe des Dix a adopté un guide général de bonnes pratiques qui servira de base à des accords sectoriels ou en entreprise à conclure.

    Il sera ainsi une référence pour un redémarrage économique progressif dans des conditions saines et sûres pour toutes et tous.

     Pour les commerces et l’horeca :

    Les règles ne changent pas, à l’exception des magasins de tissus et les merceries qui pourront rouvrir, au vu du rôle important qu’ils joueront par rapport aux protections couvrant le nez et la bouche.

     Au niveau de la santé :

    Ces dernières semaines, l’épidémie a eu un impact important sur l’offre de soins, tant au niveau de la médecine de première ligne que des hôpitaux.

    Des groupes de travail étudient déjà comment répondre à la fois à l’impératif de continuer à offrir les meilleurs soins aux personnes infectées par le covid-19 tout en élargissant graduellement et de façon sécurisée l’accès aux soins de santé généraux et spécialisés.

    La volonté est que, le plus rapidement possible, chacune et chacun puissent avoir accès aux soins de santé de manière à nouveau « normale » tout en évitant de saturer les infrastructures médicales nécessaires à la prise en charge des malades du virus.

     Au niveau de la vie quotidienne :

    L’activité physique en extérieur sera permise avec deux personnes maximum, en plus de celles qui vivent sous le même toit, à condition de toujours respecter les distances de sécurité.

    Il sera également permis de pratiquer d’autres activités sportives à l’air libre et sans contact.

    Si ces activités nécessitent une infrastructure, il n’en demeure pas moins que l’accès aux vestiaires et aux douches communes ainsi qu’aux cafétérias reste interdit. 


    Pour toute question concernant le déconfinement et ses mesures,visitez le site officiel https://www.info-coronavirus.be/fr/faq/ 

    https://www.mons.be/

     

    Vendredi, après huit heures de réunion, le Conseil National de Sécurité -qui associe également le gouvernement fédéral et les ministres-présidents- a accouché d’un processus de déconfinement en plusieurs phases.

    Pour rappel, la première phase s’articule autour de deux dates. La première est lundi. Dans la sphère économique, le télétravail restera la règle dans la mesure du possible mais les partenaires sociaux ont validé un guide de bonnes pratiques qui permettra de pallier à l’impossibilité de respecter les distances de sécurité dans une entreprise, par exemple par le port du masque.

     

     

    L’accès classique aux soins de santé reprendra également de manière graduelle afin de permettre à tout un chacun de se faire soigner normalement. La plupart des soins non urgents ont été reportés pour permettre aux hôpitaux de se concentrer sur le coronavirus et éviter la contamination d’autres patients mais bon nombre de personnes, par exemple des malades chroniques, doivent être à nouveau pris en charge normalement.

    Les écoles de même que les commerces resteront fermés. Seule exception : les merceries et magasins de tissu. L’un des instruments du déconfinement est en effet le port du masque en tissu, qui protège l’entourage du porteur, ou éventuellement une écharpe ou un bandana. Il sera obligatoire dans les transports en commun dès le 4 mai.

    La règle imposant de rester chez soi, sauf déplacement pour se rendre au travail, faire des courses ou pour des soins, reste d’application. L’activité physique en extérieur sera permise avec deux personnes au maximum en respectant les distances de sécurité. L’activité sportive pourra aussi reprendre mais à l’air libre et sans contact.

    Un autre instrument du déconfinement est le traçage des malades et des personnes qu’ils ont fréquentées. Un système reposant sur des call centers se met en place. Les Régions s’activent pour commencer dès le 4 mai par une phase de test avant un lancement en rythme de croisière le 11 mai, quand la phase 1B devrait commencer avec la réouverture des commerces.

    AVIS DU MINISTRE DE CREM 30 AVRIL

    Un nouveau décret ministériel vient d'être signé avec les mesures à partir du lundi 4 mai 2020. Il est important de continuer à souligner que des mesures telles que rester à la maison (surtout quand vous êtes malade), se laver les mains, garder un mètre et demi loin, le nombre limitant les contacts au minimum et éviter les contacts physiques.

    Un certain nombre de principes seront modifiés à partir du 4 mai :

     Rencontre avec deux personnes pour pratiquer une activité sportive à l'extérieur si vous gardez assez de distance 

     À partir du 4 mai 2020, il sera également autorisé à utiliser la moto pour une activité sportive. Cependant, il s'agit d'une tournée qui commence et se termine à la maison sans visiter les vues ou soi-disant " hotspot

    Cette activité ne peut pas non plus être réalisée avec plus de 3 moteurs ensemble. Bien sûr, je vous invite tous à respecter de près les règles de sécurité et la législation sur la circulation afin d'éviter une pression supplémentaire sur nos services d'urgence ;

     Les entreprises ouvrent mais le télétravail reste la norme. Si cela n'est pas possible, les entreprises prennent les mesures nécessaires pour assurer le respect maximal de la distance sociale (distance de sécurité) ;

     Les magasins de détail spécialisés dans la vente de tissus et accessoires sont autorisés à rouvrir afin que les masques à bouche puissent être fabriqués eux-mêmes. Je soutiens explicitement toutes les initiatives individuelles et locales dans notre pays pour faire des masques à bouche (voir : https://maakjemondmasker.be/);

     En entrant dans la gare, sur la plateforme ou un arrêt, dans le bus, le métro (pré), le tram ou le train tout le monde est obligé de bouche et nez dès l'âge de 12 ans, couvrir avec un masque ou tout autre alternative en tissu.

    Les chiffres Corona évoluent dans la bonne direction ces derniers jours. Cette évolution favorable est le résultat direct de tous les efforts que chaque belge a déployés ces dernières semaines pour diguer ce Coronavirus.

    Je tiens à vous remercier tous pour ces efforts et je voudrais tous vous encourager à continuer.

    Vous pouvez lire le texte intégral du MB sur mon site web :
    https://bit.ly/2VREPV9

    Peter De Crem

  • Distribution gratuite de masques lavables en tissu aux montois

    Imprimer

    Distribution des masques à Mons (7000) ce lundi 18 et mardi 19 mai

    Lire la suite

  • Conseil National de sécurité du 24 avril 2020: les mesures en cours et celles d'un déconfinement progressif

    Imprimer

    coronavirus,covid19,belgium

    Date: 25/04/2020 01:46:16

    logo BE-Alert

    Message de la Première Ministre, Sophie Wilmès

    Coronavirus : la Belgique a fixé sa stratégie de « sortie de crise »

    Sur la base d’un avis du Groupe d’Experts en charge de l’Exit Strategy (GEES), le Conseil National de Sécurité s’est réuni ce vendredi 24 mars au Palais d’Egmont pour définir la stratégie de déconfinement de la Belgique par rapport à la crise du Coronavirus. Pour rappel, le gouvernement fédéral et les entités fédérées ont pris ensemble une série de mesures depuis le 12 mars dernier afin de freiner la propagation du COVID-19 dans notre pays. 

    Les indicateurs encourageants – tels que la diminution du nombre d’hospitalisations journalières ou l’aplatissement de la courbe des décès liés au virus – permettent aujourd’hui d’envisager un déconfinement graduel. Les autorités insistent néanmoins sur le fait que le virus est toujours présent sur notre territoire et reste dangereux pour la population. 

    Les mesures strictes de confinement sont maintenues, au plus tôt, jusqu’au 3 mai inclus. 

    Ensuite, la Belgique pourrait entamer son processus de déconfinement, si les conditions le permettent.

    Il est important de souligner que certaines règles resteront en vigueur, peu importe la phase de déconfinement dans laquelle nous nous trouvons. 

    Il s’agit : 

    • De la limitation des contacts entre personnes ; 
    • Du respect des distances de sécurité ; 
    • Des bons réflexes en matière d’hygiène, appelés aussi « gestes-barrières ». 

    Lisez la déclaration complète sur https://www.info-coronavirus.be/fr/news/cns-24-04/


    Coronavirus : la Belgique a fixé sa stratégie de sortie de crise

    Communiqué de presse de la Première Ministre

    Sur la base d’un avis du Groupe d’Experts en charge de l’Exit Strategy (GEES), le Conseil National de Sécurité s’est réuni ce vendredi 24 mars au Palais d’Egmont pour définir la stratégie de déconfinement de la Belgique par rapport à la crise du Coronavirus. Pour rappel, le gouvernement fédéral et les entités fédérées ont pris ensemble une série de mesures depuis le 12 mars dernier afin de freiner la propagation du covid-19 dans notre pays. Les indicateurs encourageants – tels que la diminution du nombre d’hospitalisations journalières ou l’aplatissement de la courbe des décès liés au virus – permettent aujourd’hui d’envisager un déconfinement graduel. Les autorités insistent néanmoins sur le fait que le virus est toujours présent sur notre territoire et reste dangereux pour la population.

    Les mesures strictes de confinement sont maintenues, au plus tôt, jusqu’au 3 mai inclus. Ensuite, la Belgique pourrait entamer son processus de déconfinement, si les conditions le permettent.

    Tout mesure qui n’est pas explicitement supprimée est maintenue.

    Les règles qui resteront en vigueur

    Il est important de souligner que certaines règles resteront en vigueur, peu importe la phase de déconfinement dans laquelle nous nous trouvons. Il s’agit :

    • De la limitation des contacts entre personnes ;
    • Du respect des distances de sécurité ;
    • Des bons réflexes en matière d’hygiène, appelés aussi « gestes-barrières ».

    Se couvrir la bouche et le nez

    Se couvrir la bouche et le nez fera partie des bonnes pratiques pendant ce déconfinement. Cela peut se faire par l’intermédiaire d’un masque dit « de confort » ou d’une autre protection alternative (écharpe, bandana). Cette pratique sera :

    • Fortement recommandée dans l’espace public,
    • Obligatoire dans les transports en commun pour les usagers de 12 ans et plus. Cette mesure entrera en vigueur à partir du 4 mai.

    Cette pratique n’est pas une protection suffisante si elle ne s’envisage pas dans le cadre du respect des distances de sécurité et des mesures d’hygiène.

    Le gouvernement fédéral et les entités fédérées travaillent ensemble afin de procurer gratuitement à chaque citoyen au moins une protection en tissu normé. Diverses initiatives vont en ce sens. Les autorités souhaitent également distribuer deux « filtres » à chaque citoyen afin que celles et ceux qui le souhaitent puissent les intégrer dans les masques déjà acquis ou confectionnés. Les masques chirurgicaux et FFP2 restent, quant à eux, réservés aux professionnels de soins de santé, des maisons de repos, des collectivités ainsi que des services de sécurité.

    Dans le monde du travail, l’employeur – y compris public – devra fournir des moyens de protection aux travailleurs, si cela s’avère nécessaire.

    L’usage des transports en commun

    Le déconfinement progressif engendra inévitablement une hausse de l’usage des transports en commun. Afin d’éviter les effets de foule, il est conseillé de :

    • Faire en sorte de se déplacer par ses propres moyens (marche, vélo, voiture, etc.) afin de laisser la priorité aux personnes qui ont le plus besoin des transports en commun ;
    • Éviter les heures de pointe, quand c’est nécessaire.

    Stratégie de déconfinement

    L’ensemble des dates qui suivent sont susceptibles de changer en fonction de la situation sanitaire et de l’évolution du virus.

    1. Phase 1 – a (4 mai, estimé)

    • Pour les industries et les services B2B

    Le télétravail reste la norme. Il sera permis de pallier l’impossibilité de respecter les distances de sécurité dans une entreprise par le biais du respect d’une série de recommandations sanitaires, dont le port du masque. En ce qui concerne l’organisation du travail, le Groupe des Dix a adopté un guide général de bonnes pratiques qui servira de base à des accords sectoriels ou en entreprise à conclure. Il sera ainsi une référence pour un redémarrage économique progressif dans des conditions saines et sûres pour toutes et tous.

    • Pour les commerces et l’horeca

    Les règles ne changent pas, à l’exception des magasins de tissus et les merceries qui pourront rouvrir, au vu du rôle important qu’ils joueront par rapport aux protections couvrant le nez et la bouche.

    • Au niveau de la santé

    Ces dernières semaines, l’épidémie a eu un impact important sur l’offre de soins, tant au niveau de la médecine de première ligne que des hôpitaux. Des groupes de travail étudient déjà comment répondre à la fois à l’impératif de continuer à offrir les meilleurs soins aux personnes infectées par le covid-19 tout en élargissant graduellement et de façon sécurisée l’accès aux soins de santé généraux et spécialisés. La volonté est que, le plus rapidement possible, chacune et chacun puissent avoir accès aux soins de santé de manière à nouveau « normale » tout en évitant de saturer les infrastructures médicales nécessaires à la prise en charge des malades du virus.

    • Au niveau de la vie quotidienne

    L’activité physique en extérieur sera permise avec deux personnes maximum, en plus de celles qui vivent sous le même toit, à condition de toujours respecter les distances de sécurité. Il sera également permis de pratiquer d’autres activités sportives à l’air libre et sans contact. Si ces activités nécessitent une infrastructure, il n’en demeure pas moins que l’accès aux vestiaires et aux douches communes ainsi qu’aux cafétérias reste interdit.

    2. Phase 1 – b (11 mai, estimé)

    • Pour les commerces

    Cette phase permettra de rouvrir tous les commerces, en même temps, sans discrimination de taille et de secteur, laissant ainsi à chacun les mêmes chances de réussite. Cette réouverture s’envisagera impérativement sous conditions. Celles-ci seront définies en concertation avec les secteurs et les partenaires sociaux. Elles seront de trois natures :

    • L’organisation du travail,
    • L’accueil des clients,
    • La limitation de l’accès aux commerces pour éviter les effets de foule. Ne sont pas concernées les professions impliquant des contacts physiques.
    • Au niveau de la vie quotidienne

    Nous clarifierons également l’avenir des compétitions sportives à court terme.

    3. Phase 2 (18 mai, estimé)

    • Pour les commerces

    Il sera examiné si et sous quelles conditions les professions impliquant des contacts physiques (comme les coiffeurs).

    • Au niveau de la culture

    L’ouverture des musées pourra être envisagée, sous conditions également. Par exemple, via le développement d’un système de ticketing.

    • Au niveau de la vie quotidienne

    Pour les sports d’équipe, l’entrainement physique en plein air sera permis au sein d’un club reconnu uniquement, et moyennant le respect de certaines consignes.

    • Au niveau de l’enseignement

    La reprise des cours sera très progressive, avec une réouverture dès le 18 mai. Elle ne concernera pas tous les élèves. Chaque communauté aura la charge d’élaborer, en concertation avec le secteur, l’opérationnalisation de cette décision. Certaines pistes seront aussi étudiées :

    • La possibilité d’autoriser les réunions privées à domicile,
    • Celle d’autoriser la présence d’un plus grand nombre de personnes aux mariages et aux enterrements,
    • Celle de permettre à plus de deux personnes de pratiquer une activité en extérieur,
    • La possibilité d’organiser des excursions d’une journée dans certaines régions du pays ou de se rendre dans sa seconde résidence.

    4. Phase 3 (au plus tôt le 8 juin, estimé)

    Plusieurs points devront être examinés :

    • Les modalités de réouverture éventuelle et progressive des restaurants ; et puis des cafés, des bars. Ceci devra se faire, en tout état de cause, sous conditions strictes.

    • Les différentes activités estivales comme les voyages à l’étranger, les camps des mouvements de jeunesse (une décision devrait être prise d’ici la fin mai), les stages, les attractions touristiques mais aussi les événements en plein air de plus petite envergure.

    La seule certitude, c’est que les événements de masse de type « festival » ne seront pas autorisés avant le 31 août.

    Conditions de réussite

    Pour assurer le déconfinement dans les meilleures conditions possibles, le testing et le tracing joueront un rôle prépondérant.

    En ce qui concerne le dépistage, l’objectif est de pouvoir offrir un test de laboratoire à toutes les personnes qui en ont besoin, c’est-à-dire ceux qui présentent des symptômes et pour qui un médecin suspecte une infection, les personnes fortement exposées au virus de par leur profession et les personnes exposées au virus après un contact intense avec une personne infectée.

    La capacité de nos laboratoires atteindra 25.000 tests PCR par jour pour le 4 mai, et cette capacité sera extensible jusqu’à 45.000. Afin de fournir un appui à la réalisation des tests, les laboratoires publics et privés ainsi que la plateforme fédérale sont pleinement mobilisés.

    Concernant l’approvisionnement en matériel médical, les livraisons continuent et nous disposons d’un stock de matériel d’achat suffisant.

    Pour le tracing, une stratégie coordonnée entre les régions et les communautés sera mise en place, avec l’appui des experts fédéraux.

     

    https://www.belgium.be/fr

     Les règles toujours en vigueur :

     Limitation des contacts entre personnes ;
     Respect des distances de sécurité ;
     Adoption des bons réflexes en matière d’hygiène, appelés aussi « gestes-barrières ».

    Se couvrir le nez et la bouche (avec masque de confort ou alternative comme foulard ou écharpe ) :

     Fortement recommandée dans l’espace public,
     Obligatoire dans les transports en commun pour les usagers de 12 ans et plus. Cette mesure entrera en vigueur à partir du 4 mai.
     Des masques et de filtres seront distribués aux citoyens.

     L'usage des transports en commun :

     Faire en sorte de se déplacer par ses propres moyens (marche, vélo, voiture, etc.) afin de laisser la priorité aux personnes qui ont le plus besoin des transports en commun ;
     Éviter les heures de pointe, quand c’est nécessaire


    Aucune description de photo disponible.

    L’image contient peut-être : texte

    L’image contient peut-être : texte

    Aucune description de photo disponible.

  • Distribution de masques chirurgicaux aux dentistes,kinés,infirmiers,sage-femmes lundi 27 avril 2020 salle Calva de Ghlin de 8h à 14h

    Imprimer

    5A5A31F3-EC7C-4A18-8E37-BF2B97BFF5C2.jpeg

     Avis aux dentistes, aux kinésithérapeutes, aux infirmiers à domicile et aux sage-femmes : distribution de masques chirurgicaux

    Ce lundi 27 avril 2020, la Ville de Mons organisera une distribution de masques chirurgicaux destinés uniquement aux dentistes, aux kinésithérapeutes, aux infirmiers à domicile et aux sage-femmes, sur base de la liste des autorités fédérales.

     Cette distribution aura lieu le 27 avril au Calva de Ghlin (Place de Ghlin) de 8h00 à 14h00.

    Concrètement, il sera distribué 1 boite de 50 masques chirurgicaux par dentiste, kinésithérapeute, infirmier à domicile et par sage-femme reconnus que ceux-ci travaillent en groupement ou de manière individuelle. Précisons qu'il ne s'agit pas des masques KN95 équivalents FFP2 qui font désormais l'objet de nouvelles vérifications par le SPF Economie.

    Pour recevoir les masques, chaque professionnel devra impérativement présenter :

    sa carte d’identité ;

    une preuve de son numéro INAMI ;

     une preuve de domicile sur le territoire montois

    En cas de procuration, il sera indispensable que celle-ci soit accompagnée de la carte d’identité de la personne présente + du bénéficiaire de la procuration (les photocopies ne seront pas acceptées).

    Un registre sera tenu par les personnes en charge de la distribution afin de pouvoir retracer qui a reçu quoi et ainsi éviter les doubles distributions.

     

  • Indemnités compensatoires aux petites entreprises et indépendants wallons.

    Imprimer

    Le 18 mars 2020, le Conseil National de Sécurité a renforcé ses mesures pour lutter contre le coronavirus.

    Afin de soutenir les entreprises et indépendants directement impactés par ces mesures, le Gouvernement wallon a constitué un fonds extraordinaire de 233 millions EUR. 

    Les entreprises et indépendants fortement touchés par les mesures liées à la lutte contre le coronavirus seront indemnisés à hauteur de 5.000 EUR sous réserve d’acceptation après vérification de votre dossier par les agents du Service Public de Wallonie.

    Ai-je droit à cette indemnité ?

    Entrez votre numéro d’entreprise ou numéro TVA afin de le vérifier.

    Ex: BE876452903, BE0876.452.903, 0876.452.903

    Vous ne connaissez pas votre numéro d’entreprise ?
    Vous le retrouverez facilement sur le site de la Banque Carrefour des Entreprises (BCE)

     

    Pour aider les PME et indépendants à faire face à la situation difficile dans laquelle ils sont plongés suite à l’épidémie de coronavirus, le gouvernement wallon a mis en place une prime unique et forfaitaire de 5000 euros.

    Cependant, bon nombre d’entre vous, qu’ils soient indépendants ou chef d’entreprise, m’ont fait part de leur déception car leur secteur d’activités n’était pas éligible à l’obtention de cette prime.

    En tant que députée wallonne, je me suis chargée de faire remonter un maximum de vos interrogations.

     Ce mercredi, le gouvernement wallon, à l’initiative de notre Ministre de l'Economie Willy Borsus, a pu débloquer 285 millions d'euros supplémentaires pour de nouvelles mesures en faveur des PME et des indépendants.

     Ces nouveaux moyens mobilisés permettront de prendre les mesures suivantes :

     Une indemnité compensatoire unique et forfaitaire de 5.000 € par entreprise sera également accordée aux très petites ou petites entreprises ainsi qu’aux indépendants exerçant leur activité à titre principal ou à titre complémentaire (s’ils paient des cotisations) et qui s’avèreraient fermées ou totalement à l’arrêt en conséquence des mesures adoptées par le Conseil national de sécurité et qui relèvent des domaines suivants :

    Commerce et réparation d’automobiles et de motocycles,
    Arts, spectacles et activités récréatives (salles de sport, activités sportives et de loisirs…)
     Intermédiation en achat, vente et location de biens immobiliers
     Salles de cinéma

     Une indemnité compensatoire unique et forfaitaire de 2.500 € sera accordée aux indépendants et entreprises ayant dû interrompre substantiellement leur activité en mars et en avril 2020 et qui ont bénéficié du droit passerelle complet pour les mois de mars ou avril.

    Un prêt « ricochet » de 45.000 € maximum à un taux très favorable est mis en place et destiné aux entreprises et indépendants qui ont besoin de trésorerie pour franchir ce cap.
    Ce prêt bénéficiera d’une franchise en capital de 6 mois maximum et ne pourra pas être cumulé avec les deux mécanismes d’indemnisation.


    La Wallonie pourra octroyer jusqu’à 5.000 crédits.

    La demande de prêt doit être introduite auprès de sa banque et doit être introduite via le site https://indemnitecovid.wallonie.be/#/

    Pour qui ?

    Le Gouvernement wallon octroie une indemnité forfaitaire unique de 5.000 EUR à chaque entreprise et indépendant fortement touchés par les mesures du Conseil National de Sécurité dans la lutte contre le coronavirus. Pour pouvoir bénéficier de cette indemnité, vous devez être une petite ou micro-entreprise en activité, avoir un siège en Wallonie et être actif dans un des secteurs visés.

    En savoir plus

    Comment ?

    Votre demande doit être introduite sur cette plateforme. Entrez dans le cadre ci-dessus votre numéro d'entreprise ou numéro TVA et suivez les instructions pas à pas. Vous avez jusqu'au 12 mai pour entrer votre dossier. Au plus le dossier sera complet et clair, au plus vite il sera traité.

    En savoir plus

    Aides complémentaires et alternatives

    Outre l'indemnité compensatoire, une série de mesures économiques et mécanismes financiers sont accessibles aux entreprises et indépendants wallons. Prêts, garanties, report de paiement, chômage temporaire… Retrouvez l'ensemble des solutions sur le site du 1890.

    En savoir plus

    www.indemnitecovid.wallonie.be

     

  • La ville de Mons va organiser une distribution de masques en tissus réutilisables et lavables

    Imprimer

    Communiqué du bourgmestre de Mons,Nicolas Martin,lundi 20 avril 2020 17h via Facebook

    Étant donné l’absence de coordination fédérale en vue de commander et de distribuer des masques pour la population, nous avons une fois de plus décidé de prendre l’initiative d’avancer de manière autonome à l’échelle de la Ville de Mons, en concertation avec les communes voisines.

    Avec l’approche du déconfinement, il sera en effet important que la population dispose de masques, car il est très probable que le Gouvernement fédéral en impose l’utilisation après la fin du confinement.

    La Ville de Mons va donc organiser elle-même des commandes et des distributions de masques afin d'équiper notre population face au virus.

    Bien entendu, les quantités nécessaires pour une ville de la taille de Mons nécessitent une logistique très lourde : on ne pourra pas agir comme le font les petites communes rurales, sur base de la bonne volonté des couturières locales. Il nous faut au moins 200.000 masques.

    Cela se fera donc de manière progressive, en fonction des capacités de production. Cela ne doit bien entendu pas empêcher les citoyens qui en ont la possibilité, de prendre des initiatives pour s’en fournir de leur côté.

    Mais il nous a semblé important de pouvoir prendre à nouveau nos dispositions en vue de protéger les Montoises et les Montois, et notamment les plus fragiles, les plus âgés, les malades et les personnes isolées qui auront des difficultés à s’en procurer quoi qu’il arrive.

    Il s’agira de masques en tissu, réutilisables et lavables.

    Ils seront progressivement distribués gratuitement à toutes les Montoises et tous les Montois, selon des modalités qui vous seront communiquées prochainement.

    Sachez que le Collège communal de Mons, de même que les autorités communales du Borinage, font le maximum pour protéger notre population et anticiper des décisions fédérales qui ne nous ont pas encore été communiquées.

  • Nouvelles mesures prises par le gouvernement fédéral le 15 avril 2020

    Imprimer

    conférencedepresse,belgium,coronavirus

    Le confinement prolongé jusqu’au 3 mai 2020

    Mesures prises par le Conseil national de Sécurité du 15 avril 2020

    Lors du Conseil National de Sécurité (CNS) de ce mercredi 15 avril, plusieurs décisions ont été prises. Comme à chaque fois, ces décisions reposent sur les avis des experts scientifiques.

    Il a été décidé lors de cette réunion du CNS, en concertation avec les Ministres-présidents, de prolonger les mesures de confinement actuellement en vigueur jusqu’au 3 mai inclus.

    Afin de rendre cette prolongation de confinement plus soutenable, nous avons également décidé que :

    • Les magasins de bricolage et les jardineries pourront rouvrir leurs portes, aux mêmes conditions que les magasins d’alimentation. Les distances de sécurité devront donc être d’application ;
    •  
    • Nous autorisons également les résidents des structures d’hébergement – c’est-à-dire les maisons de repos et de soins ou les centres pour personnes avec un handicap par exemple – à recevoir la visite d’un proche désigné. Cela, à condition que le résident en question ne présente aucun symptôme de la maladie depuis deux semaines. Cette personne devra toujours être la même. Les maisons de repos se chargeront de l’organisation de ces visites. Ces règles seront aussi d’application pour les personnes qui vivent seules et qui ne peuvent pas se déplacer.

    Les consignes de base restent inchangées jusqu’au 3 mai et doivent impérativement être respectées. Les forces de l’ordre continueront à s’en assurer.

    Un nouveau Conseil National de Sécurité sera organisé la semaine prochaine et aura pour objectif d’élaborer de manière plus précise la prochaine étape du déconfinement.

    Notre objectif est de pouvoir organiser le déconfinement progressif pour le début du mois de mai. A noter qu’il s’agira d’un processus évolutif et basé, comme toujours, sur les travaux des scientifiques.

    Cette stratégie reposera sur plusieurs piliers, à savoir les distances de sécurité, le dépistage à grande échelle mais aussi le tracing, et le développement de nouvelles règles à appliquer dans le monde du travail.

    Il est clair que le port du masque – même dit de confort – jouera aussi un rôle important dans la stratégie de déconfinement. Un premier rapport nous a été remis par les scientifiques et les représentants fédéraux et régionaux de la santé.

    Il nous indique que, lorsque les mesures de confinement seront levées progressivement, les masques en tissu seront conseillés pour toute situation où les distances de sécurité ne peuvent être respectées.

    Cela passera notamment par une production nationale. Néanmoins, les masques ne remplaceront pas les mesures d’hygiène et les distances de sécurité.

    A court-terme, le Conseil National de Sécurité se prononcera sur les analyses et propositions du groupe en charge de l’Exit Strategy, notamment sur le timing adéquat et les conditions de réouverture progressive d’une part, des commerces et d’autre part, à terme, des cafés, restaurants et bars mais aussi sur la situation des écoles, des stages et des mouvements de jeunesse et les voyages.

    Il est déjà acquis qu’aucun événement de masse tels que les festivals ne pourront être organisés avant le 31 août inclus.

    Concernant le monde du travail, les règles actuelles resteront d’application jusqu’à ce que des protocoles d’accord puissent être scellés, secteur par secteur. L’objectif de ces protocoles sera de permettre aux entreprises de reprendre le plus rapidement possible une activité normale, tout en garantissant les conditions adéquates de travail de leurs employés et qui devront être adaptées aux circonstances.

    Le télétravail devra, quant à lui, continuer à être privilégié pendant un certain temps encore.


    Plus d'informations : 

    ►►► retrouvez ici tous les liens utiles par thématiques(link is external)
    https://www.belgium.be/fr/actualites/2020/mesures_prises_par_le_conseil_national_de_securite_du_15_avril_2020

     https://www.belgium.be/fr

     

    Vous pouvez à nouveau visionner la conférence de presse ici : https://youtu.be/euc5XF3n15M(link is external)
                                             

     

    conférencedepresse,belgium,coronavirus

     

  • Mesures prises par la FWB pour l’enseignement, la culture et les associations

    Imprimer

    Les mesures prises dans le cadre de la lutte contre le Covid-19 ont des conséquences importantes pour les acteurs et les secteurs essentiels liés à la Fédération Wallonie-Bruxelles.

    Sous l’égide de Pierre-Yves Jeholet, le Gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles a réagi rapidement et de manière volontariste afin d’offrir des solutions immédiates aux acteurs et opérateurs de la Fédération touchés par la crise.

    Mise en place d’un fonds d’urgence de 50 millions €

    Depuis le début de la crise du coronavirus, la priorité a été donnée à la gestion sanitaire. Il était important de prendre également des décisions visant à limiter au maximum l’impact socio-économique de celle-ci.

    Le fonds d’urgence de 50 millions d’euros mis en place par la Fédération Wallonie-Bruxelles apportera une aide directe et concrète aux secteurs touchés par les mesures de confinement.

    Les mesures d’aide s’adresseront prioritairement aux acteurs les plus fragiles dont la viabilité pourrait être menacée.

    D’importants montants ont déjà été alloués aux différents secteurs.

    Garantir les subventions malgré la crise et accélérer la liquidation des différentes subventions

    Certains opérateurs culturels, sportifs, folkloriques ont dû annuler certaines activités en raison des mesures de confinement. L’octroi de la subvention était lié à l’organisation de ces d’activités. Des artistes, des créateurs, des opérateurs plus généralement devaient également être rémunérés via cette activité. Avec les mesures de confinement, c’est toute la chaine qui est impactée.

    C’est pour répondre à ce type de situation qu’un premier mécanisme de soutien a été mis en place. Il consiste à maintenir la subvention octroyée même si le bénéficiaire n’a pas rempli les conditions de subventionnement en raison du confinement. Cela permettra de couvrir les dépenses déjà effectuées, qui ne seraient pas couvertes par d’autres mécanismes d’aide ou de financement et de rémunérer les prestataires finaux.

    Ces dérogations couvriront des situations à partir du 10 mars 2020. Indépendamment des conditions de subvention, d’autres opérateurs font face à des difficultés de trésorerie.

    Aussi, la deuxième mesure, notamment pour les bénéficiaires récurrents de subventions de la Fédération Wallonie-Bruxelles, est donc un octroi anticipé d’une subvention prévue plus tard dans l’année. C’est une avance de trésorerie qui permettra aux bénéficiaires de faire face plus rapidement aux conséquences financières du Covid-19.

    Le Gouvernement n’entend pas faire payer la crise aux acteurs de la Fédération. Ces deux mesures permettent de leur apporter un soutien financier rapide et de leur offrir un bol d’air dans un contexte difficile.

    Mobilisation du Fonds d’urgence et de soutien pour les milieux d’accueil

    Suite aux mesures de confinement, une chute de fréquentation est actuellement vécue dans les milieux d’accueil dont l’ouverture est maintenue, en particulier pour les enfants dont les parents travaillent en première ligne face au Covid-19 ou en soutien de cette première ligne (enseignants, personnel des milieux d’accueil, des transports publics…).

    Le Gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles prend la pleine mesure du caractère vital pour le personnel des milieux d’accueil de continuer à percevoir un revenu, de la nécessité de protéger les acteurs les plus fragiles du secteur et aussi d’atténuer les conséquences de la crise sur le budget des familles.

    Dans ce contexte, et après consultation du secteur de l’accueil, le Gouvernement a pris plusieurs décisions qui ont porté à 7.866.000 € l’intervention d’urgence de la Fédération vis-à-vis des milieux d’accueil.

    En résumé, l’aide de la Fédération porte sur les points suivants :

    • tous les subsides sont maintenus, sans tenir compte de la baisse de fréquentation ;
    • les subventions seront versées de manière anticipée pour éviter les problèmes de trésorerie ;
    • des indemnités seront versées aux milieux d’accueil en fonction des besoins liés aux différents types de structures avec une attention particulière pour les milieux les plus fragiles. L’ONE a dès à présent envoyé des formulaires d’indemnisation aux milieux d’accueil et prépare les paiements.
    • les parents qui ne mettent plus leurs enfants dans les milieux d’accueil depuis le 16 mars et jusqu’à la fin des mesures de confinement décidées par le CNS (19 avril), ne doivent plus payer les milieux d’accueil, qu’ils soient subventionnés ou non subventionnés, pour les jours où leurs enfants ne fréquenteront pas le milieu.

    Si le contrat entre les parents et le milieu d’accueil prévoit un paiement anticipé, ce paiement ne sera exigé que pour les jours où la présence de l’enfant est confirmée par les parents. Si la participation financière des parents ou les frais d’accueil ont déjà été acquittés totalement ou en partie, il est demandé aux parents de n’exercer aucune pression sur les milieux d’accueil : le pouvoir organisateur dispose d’un délai de trois mois à compter du 1er avril 2020 pour rembourser les parents.

    En pratique, l’aide d’urgence de la Fédération aux milieux d’accueil est désormais octroyée pour toutes les absences d’enfants par rapport à la fréquentation prévue dans les contrats d’accueil durant la période du 16 mars au 19 avril. Le Gouvernement a pris en compte les coûts moyens par place et le niveau des subsides maintenus pour établir les montants des interventions :

    • Milieux d’accueil non subventionnés

    Aide d’urgence par place et par jour

    Maisons d’enfants : 20 €

    Haltes accueil : 8 €

    Accueillantes indépendantes : 20 €

    • Milieux d’accueil subventionnés

    Aide d’urgence par place et par jour (période du 16 mars au 19 avril)

    Maisons communales d’accueil de l’enfance (MCAE) : 6,66 €

    Services d’accueil d’enfants (accueillantes conventionnées et salariées) : 6,66 €

    L’indemnité de la Fédération doit être affectée en priorité à la compensation des pertes de revenu du personnel et au maintien de l’emploi.

    Pour les crèches et les prégardiennats, les subventions sont maintenues, comme pour les autres milieux d’accueil, et la liquidation de l’avance mensuelle est anticipée.

    Un mécanisme d’indemnisation pour les Services d’accueil spécialisés de la petite enfance (SASPE) est aussi prévu à concurrence de maximum 5% du montant du subside ordinaire pour la période de confinement afin de couvrir les besoins notamment en personnel supplémentaire.

    Le paiement des indemnités sera réalisé par l’ONE qui met tout en œuvre pour que ces aides puissent être versées dans les délais les plus resserrés. Les modalités de collectes des demandes seront précisées prochainement aux milieux d’accueil.

    Création d’un fonds déconsolidé avec financement participatif des citoyens et du secteur privé

    Sur proposition du Ministre-Président et du Ministre du Budget, le Gouvernement confirme son intention de créer un fonds déconsolidé visant à soutenir les acteurs et secteurs relevant de la Fédération Wallonie-Bruxelles pour lutter contre les effets de l’épidémie de Covid-19.

    Ce fonds déconsolidé, c’est-à-dire classé en dehors du secteur des administrations publiques, pourrait octroyer des prêts ou des prêts subordonnés aux secteurs de la Fédération Wallonie-Bruxelles dans le cadre du Covid-19 notamment la culture (en complément du produit déjà mis en place par le Fonds St’art), le sport et d’autres secteurs pour pallier aux problèmes de trésorerie. Le Fonds pourrait également procéder à des investissements dans des infrastructures, prioritairement scolaires.

    • Le capital pour 10% à 20% ;
    • Le capital public pour maximum 3% (apport de la FWB en direct ou une autre structure publique)
    • Le capital privé pour 7% à 17%
    • La dette subordonnée pour 20% à 30% : crowdlending via une plateforme agréée FSMA et obligations disposant d’un code ISIN ;
    • La dette bancaire pour 50% à 70%.

    Ainsi, le Fonds déconsolidé permettrait, au départ d’un apport limité en capitaux publics, de lever d’important fonds privés afin de venir soutenir des secteurs de la Fédération Wallonie-Bruxelles. A titre d’exemple, pour un fonds de 100 millions €, un capital public de maximum 3 millions € (de la Fédération Wallonie-Bruxelles) serait suffisant.

    Le Ministre du Budget et le Ministre-Président sont chargés de vérifier les conditions nécessaires à la création du fonds et de présenter tous les documents utiles à sa création (le projet de constitution d’une société anonyme, le plan financier, les lignes directrices, les types d’opérations à réaliser, …).

    Dispositions pratiques en vigueur dans l’Enseignement supérieur pour la fin de l’année académique 2019/2020

    Le Gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles a adopté, à l’initiative de la Ministre de l’Enseignement supérieur Valérie Glatigny, les dispositions en vigueur dans l’Enseignement supérieur pour la fin de l’année académique 2019/2020.

    La volonté de la Ministre est de conserver autant que possible le calendrier académique pour éviter de faire perdre du temps aux étudiants dont le parcours d’apprentissage était déjà bien avancé avant l’entrée en vigueur du confinement – et en particulier, éviter de retarder la diplomation des étudiants qui sont en dernière année – tout en assurant l’égalité entre les étudiants présentant la même épreuve.

    Pour atteindre cet objectif, les dispositions adoptées aujourd’hui accordent de la souplesse aux établissements d’enseignement supérieur afin qu’ils puissent aller le plus loin possible dans les apprentissages en tenant compte de la diversité des situations dans lesquelles les étudiants se trouvent, tout en établissant des balises et des garde-fous afin de garantir l’information aux étudiants et l’égalité entre tous les étudiants qui relèvent du même jury.

    Ces dispositions sont d’ailleurs inspirées des échanges structurels et réguliers qui se sont tenus entre la Ministre et l’ensemble des acteurs de l’enseignement supérieur (chefs d’établissement des universités, hautes écoles, écoles supérieures des arts, représentants des étudiants, commissaires/délégués du gouvernement, ARES, administration générale de l’enseignement, organisations syndicales).

    Voici la liste de ces dispositions :

    1. Sauf nouvelles décisions du Conseil National de sécurité, il y aura bien des épreuves organisées en juin 2020 dans tous les établissements d’enseignement supérieur. Pour le 27 avril 2020 au plus tard, tous les étudiants doivent connaitre la date de leurs examens, le contenu de chaque évaluation, adapté en fonction des cours qui auront pu être suivis en présentiel et/ou à distance, et les conditions pratiques de l’évaluation (présentiel, à distance, mixte). Les modalités des examens feront l’objet d’une concertation avec le corps académique, les étudiants et le personnel administratif. Une semaine blanche sera organisée entre la fin des activités d’apprentissage et les examens dans les universités. La mesure sera encouragée dans les hautes écoles.
    2. Les établissements auront la possibilité de poursuivre le deuxième quadrimestre jusqu’au 10 juillet au plus tard. Cette option doit prioritairement bénéficier aux étudiants en années diplômantes. La décision d’allonger la session d’examen doit faire l’objet d’une décision prise en concertation avec les acteurs de l’établissement (corps académique/enseignant, étudiants, corps scientifique, personnel administratif). L’ajustement du calendrier doit se faire en tenant compte du droit au congé d’été des enseignants (7 semaines), et d’un report possible en 2020-2021 des congés non pris par les membres du personnel au cours de l’année académique 2019-2020, et ce lors des congés d’automne et de détente.
    3. Une aide directe exceptionnelle de 2.285.000 euros est prévue pour aider les étudiants impactés par la crise sanitaire. Ce montant viendra s’ajouter aux subsides sociaux déjà accordés par les établissements d’enseignement supérieur. Des balises sont prévues afin d’assurer que ces aides seront exclusivement versées par les établissements d’enseignement supérieur aux étudiants impactés par la crise sanitaire actuelle. Ces montants serviront à couvrir des frais de loyers, des abonnements informatiques etc.
    4. Possibilité de reporter une partie des activités pédagogiques – cours, stages, travaux, mémoires – sur le troisième quadrimestre au bénéfice des étudiants. Cette disposition ne pourra être utilisée par les établissements d’enseignement supérieur qu’en dernier recours, et en priorité pour les années diplômantes. Le report des activités d’apprentissage au 3ème quadrimestre doit faire l’objet d’une décision prise en concertation avec les acteurs de l’établissement (corps académique/enseignant, étudiants, corps scientifique, personnel administratif).
    5. Possibilité de prolonger la session en dernier recours, de maximum 4 mois et demi. Cette disposition est réservée aux étudiants en année diplômante. C’est une mesure sociale pour l’étudiant qui ne devra pas payer de nouveaux droits d’inscription.
    6. Concernant les stages, deux types doivent être distingués :
    • Stages traditionnels : le jury est invité à remplacer ou compléter le stage par des activités pédagogiques alternatives. Si ce n’est pas possible :
      • le report du stage, ou d’une partie de celui-ci, sur le 3ème quadrimestre;
      • le report du stage, ou d’une partie de celui-ci, sur le 1er quadrimestre de l’année académique 2020-2021 en activant le dispositif de prolongation de session évoqué ci-dessus;
      • la possibilité pour les établissements d’enseignement supérieur de reporter le stage, ou une partie de celui-ci sur le parcours académique de l’étudiant 2020-2021 ;
      • la possibilité, en dernier recours, pour le jury de dispenser un étudiant ayant déjà réussi au moins 75% du volume du stage prévu par la réglementation.
    • Stages pour professions réglementées :Pour les professions dont les exigences sont définies dans les directives européennes (dentiste, médecin, vétérinaire, pharmacien, infirmier responsable de soins généraux, sage-femme, architecte), la Commission européenne a récemment transmis des signaux qui laissent présager du maintien strict des normes en vigueur.

    Il convient donc, par prudence et dans la mesure du possible de maintenir ou reprendre les activités de stage en donnant priorité, pour les lieux de stage encore accessibles, aux étudiants en année diplômante. L’objectif est de ne pas retarder l’entrée des étudiants sur le marché du travail.

    Pour tous les cas où le stage n’aurait pas pu se poursuivre, plusieurs pistes de solutions sont proposées :

      • En dehors des années diplômantes : possibilité de récupérer certaines heures de stage non-prestées durant la suite des études.
      • Étaler les périodes de stages sur le 3ème quadrimestre en veillant à permettre à l’étudiant d’avoir deux périodes d’évaluation.
      • Élargir le nombre d’heures journalières où l’étudiant peut être en stage afin de compenser plus rapidement les heures de stage non prestées.
      • En dernier recours, utiliser la possibilité d’une prolongation de session telle qu’évoquée ci-dessus.

    Pour les étudiants qui se sont engagés volontairement afin de soutenir les structures de soins de santé, il appartient aux jurys d’examiner la possibilité de valoriser comme heures de stages, en totalité ou en partie, les compétences acquises durant la période de volontariat, dans le respect total des prescrits européens. L’adéquation entre la nature des tâches effectuées sur une base volontaire et celles qui sont prévues par la législation relative aux stages requis devra être démontrée, tout comme la réalité d’un encadrement pédagogique. Si l’un de ces deux éléments ne peut être démontré, les heures de volontariat ne pourront pas être valorisées comme heures de stage.

    1. Après concertation avec les établissements d’enseignement supérieur, il apparaît que, de manière générale, la réalisation des TFE et des mémoires a pu se poursuivre. Toutefois, il est demandé aux promoteurs et aux établissements d’enseignement supérieur d’évaluer, au cas par cas, s’il est nécessaire d’adapter les objectifs de ces travaux puisque l’accès aux bibliothèques, laboratoires et salles informatiques a été limité ou interdit et la collecte de données sur le terrain rendue plus complexe.
    2. Concernant l’examen d’entrée en médecine et dentisterie, l’examen du 3 juillet est annulé. La première épreuve aura lieu le 28 aout. La deuxième épreuve aura lieu le 14 octobre.

    Ces mesures sont prises dans une perspective où il serait possible pour les établissements d’enseignement supérieur d’organiser des activités pédagogiques et/ou des évaluations en juin/juillet 2020.

    Organisation de la fin de l’année scolaire dans l’enseignement obligatoire

    Le Gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles a défini les différents scénarios pour organiser la fin de l’année scolaire, en fonction de la prolongation ou non de la suspension des cours au-delà de la date du 19 avril 2020.

    Il s’agit principalement de :

    • Prendre attitude sur les évaluations externes communes certificatives 2020 ;
    • Évaluer les balises de la circulaire 7515 (continuité des apprentissages) en fonction des réalités de terrain et de l’évolution de la situation.

    Les évaluations externes communes certificatives 2020 (CEB, CE1D et CESS)  

    Le Gouvernement a pris acte de l’analyse effectuée par les services de l’administration et des avis exprimés par les acteurs de l’enseignement concernant les difficultés significatives que générerait le maintien des épreuves externes si la suspension des leçons était prolongée au-delà du 19 avril prochain.

    Ces difficultés peuvent être résumées comme suit :

    • En raison des matières non vues et du manque de pratique, les épreuves risquent de ne pas être adaptées au niveau de la majorité des élèves. Il apparaît en outre impossible de modifier le contenu des épreuves, par exemple en retirant certaines questions qui porteraient sur de la matière non vue puisque les apprentissages ne sont pas abordés dans le même ordre dans toutes les écoles ;
    • Le temps normalement consacré par les élèves à passer ces épreuves pourrait dès lors plutôt être mis à profit pour récupérer le temps d’apprentissage perdu.

    Compte tenu de ces éléments et des aménagements qui seront nécessaires dans l’accueil des élèves au moment de la reprise des leçons (remise à niveau des élèves, mise en place de modalités organisationnelles adaptées aux règles sanitaires, etc.), le Gouvernement a validé les deux scénarios suivants :  

    1. En cas de reprise des cours le 20 avril 2020 : Rien ne change dans l’organisation des épreuves certificatives. Celles-ci sont maintenues.
    2. En cas de reprise des cours au-delà du 20 avril 2020 : Les épreuves certificatives externes sont annulées.

    Dans ce second scénario, il appartiendra aux conseils de classe de se prononcer sur la réussite des élèves et l’octroi des certificats sur base de leur travail régulier.  

    Complémentairement, il sera demandé aux écoles et aux équipes éducatives de :

    • Favoriser la poursuite les apprentissages jusqu’au 26 juin, sans préjudice de l’organisation des jurys et des conseils de classe qui se dérouleront dans la foulée et ce jusqu’au 30 juin ;
    • Éviter de concentrer les évaluations sommatives sous forme d’une session de fin d’année et d’assurer que celles-ci ne portent que sur des matières qui ont été enseignées en classe, en ce compris dans les années concernées par le CEB, le CE1D et le CESS ;
    • Veiller à l’application de balises pour encadrer les conditions de réussite dans l’optique d’assurer le respect d’un principe d’équité et d’éviter de préjudicier les élèves dans la poursuite de leur parcours scolaire ; complémentairement, les procédures de recours seront adaptées à la situation.

    Ces recommandations aux écoles et le contenu précis des balises envisagées seront rapidement concertés avec les fédérations de pouvoirs organisateurs, les fédérations d’associations de parents et les organisations syndicales.

    La continuité des apprentissages  

    Si la suspension des cours devait être prolongée au-delà du 19 avril, les établissements scolaires devront prolonger les consignes de la circulaire 7515, à savoir l’obligation de n’aborder dans le cadre des cours à distance que des matières qui ont déjà été vues en classe, dans une logique de remédiation – consolidation – dépassement, tout en invitant plus clairement les enseignants qui ne l’ont pas encore fait à :

    • Maintenir un lien social autour des apprentissages avec leurs élèves ;
    • Déterminer, au sein du groupe-classe, les élèves qui devront faire l’objet d’un suivi plus spécifique au moment de la reprise des leçons.

    Toutefois, il convient de préparer dès à présent l’hypothèse d’une prolongation du confinement au-delà du 30 avril. Dans cette hypothèse, la réflexion sur les conditions dans lesquelles de nouveaux apprentissages pourraient éventuellement être abordés doit être poursuivie pour les élèves du 3ème cycle du secondaire et en particulier ceux de dernière année, en tenant compte des particularités des différents types d’enseignement. La réflexion sera menée en concertation avec les acteurs de l’enseignement.

    Plus de 7 800 000 euros supplémentaires pour les hôpitaux universitaires

    Le Gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles a décidé, à l’initiative de la Ministre en charge des hôpitaux universitaires Valérie Glatigny, de débloquer 7 831 250 euros pour soutenir les quatre hôpitaux universitaires en Fédération Wallonie-Bruxelles (cliniques Saint-Luc, hôpital Erasme, CHU de Liège, CHU Dinant/Mont-Godinne).

    « Les quatre hôpitaux universitaires de la Fédération Wallonie-Bruxelles sont en première ligne dans la gestion de la crise sanitaire. Ils sont soumis à une activité intense qui leur impose de répondre 24h/24h aux demandes des patients. Les besoins en la matière sont donc incontestables. Cette aide financière est destinée à les aider à apporter les meilleurs soins possibles aux patients », souligne la Ministre Glatigny.

    Ce soutien financier permettra de compenser les coûts engendrés notamment par l’achat de matériel médical supplémentaire (brancards, appareils de monitoring, respirateurs) ou d’équipements logistiques indispensables (containers, tentes d’accueil et de tri, réorganisation d’unités de soins, …) dans le cadre de la crise sanitaire.

    Accès du secteur culturel au Fonds d’urgence de la Fédération Wallonie-Bruxelles

    Plusieurs mesures ont pu être prises suites à des rencontres avec le secteur culturel :

    • Maintien des subventions pour les opérateurs qui seront dans l’impossibilité de respecter certaines conditions d’octroi spécifiquement en raison de la crise sanitaire et possibilité d’avancement des liquidations des subventions pour éviter les pertes de trésorerie des opérateurs lésés par la crise ;
    • Mise sur pied du prêt d’urgence lancé par le fonds d’investissement St’art pour la trésorerie des entreprises de la culture et de la créativité situées en Fédération Wallonie-Bruxelles ;
    • Les interventions de la Fédération pour l’aide à la diffusion et notamment les tournées Arts et Vie et Spectacle à l’école sont maintenues pour les représentations annulées en raison de la crise lors de la période.

    Le fil rouge des interventions de la Fédération et une condition pour y avoir accès, est de permettre une rémunération des créateurs et prestataires finaux donc les compagnies, auteurs, artistes et techniciens. C’est une question de solidarité vis-à-vis des acteurs les plus fragiles du monde culturel et qui sont le plus affectés par la crise que nous traversons.

    La Fédération continue également à être le porte-voix du monde culturel et à interpeller l’Autorité fédérale sur les différentes questions liées à l’accès au chômage temporaire, à l’accès et au maintien du statut d’artiste, aux droits d’auteur et aux modalités d’application du Tax Shelter.

    Concernant l’accès au fonds de soutien de la Fédération, le Gouvernement a validé le 7 avril des mesures d’indemnisation du secteur culturel, dans le respect des principes du fonds déterminés par le Gouvernement ainsi qu’une méthodologie d’octroi et de justification.  Périmètre de l’intervention d’urgence :

    On retrouve dans le périmètre de l’intervention d’urgence les opérateurs culturels qui subissent d’importantes pertes de recettes en raison de l’annulation d’activités ou de la fermeture des lieux, lorsque ces recettes représentent une part substantielle de leur chiffre d’affaires.  A savoir :

    • Les centres culturels ;
    • Les centres d’expression et de créativité ;
    • Les Arts vivants (Théâtre, Cirque, Conte, Interdisciplinaire, Danse) ;
    • La Musique ;
    • Les Centres d’art plastiques ;
    • Les Musées publics et privés ;
    • Le cinéma.

    Figurent également dans le périmètre, les opérateurs tels que les ASBL organisant festivals et évènements ponctuels, mais également les producteurs audiovisuels de cinéma qui subissent report ou annulation de tous les tournages, qui pourront avoir un accès au fond afin de pouvoir couvrir les frais permettant leur report.

    En ce qui concerne les acteurs de la chaîne du livre (auteurs, éditeurs, distributeurs, librairies), les moyens d’aide à mettre en place pour ce secteur relèveront d’un autre type de mesures en cours d’élaboration (contrats de filière renforcés par exemple) et d’une coordination nécessaire avec les autres niveaux de pouvoirs notamment régionaux.

    Balises de l’intervention de la Fédération : 

    Le mécanisme d’indemnisation visera à combler des pertes de recettes propres estimées sur la période du 14/03 au 19/04 moyennant le respect de plusieurs balises d’accès au fonds d’urgence et de soutien :

    1. la perte de recette/revenus est la conséquence directe des mesures prises pour lutter contre la propagation du Covid-19 ;
    2. la rémunération des créateurs et prestataires (compagnies, artistes, auteurs, techniciens…) chargés de la conception, de l’exécution ou la réalisation d’œuvres artistiques doit être honorée
    3. des démarches doivent être entreprises pour maximiser les reports (les frais engendrés par ces derniers seront pris en considération) ;
    4. l’opérateur devra mentionner si un appel à la solidarité des usagers a été mis en place pour diminuer les coûts ;
    5. l’opérateur devra mentionner qu’il a fait appel aux aides régionales ou fédérales auxquelles il est éligible.

    Le budget prévisionnel global pour les indemnisations est estimé à 8.396.000 €.  Un formulaire de demande sera prochainement mis en ligne sur le site de l’administration. L’objectif est que les aides au secteur puissent être versées dans les meilleurs délais.

    Le travail se poursuivra, avec le secteur, et l’opportunité d’aides complémentaires sera analysée en tenant compte de différents paramètres : la durée des mesures liées à la distanciation physique et de fermeture des lieux ; les possibilités de report des événements et activités culturels ; l’impact des mesures de soutien économique et sociale des autorités régionales et fédérales ; les mesures d’indemnisation accordées par les autres pouvoirs subsidiants ; l’ampleur des besoins des autres secteurs de la Fédération.

    Renforcement du personnel pour les services d’hébergement en Fédération Wallonie-Bruxelles

    Sur proposition de la Ministre de l’Aide à la Jeunesse Valérie Glatigny, le Gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles a dégagé aujourd’hui les moyens budgétaires nécessaires à l’engagement temporaire pour un mois de 50 équivalents temps plein pour les services résidentiels agréés, et de 13 équivalents temps plein pour les services publics (IPPJ, Centre communautaire pour mineur dessaisis). Les procédures d’engagement seront lancées dans les plus brefs délais.

    « Depuis le début de la crise sanitaire, les professionnels du secteur de l’aide à la jeunesse ont à cœur de continuer d’assurer 24h/24 et 7j/7 leurs missions auprès des enfants, des jeunes et leurs familles pour les soutenir au quotidien. Ces renforts en personnel permettront de soulager et de suppléer les services où la charge de travail a augmenté suite aux mesures de confinement », souligne la Ministre Glatigny.

    Un contact régulier entre le secteur et la Ministre Glatigny a permis de prendre les mesures nécessaires et de relayer efficacement les questions et préoccupations des acteurs de terrain.


    http://www.federation-wallonie-bruxelles.be/

  • Les recommandations de l'Académie de Médecine concernant le port du masque et conseils fabrication artisanale

    Imprimer

    RECOMMANDATION COVID-19: LE PORT DE MASQUES PAR LA POPULATION EN PÉRIODE DE CONFINEMENT ET PENDANT LE FUTUR DÉCONFINEMENT

    masque.jpeg

    Communiqué de presse de l'Académie de Médecine

    Une proportion importante de personnes atteintes de coronavirus ne présente pas de symptômes (« asymptomatiques ») et celles qui finissent par développer des symptômes (« pré-symptomatiques ») transmettent le virus à d'autres avant de présenter ces symptômes.

    Le virus se propage entre des personnes à proximité par l’émission de gouttelettes minuscules porteuses du virus lors de conversations, toux, ou éternuements.

    Il reste infectieux pendant plusieurs heures dans ces aérosols. Il est essentiel de souligner que le maintien d'une distance sociale de 2 mètres reste important pour ralentir la propagation du virus.

    La carence actuelle en masques FFP2 doit inciter à la fabrication de plus de masques sans dénier une protection à la population.
    Le masque est une barrière physique protectrice qui, en fonction des circonstances et de l’environnement, pourra assurer un niveau de protection plus ou moins absolu.

    On peut distinguer 3 situations :

    1. En milieu hospitalier, au contact des malades infectés et porteurs d’inoculum important de particules virales émises par gouttelettes ou aérosol. 
Le port d’un masque type FFP2 et FFP3 est une nécessité absolue. Il protège à 99%.


    2. En contact avec des personnes en milieu non hospitalier dont on ignore si elles sont porteuses ou non du COVID-19. Il est impératif de porter un masque type chirurgical qui protégera le porteur du masque et la personne en face de lui.
La protection est de 89% et il est essentiel qu’il soit bien porté car il y a un risque de fuite.


    3. Dans le public, et dans des circonstances de relation sociales extérieures à risque de contamination faible (transport en commun, activités récréatives, fréquentation de magasins, etc …), le port du masque dit « alternatif » est recommandé.

    Les couvre-visages artisanaux en coton filtrent 70% des particules virales, une efficacité proche de celle des masques chirurgicaux (89%). Jusqu'à ce que des masques chirurgicaux soient disponibles en nombre suffisant, les masques en tissu (lavés une fois/j à 80°) sont un substitut efficace (1,2).

    En conclusion, face à cette pandémie, la recherche d’évidences scientifiques absolues peut être l'ennemi d'une bonne politique (3). Les masques alternatifs (1,2,4) sont simples, bon marché et efficaces.

    L’Académie royale de Médecine de Belgique considère que leur port par les malades isolés et par la population lors des contacts potentiellement contagieux (travail, shopping, transports en commun) pourrait avoir un impact substantiel sur la transmission, sans trop altérer la vie sociale et économique, particulièrement dans le contexte du déconfinement à venir.

    RECOMMANDATIONS NATIONALES ET INTERNATIONALES


    1. Face masks for the public during the covid-19 crisis   BMJ 2020; 369  doi: https://doi.org/10.1136/bmj.m1435 (Published 09 April 2020)


    2. https://smartairfilters.com/en/blog/best-materials-make-diy-face-mask-virus/


    3. https://www.cdc.gov/coronavirus/2019-ncov/prevent-getting-sick/diy-cloth-face-coverings.html


    4. https://epidemio.wiv-isp.be/ID/Documents/Covid19/COVID-19_RMG_Brief_MondMaskers_FR.pdf


    Le présent avis a été rédigé pour l’Académie royale de Médecine de Belgique par le Pr. Jacques Brotchi (ULB), Pr. Nathan Clumeck (CHU St-Pierre), Pr. Jacques Crommen (Président de l'Académie royale de Médecine de Belgique), Pr. Jean-Michel Foidart (Secrétaire perpétuel de l’Académie Royale de Médecine de Belgique).

    http://www.armb.be/

    ACADEMIEMEDECINELOGO.jpg

     Depuis 175 ans, l'Académie se veut avant tout un centre de travail, de réflexion, d'échange d'idées, un creuset de la pensée scientifique médicale, ainsi qu'un organe consultatif auquel les instances gouvernementales peuvent – ou doivent – se référer.

    • La sphère de compétence de l’Académie s’étend à tous les domaines de la médecine humaine et animale, de la pharmacie et aux domaines connexes.

    • L’Académie joue le rôle de conseil des autorités communautaires, régionales et fédérales, soit à leur demande, soit d’initiative, en matière de santé publique et de son organisation, de pratique de la recherche scientifique, d’enseignement et de formation professionnelle. L’Académie peut rendre les mêmes services aux institutions publiques ou privées ainsi qu’aux associations ou individus compétents dans les mêmes domaines. Dans ce but, elle rédige des rapports, études ou avis qui peuvent être publiés.

    • L’Académie soutient l’activité scientifique dans ces domaines. Au travers de ses séances mensuelles, elle offre une tribune aux conférences, débats et échanges scientifiques, publie les résultats de la recherche scientifique, et octroie des Prix récompensant des chercheurs dont les travaux ont été distingués.

    • L’Académie entretient des contacts internationaux, notamment via ses publications et sa participation à des initiatives scientifiques internationales.

  • Deuxième concert au carillon du beffroi de Mons dimanche 12 avril 2020 dès 20h

    Imprimer

    Vous pouvez revoir les deux concerts sur cette page

    Lire la suite

  • #HORECA COMEBACK Achetez dès maintenant un bon d'achat dans votre établissement favori!

    Imprimer

    Cliquez sur ce lien et indiquez votre code postal https://www.horecacomeback.be/fr/soutenez-une-entreprise/

    horecacomebackphoto.PNG

     

    Soutenez votre établissement horeca préféré et achetez un bon de valeur!

    Déjà plusieurs restaurants et cafés sur Mons !

    horecacomebacklogo.jpg

    Ça vous manque aussi?

    Une petite sortie au restaurant, un moment de convivialité à une terrasse, profiter ensemble du soleil…

    Mais il faut que nous tenions encore bon pendant un moment.

    Par contre, vous pouvez acheter dès maintenant un bon à échanger pour une pause terrasse, dès que ce sera possible, et soutenir en même temps votre établissement horeca préféré. Ainsi, vous ne risquez pas qu’il vous manque pour toujours !

    www.horecacomeback.be

    #horecacomeback #tousensemble #jachètelocal #jachètebelge

    Hé, vous ! Ça vous manque aussi, hein ? Boire un coup avec les potes, le petit brunch du week-end, un bon petit plat au resto, l’incontournable lunch avec vos collègues, le petit dessert avec mamie ou la délicieuse odeur de votre snack préféré, votre péché mignon...

     

    #horecacomeback a été lancé pour soutenir votre établissement horeca préféré en cette période difficile.

    Aidez votre ou vos établissements préférés en achetant dès maintenant des bons de valeur. Soutenez un travailleur indépendant qui bosse dur, et vous aurez de quoi vous réjouir lorsqu’il rouvrira ses portes ! À la vôtre, et un tout GRAND merci !

    Vous ne trouvez pas encore votre commerce horeca préféré ?

    N'hésitez pas à l’encourager à s'inscrire ! Ce site est mis à jour quotidiennement, alors revenez bientôt pour une liste encore plus complète.

    Cette initiative est née d'une collaboration entre plusieurs entreprises et fédérations dépassant les frontières de la concurrence. Ci-dessous vous pouvez retrouver ces entreprises qui ont soutenu cette initiative et investi dans un secteur qui nous est cher en tant que Belges!

    Rejoignez-nous, car ensemble, nous sommes plus forts! #horecacomeback

    (Pssst ... partagez sur votre page Facebook ou Instagram que vous avez déjà acheté un bon de valeur! Merci 1000x!)

    Pour plus d'informations sur le fonds de garantie, cliquez ici!

  • #Doudou2020 Le combat et la procession du Car d'Or sont reportés à une date ultérieure

    Imprimer

    COVID 19 :LE DOUDOU N’AURA PAS LIEU LE 7 JUIN 2020 

    En raison de l’épidémie de Coronavirus qui sévit dans notre ville et dans tout le pays, le Bourgmestre Nicolas Martin, l’Echevin des fêtes Achile Sakas, le Doyen de Mons André Minet, le Président de la Fabrique de Sainte-Waudru Pierre Dufour, le Président de la Procession du Car d’Or Emmanuel Godefroy, la réalisatrice générale du Lumeçon Joëlle Wattier, le Président de l’Assemblée particulière des acteurs du Combat dit Lumeçon Massimo Falasca et les membres du Collège de la Ville de Mons ont décidé, pour des raisons évidentes de sécurité sanitaire, que l’édition 2020 du Doudou ne se tiendra pas durant le week-end de la Trinité, le 7 juin prochain.

    Cette décision survient à deux mois des festivités, de sorte que les différentes parties prenantes aient le temps de prendre les dispositions nécessaires. En outre, la vente des places pour les tribunes ne se tiendra évidemment pas.

    Le Bourgmestre de la Ville de Mons Nicolas Martin s’est exprimé aux Montois en ces mots ce vendredi :

    Mes chers concitoyens,

    La crise sanitaire que nous vivons actuellement est sans précédent. Notre région n’est pas épargnée : nous sommes l’un des épicentres de l’épidémie en Wallonie et même dans le pays. 

    Face à la crise, nos hôpitaux font face avec une énergie et une abnégation rarement vues. Mais vous le savez, si nous voulons combattre l’épidémie, nous devons respecter les règles du confinement et éviter les contacts rapprochés.

    Cette démarche est à l’opposé de ce que nous sommes : à Mons comme dans le Borinage, nous aimons la convivialité et la chaleur de nos rapports humains est depuis longtemps l’une de nos marques de fabrique. 

    Nous sommes aussi profondément attachés à nos traditions. Dès 1349, la Procession des reliques de Sainte Waudru, sainte patronne fondatrice de la Cité, fut organisée dans le but de conjurer l’épidémie de peste qui secouait la ville et est depuis l’un des moments marquants de notre vie montoise.

    Ce moment privilégié de rassemblement de la population montoise, s’est progressivement "dédoublé" dans l’histoire, pour donner naissance à un combat à l'origine du bien contre le mal, symbolisé par le combat de Saint-Georges contre le Dragon. Ce combat dit Lumeçon s’est aussi imposé, au fil du temps, comme un temps fort de notre Ducasse, au même titre que la Descente de Châsse, la Procession du Car d’Or et la Montée du Car d'Or.

    Notre Doudou, comme nous l'appelons communément, nous y sommes profondément attachés, il jalonne nos vies depuis le plus jeune âge et beaucoup de Montois attendent le dimanche de la Trinité avec une impatience rarement égalée. Avec le temps, la ducasse rituelle et la ducasse festive se sont imposées, non seulement comme un moment cher au cœur des Montois, mais aussi, pour ce qui est de la ducasse rituelle, comme un évènement appartenant au patrimoine immatériel de l’humanité. Cette année, cela fera d’ailleurs 15 ans que l’UNESCO a distingué notre Ducasse rituelle de cette reconnaissance prestigieuse.

    Rares sont les évènements qui ont réussi à bousculer cette tradition multiséculaire. Mais nous le savons tous, nous faisons face aujourd’hui à un ennemi redoutable. Un ennemi qui n’a pas de visage, un ennemi qui s’attaque à tous, sans distinction d’âge ou de genre. Un ennemi qui a mis à l’arrêt des pays entiers. Le temps s’est comme arrêté.

    Une seule préoccupation s’impose à tous : stopper la propagation de l’épidémie. Protéger la santé, et donc la vie des Montois, c’est aujourd’hui la seule considération qui doit prévaloir dans toutes nos décisions.

    Par conséquent et après concertation avec l’ensemble des acteurs impliqués, la décision a été prise de NE PAS TENIR LA DUCASSE DE MONS A LA DATE PREVUE, LE WEEKEND DE LA TRINITE.

    Il n’y aura donc pas de Descente de châsse le 6 juin, pas plus qu’il n’y aura de Procession du Car d'Or, de Montée du Car d'Or et de Combat dit Lumeçon le 7 juin, ni de Petit Doudou le 14 juin.

    Cette décision n’a pas été prise de gaieté de cœur mais en tant qu’autorité communale, il nous appartient de faire prévaloir l’intérêt supérieur de la population montoise.

    A cet égard, il est évident que les conditions ne sont pas réunies pour que notre Ducasse puisse se dérouler en juin prochain en étant ce qu’elle se doit d’être avant toute chose : un grand rassemblement populaire qui unit les Montois, leurs chambourlettes et les habitants de toute notre région de Mons-Borinage et même, de bien au-delà.

    Comme nous le rappelle fréquemment Saint-Georges, la Ducasse n’est rien sans son public, et une Ducasse qui respecterait les distances de sécurité exigées par le Conseil national de sécurité n’aurait évidemment aucun sens. Elle est tout simplement inconcevable.

    S’agit-il d’une annulation pure et simple ? Nous ne pouvons pas l’affirmer à l’heure actuelle. Personne ne peut prédire l’évolution de la situation sanitaire. Personne ne peut dire comment nous vivrons dans les prochains mois et à quel rythme évolueront les décisions du Conseil national de sécurité.                                                                            

    Aussi, en concertation avec tous ceux qui prennent part à la bonne organisation de la Ducasse de Mons, LE CHOIX A ÉTÉ FAIT DE NE PAS PRENDRE DE DÉCISION DÉFINITIVE À CE STADE. L’histoire nous enseigne que la Procession, à ses débuts (à partir de 1349), s’est tenue en octobre.

    Dans le cas où, et seulement dans le cas où la situation sanitaire le permettrait, car aucun risque ne pourra être encouru, nous pourrions envisager de tenir notre Ducasse de cette année au début du mois d’octobre, voire aux environs du début de l’automne. Ce serait une belle revanche sur l’épidémie. A la fois pour nos habitants, mais aussi pour nos commerçants.

    Mais il est beaucoup trop tôt, aujourd’hui, pour l’affirmer, et seule la bataille contre le virus doit mobiliser notre énergie.

    Nous vous demandons, plus que jamais, de respecter scrupuleusement les décisions du Conseil national de sécurité, afin que nous puissions sauver un maximum de personnes et que nous puissions reprendre le cours de notre existence le plus rapidement possible.

    Prenez soin de vous.

     

    L’Echevin des Fêtes Achile Sakas a tenu également à adresser quelques mots aux citoyens montois :

     En tant qu’Échevin des Fêtes, je suis naturellement très attaché à notre Ducasse. Mais à l’image de ceux qui participent à l’organisation de cet événement phare de la vie montoise, je pense que la santé des Montois doit passer au-dessus de toute autre considération dans les choix que nous posons. Il était donc beaucoup plus sage de ne pas tenir la Ducasse de Mons le 7 juin.

    Étant donné les nombreuses démarches qui devaient être lancées dans des délais assez courts (marchés publics, commandes auprès des fournisseurs, etc.), nous étions contraints de prendre la décision rapidement. C’est à présent chose faite. Je suis sûr que les Montois comprendront notre choix et que les habitants comme les commerçants apprécieront notre volonté de ne pas fermer la porte à un report plus tard dans l’année.

    Pour ce qui est de la Cavalcade de Jemappes et la Ducasse de Messines, nous sommes bien entendu ouverts à l’idée de reconsidérer un report si les comités organisateurs le souhaitent, bien que ce soit en concertation avec ces derniers que l’annulation des deux évènements a été décidée. Nous serons très attentifs à respecter leurs desideratas quoi qu’il arrive, pour autant que les conditions sanitaires le permettent. Il ne peut en effet y avoir deux poids deux mesures dans le traitement des événements importants du Grand Mons et de ses différentes communes.

    Pour conclure, je voudrais remercier chaleureusement le service évènements pour tout le travail qu’il accomplit durant l’année et particulièrement durant la période du Doudou.

    Mes pensées vont à toutes les personnes qui, par leurs fonctions, luttent pour éradiquer ce virus. Restons forts et unis comme nous le sommes autour de la corde et lorsque notre Car d’Or monte.

     

     

    Photo Eric Sluis ( kAAs)

  • Système de dépôt de colis au CHU Ambroise Paré et CHP Chène Aux Haies à Mons

    Imprimer

    Aucune description de photo disponible.

    Le CHU Ambroise Pare met en place un système de dépôt 

    « Chaque semaine (7j/7) entre 11h30 et 13h00, vous pourrez déposer à votre proche hospitalisé, tant sur le site du CHU Ambroise Paré que sur le site du CHP Chêne aux Haies, une série de petits objets nécessaires et/ou ludiques ».

    ATTENTION : un seul colis par patient et par semaine ! N'oubliez pas de vous référer au visuel ci-dessous pour prendre connaissance des biens autorisés et non-autorisés 

    https://www.facebook.com/CHU-Ambroise-Pare-322280104502420/

    Aucune description de photo disponible.

    Aucune description de photo disponible.

     

    L’image contient peut-être : texte

    L’image contient peut-être : texte qui dit ’Philip Degand et Pierre Ramaut, les fondateurs de la WAYSTOBE plateforme, mettent gratuitement, à disposition de tous, un programme de gestion du stress et des émotions via le site Pour accéder à ces séances, il vous suffira de créer un compte à l'aide de votre adresse e-mail. Hospitalier Universitaire Psychiatrique -Borinage’

  • Bus TEC :dispositions exceptionnelles de distanciation: Mesures de déconfinement

    Imprimer

    Dès ce lundi 8 juin, et afin de poursuivre les étapes de déconfinement progressif de la Belgique, la capacité à bord des véhicules du TEC va augmenter.

    Concrètement, toutes les places assises pourront dorénavant être occupées avec, toutefois, une limitation de : 

    ·     4 voyageurs debout pour un autobus standard ;

    ·     6 voyageurs debout pour un autobus articulé ;

    ·     5 voyageurs debout pour un tram. 

     

    Des marquages de distanciation au sol ainsi qu’un rappel des consignes sont présents à bord des véhicules.

    Si l’évolution sanitaire reste positive, les limitations concernant les places
    « debout » seront levées dès le 1er juillet.

    Mesures à bord des véhicules

    Pour garantir la santé des clients du TEC, les mesures de précaution sont toujours d’application. 

    Les voyageurs sont dès lors priés de : 

    ·     porter un masque (ou une alternative couvrant le nez et la bouche) pour accéder au transport en commun. Ce masque obligatoire doit être porté à tout moment, aux arrêts et dans les véhicules, dès l’âge de 12 ans. Les contrôleurs pourront refuser l’accès à bord aux personnes qui ne portent pas un masque ou une alternative ;

    ·     continuer de monter à bord des bus uniquement par l’arrière. 

    Reprise de la validation

    Les valideurs sont de nouveau accessibles à bord de la plupart des véhicules TEC, ce qui implique que les voyageurs doivent obligatoirement valider leur titre de transport. 

     

    Si le valideur n’est pas accessible, les voyageurs doivent posséder un titre de transport valable, sans temporairement le valider. 

    Respect des mesures d’hygiène

    Durant cette phase de déconfinement, le TEC recommande à tous ses clients de continuer à appliquer les différentes règles d'hygiène communiquées précédemment, à savoir :

    ·     se laver régulièrement les mains ;

    ·     utiliser uniquement des mouchoirs en papier, à jeter directement dans une poubelle fermée après usage ; 

    ·     éternuer ou tousser dans le pli du coude à défaut d'avoir un mouchoir ;

    ·     éviter de se toucher le visage ;

    ·     rester à la maison en cas de maladie.

     

    Le nettoyage des véhicules TEC continue par ailleurs d'être renforcé. 

    Ces différentes mesures sont prises dans l'intérêt de tous pour préserver au mieux la santé des conducteurs et des voyageurs.

     
     
     

     

    Voici les nouvelles dispositions, applicables dès le lundi 1er juin 2020, sur le réseau du TEC 


    Retrouvez toutes les réponses à vos questions sur infotec.be et dans cette FAQ
     https://bit.ly/FAQ-1erjuin
    F22B7D74-1059-40F8-A88E-6B4370A49705.jpeg

    1er juin : Nouvelles mesures à bord
     
    Dès le lundi 1er juin, et afin de poursuivre la phase de déconfinement progressif de la Belgique, de nouvelles mesures seront d’application sur le réseau TEC :

    Quel horaire est d’application ? 

    Les horaires « scolaires » sont d’application depuis le lundi 18 mai.
    Veillez toutefois à bien vérifier, avant chaque déplacement, que votre parcours ne soit pas supprimé, via ce lien http://bit.ly/réseau-COVID19 (mis à jour plusieurs fois par jour).
     
    Le TEC en appelle au comportement civique de ses clients en leur rappelant de différer les déplacements non essentiels afin de laisser la priorité aux personnes qui se trouvent dans l'obligation de se déplacer.
    Aussi, nous recommandons vivement à notre clientèle de privilégier la marche pour les déplacements inférieurs à 1km et/ou le vélo pour les déplacements en dessous de 5km 

    Quelle est la limite du nombre de passagers à bord d’un véhicule ?

    Une distanciation physique, que nos clients soient assis ou debout, sera maintenue en combinaison avec le port du masque rendu obligatoire.
    Les enfants de moins de 12 ans ont le droit de s’asseoir à coté de leur parent dans les bus/trams pour voyager en toute sérénité
    Les limites du nombre de passagers sont donc :
    Dans un autobus standard 12 places assises + 4 places debout
    Dans un autobus articulé 19 places assises + 6 places debout
    Dans un tram 20 places assises + 5 places debout

    Dois-je porter un masque pour emprunter le réseau TEC ? 

    Le port du masque (ou d’une alternative couvrant le nez et la bouche) est obligatoire pour accéder au transport en commun pour toutes les personnes de 12 ans et plus.
     
    Ce masque doit être porté à tout moment, aux arrêts et dans les véhicules.
     
    L’accès à bord sera refusé aux personnes qui ne sont pas porteuses d’un masque (ou d’une alternative). Par ailleurs, les contrôleurs et la Police renforcent les contrôles 

    La montée à bord d’un bus se fait uniquement par l’arrière, comment puis-je valider mon titre de transport ? 

    La montée à bord des véhicules TEC se fait encore uniquement par l'arrière mais les valideurs seront de nouveau accessibles à bord de certains véhicules.
    Lorsque ce sera le cas, une affiche indiquera aux voyageurs qu’ils doivent obligatoirement valider leur titre de transport.
    Dans le cas où le valideur ne serait pas accessible aux voyageurs, ceux-ci ne seront pas dans l’obligation de valider leur titre de transport. Néanmoins, ils devront toujours posséder un titre de transport valable.
    L’E-SHOP et les automates de vente SELF sont accessibles. Une permanence téléphone est également toujours assurée et la majorité des ESPACES TEC sont ouverts depuis le 18 mai.

    Les chauffeurs doivent-ils porter un masque ? 

    En application de l’article 4 de l’arrêté ministériel du 23 mars 2020 portant sur les mesures d’urgence pour limiter la propagation du Coronavirus Covid-19, le personnel roulant des sociétés de transport en commun n'est pas obligé de se couvrir la bouche et le nez étant donné l’équipement mis en place (bâches de protection et espace strictement réservé au conducteur) depuis le 1er juin.

    Comment se passe le transport scolaire ? 

    Les circuits de transport scolaire vers l’enseignement ordinaire et spécialisé sont à nouveau assurés avec :
    - Le port du masque obligatoire pour les accompagnateurs et les élèves de plus de 12 ans ;
    - Si le véhicule le permet, la montée à bord des bus doit se faire par l’arrière ;
    - Afin de respecter au mieux la distanciation physique à bord des véhicules, les accompagnateurs se chargeront du placement des élèves, à raison d’un élève par banquette. Les élèves habitant sous le même toit (fratrie) peuvent s’asseoir l’un à côté de l’autre.
    Pour rappel, ce service de transport scolaire est organisé, sous certaines conditions, pour les élèves qui ne bénéficient pas d’une ligne régulière pour se rendre vers leur école.

    Faut-il avoir une attestation pour pouvoir prendre le bus/tram ?

    Aucune attestation n’est nécessaire pour prendre le bus/tram. Mais le TEC en appelle au comportement civique de ses clients en leur rappelant de différer les déplacements non essentiels afin de laisser la priorité aux personnes qui se trouvent dans l'obligation de se déplacer.

    Puis-je me rendre dans un ESPACE TEC ?

    Depuis le lundi 18 mai, 25 ESPACES TEC ont rouvert leurs portes.
    Afin de respecter les mesures de précaution et de distanciation physique à l’intérieur des ESPACES TEC, les clients sont priés de/d’ :
    · porter un masque (ou une alternative couvrant le nez et la bouche) dès l’âge de 12 ans ;
    · effectuer uniquement des paiements électroniques ;
    · respecter les marquages de distanciation au sol ainsi que les consignes indiquées sur place ;
    · privilégier l’E-SHOP et les automates de ventes SELF pour l’achat de titres de transport.

    Retrouvez ces mesures en vidéo  https://bit.ly/Réouverture-ESPACESTEC

    Comment puis-je acheter mon titre de transport ?

    La vente à bord de nos véhicules est toujours suspendue.
    Vous pouvez acheter votre titre de transport via les canaux de vente suivants :
    · L’E-SHOP, l’espace de vente en ligne disponible 7j/7 et 24h/24.
    Tuto disponible ici  https://bit.ly/tuto-E-SHOP
    · Les 25 ESPACES TEC ouverts (cfr ci-dessus);
    · Les SELF, les 202 automates de vente disponibles un peu partout en Wallonie, 7j/7 et 24h/24.
    Pour les voyageurs ne disposant pas encore d'une carte MOBIB/MOBIB basic, celles-ci sont disponibles gratuitement sur l’E-SHOP (via ordinateurs uniquement) tant que la vente à bord est interdite.

    Quand et comment sont nettoyés nos véhicules ? 

    Nos véhicules continuent d’être nettoyés en profondeur avec une attention particulière pour la désinfection des points de contact (boutons, barres, vitres, …), ce nettoyage se fait une fois par jour à la rentrée au dépôt.

    J’ai acheté un abonnement mais ne peux pas l’utiliser. Puis-je me faire rembourser ?

    Les mois déjà entamés ne peuvent pas être remboursés. Cependant, vous avez toujours la possibilité d’arrêter votre abonnement et de vous faire rembourser, dans la plupart des cas, des mois non-entamés. Les remboursements se font au cas par cas.

    Comment est calculé le montant du remboursement ?

    Les abonnements 4 mois, 6 mois et 1 an sont vendus à un tarif réduit par rapport aux abonnements mensuels car ils prennent en compte une utilisation de l'abonnement sur plusieurs mois.
    Dès lors, si vous possédez un abonnement 4 mois, 6 mois ou 1 an et ne souhaitez plus bénéficier de celui-ci sur sa période initiale, votre remboursement tiendra compte du nombre de mois dont le début de validité est dépassé, au prix d'un abonnement mensuel. Exemple : Si vous avez acheté un abonnement annuel NEXT à 131€ le 1er septembre 2019 et demandez un remboursement de cet abonnement le 15 mars 2020, le calcul sera le suivant : 131€ - (7 x 16€) = 19€.
    Si vous avez acheté votre abonnement :
    · Via l’E-SHOP: contactez le service eshop@letec.be ;
    · Via un ESPACE TEC, un mobi-ESPACE TEC ou un SELF: contactez la Direction territoriale concernée.

    https://www.facebook.com/leTECofficiel

     

    Avant tout déplacement, le TEC rappelle à ses clients de consulter les informations ci-dessous, régulièrement mises à jour. 

    https://www.infotec.be/fr-be/minformer/actualit%C3%A9s/d%C3%A9tails.aspx?idnews=12203

    Aucune description de photo disponible.

    https://www.infotec.be/

  • Covid 19 : le Collège communal de Mons adopte de nombreuses mesures afin d’appliquer les décisions du Centre National de Crise

    Imprimer

    «Covid-19 » : Le Collège communal de Mons adopte une série de mesures afin d’appliquer les décisions du Centre National de Crise

     Fermeture des parcs montois 

    Il est porté à votre connaissance que pour des raisons de santé publique, la Ville de Mons a décidé de procéder à la fermeture de l’ensemble de ses parcs.

    Ces coins de verdure étant propices au rassemblement de personnes, il est nécessaire de les fermer afin de favoriser le respect de la distanciation sociale et donc d’être plus efficaces dans la lutte contre la propagation du Coronavirus. En effet, des personnes continuent de s’y rendre en groupe, faisant fi des efforts réalisés collectivement afin de préserver la santé de chacun.

    Nous sommes conscients que cette décision n’est pas des plus agréable, d’autant plus que les beaux jours reviennent et qu’il est difficile de résister à la tentation de prendre l’air mais la Ville se doit d’être responsable en prenant les mesures qui s’imposent.

    Ainsi, dès aujourd’hui, les pars publics du Waux-Hall, de Jemappes, d'Obourg, Bonaert à Ghlin, du Beffroi,... ferment leurs portes jusqu’à la levée du confinement

    Stages et manifestations sportives 

    Chers citoyens, nous sommes conscients que vous êtes nombreux à vous interroger sur l'organisation de stages sportifs durant les vacances de Pâques ainsi que sur l'accessibilité de nos infrastructures sportives. En raison de l'évolution de la pandémie de coronavirus, et afin de garantir votre sécurité, voici les mesures en vigueur, et ce jusqu'au 19 avril inclus.

     Aucun stage ou rassemblement sportif de nature compétitive ou d'entraînement, ne pourra être organisé au sein de nos infrastructures. Il s'agit d'une mesure de précaution à la fois d'ordre sanitaire mais également d'ordre opérationnel. Et ceci afin d'éviter de ne pouvoir être en mesure de garantir des conditions d'organisation optimales et d'éviter toute forme de débordement. Nous vous remercions pour votre compréhension.

    « Covid-19 » : Récapitulatif des mesures de confinement 

    Déplacements, commerces, sport, transports publics... Autorisé, non autorisé, des exceptions ? Pas toujours simple de s'y retrouver ! C'est pourquoi nous vous proposons un tableau récapitulatif des mesures prises au 18.03.2020 

    mons,coronavirus

    Cliquez sur l'image le tableau pour agrandir,pour une meilleure lisibilité, nous vous invitons à consulter ce tableau au format PDF : https://bit.ly/2U5nrLt

     

    « Covid-19 » : Vous souhaitez contacter l'Administration communale ? Dans le contexte actuel, nous vous invitons à former le numéro général, à savoir le 065/40.51.11 

     L'E-guichet : la solution pour vos démarches administratives à distance 

    Malgré ce confinement, la vie ne s'arrête pas, et il est fort possible que vous soyez amené à remplir certaines démarches administratives. Grâce à l'E-guichet, vous pouvez remplir toute une série de démarches en ligne, sans quitter votre domicile !

    L'E-guichet vous permet entre autres :

    D'obtenir différents certificats (résidence, composition de ménage, inscription...) ;
    ........................................................................
    D'obtenir un extrait d'état civil (naissance, mariage, divorce, décès......) ;
    ........................................................................
    D'obtenir un extrait de casier judiciaire ;
    ........................................................................
    De commander un code pin-puk pour votre carte d'identité ;
    ........................................................................
    De vous identifier via l'application « istme », pour éviter de devoir vous munir d'un lecteur de carte d'identité.
    ........................................................................
    Infos et connexion à l'E-guichet via https://bit.ly/3b9DiOO

    https://mons.e-guichet.be/eguichet/public/home.html?mode=eguichet

    mons,coronavirus

     

    Depuis ce 18 mars 2020, des mesures de distanciation sociale renforcées obligent les citoyens à rester à leur domicile (sauf cas exceptionnels).

    Les mesures prises au 18.03.2020

    « Covid-19 » : mesures de distanciation sociale renforcées !

    Suite aux décisions prises par le Centre de crise national ce 17 mars 2020, des mesures ont été adoptées et seront en vigueur dès ce 18 mars 2020 et ce jusqu'au 05 avril inclus.

    Il est important de préciser qu'il ne s'agit pas d'un « lockdown » mais bien de mesures de distanciation sociale renforcées.

    Nous tenons à préciser que d'autres informations et dispositions suivront prochainement, nous vous invitons à rester attentifs aux futures communications diffusées sur notre site et notre Page Facebook.

    Pour contacter l'Administration communale, une seule ligne est à privilégier : 065/40.51.11.

    Pour résumer ces nouvelles mesures : les citoyens doivent rester à leur domicile et éviter tout contact en dehors de la famille proche.

    Les mesures

    • Tout regroupement/rassemblement est interdit. Cette notion s’appliquera à tout groupe de plus de deux personnes, à l’exception des familles. Par « famille », il y a lieu de comprendre les parents et leurs enfants, ou les personnes de l’entourage proche vivant sous le même toit.
    • Un citoyen peut quitter sa maison si et seulement si le déplacement est nécessaire pour des courses alimentaires, se rendre à la poste, à la banque, à la pharmacie ou pour aider une personne dans le besoin.
    • ATTESTATION : pas de principe d'attestation en Belgique !
    • Activité physique extérieure permise par groupe de deux tout au plus (un membre de sa famille, un ami...) en respectant les règles de distanciation sociale (1m50).
    • Les magasins et commerces restent fermés à l'exception des magasins alimentaires, des pharmacies, des magasins d'alimentation pour animaux et les librairies.
    • Concernant les transactions, il est important de privilégier le paiement électronique, le paiement liquide est à éviter au maximum.
    • L'accès aux grandes surfaces sera régulé, avec un accès limité à un nombre précis de clients (1 personne par 10m2 et une présence de 30 minutes maximum).
      • Pas de solde, pas d'action spéciale.
      • Pour les petits magasins : privilégier des files à l'extérieur avec filtrage : une personne sort, une personne entre, toujours en respectant les mesures de distanciation sociale (1m50).
    • Marché public interdit, seules les échopes alimentaires sont autorisées dans les petits villages où c'est la seule possibilité pour obtenir des courses alimentaires.
    • Café, bar, restaurant, terrasses... doivent fermer.
    • Les nightshops peuvent rester ouverts jusque 22h00 (avec respect des règles de distanciation sociale, tant à l'intérieur qu'à l'extérieur).
    • Les magasins non-essentiels restent fermés (magasins de vêtements, etc.).
    • Librairies, bibliothèques, magasins pour animaux, coiffeurs, peuvent rester ouverts. Un seul client à la fois dans le cas du coiffeur.
    • Les entreprises sont tenues d'organiser le télétravail pour tout travailleur pour qui c'est possible, sans exception. Pour les personnes pour lesquelles ce n'est pas réalisable, l'organisation se doit de respecter les règles de distanciation sociale (y compris pour le transport organisé par l'entreprise). Si une entreprise ne parvient pas à mettre en place ces mesures de distanciation, elle doit fermer sous peine d'amende et de fermeture forcée.
    • Les Hautes écoles et les Universités doivent mettre en place des cours en ligne.
    • Concernant les transports publics, le respect des mesures de distanciation sociale est imposé (1m50).
    • Les voyages non-essentiels sont interdits jusqu'au 05 avril inclus.
    • Les services de dépannage sont autorisés.
    • Les services de livraison de courrier sont toujours assurés par la Poste.
    • Les enterrements sont maintenus.
    • Les parents travaillant dans un secteur crucial et service essentiel peuvent faire appel aux écoles et aux crèches pour l'accueil de leurs enfants (maternelle, primaire et secondaire).

    Foire aux questions

    Commerces, entreprises, écoles, loisirs, transports, soins de santé... Vous vous posez des questions suite à l'annonce des mesures de distanciation sociale renforcées ? Le site de référence sur le sujet https://www.info-coronavirus.be, met à votre disposition les questions les plus fréquemment posées pour vous aider à traverser cette période délicate.

     Quels commerces restent ouverts ? 

     Les magasins d’alimentation, y compris les magasins de nuit ;
     Les magasins d’alimentation pour les animaux ;
     Les pharmacies ;
     Les librairies ;
     Les stations-services et fournisseurs de carburants ;
     Les coiffeurs, à condition qu’ils ne reçoivent qu’un client à la fois sur rendez-vous.

    Nous tenons à vous rappeler que les magasins d'alimentation restent bien ouverts et qu'il y a suffisamment de stock pour subvenir aux besoins de tous. Nous vous prions de rester solidaires et de ne pas vous approvisionner en quantités excessives au détriment des autres citoyens.

    Pour chacun de ces commerces, des mesures strictes sont d'application, notamment les règles de la « Distanciation sociale»❗️

    Plus d'infos : https://www.info-coronavirus.be/fr/faqs/

    Nouvelles mesures pour le dispositif sans abri /19 mars 2020

    Les rassemblements extérieurs étant désormais interdits, dès cet après-midi, un accueil de jour sera organisé à l’Escale de 9h00 à 17h00, avec espace extérieur de 60 m2. Des sanitaires sont à disposition et des repas seront fournis. Les places d’accueil sont limitées à 20 maximum pour respecter les règles d’hygiène en vigueur.

    ........................................................................
    Des mesures complémentaires seront activée en cas de nécessité.
    ........................................................................
    Les maraudes renforcées en rue se poursuivent.
    ........................................................................
     L’accueil de nuit est effectué au niveau du Stade Tondreau (30 places maximum), pour permettre un espacement optimal qui respecte, lui aussi, les conditions d’hygiène en vigueur.
    ........................................................................
    La situation est réévalué chaque matin, en accord avec le Bourgmestre et la zone de Police.


    Nous vous remercions pour votre compréhension.

    Service des Étrangers: mesures liées au COVID 19 valable jusqu’au 5 avril

    L’Office des Etrangers a adapté les démarches à réaliser par les ressortissants Etrangers auprès de l’administration communale, suite aux mesures prises par le gouvernement fédéral.

    https://www.mons.be/vivre-a-mons/sante/covid-19/les-mesures-pour-le-service-des-etrangers

     

    « Covid-19 » : Mise à jour des mesures concernant les commerces et les services au 16.03.20

    Les discothèques, les cafés et les salles des restaurants seront fermés la semaine et le week-end. Seuls les plats à emporter ou les livraisons à domicile sont encore autorisés. Si ces services sont offerts, il convient de s’organiser pour éviter les files d’attente.
    ...................................................................
    Les hôtels, maisons de vacances, camping, centres de vacances, maisons d’hôtes, … restent ouverts sans procurer l’accès à un bar, un restaurant, des salles communes ou des espaces récréatifs. Les cuisines pourront continuer à fonctionner pour les repas servis en chambre (room-service).
    ...................................................................
    Les établissements de restauration à emporter de type « take-away », les services de livraison à domicile (Deliveroo, Uber Eats, etc.), les drive-in, les sandwicheries, les snacks et les friteries restent autorisés. Leurs tenanciers doivent faire en sorte d’éviter les files d’attente.
    ...................................................................
    Les salles de dégustation annexes à un commerce devront être fermées. Cela concerne par exemple, les salons de thé, les terrasses et salles intérieures des friteries et plus généralement tout espace où les clients peuvent s’installer pour manger.
    ...................................................................
     De manière générale, les commerces peuvent rester ouverts durant la semaine mais devront être fermés le week-end. Les ventes sur rendez-vous sont également interdites le week-end !
    ...................................................................
     Les salons de coiffure et instituts de beauté également devront être fermés le week-end et ne pourront servir leurs clients que sur rendez-vous, durant la semaine. Contrairement à ce qui a été annoncé au début, même les services sur rendez-vous et/ou à domicile sont interdits le week-end.
    ...................................................................
     Le commerce sur les marchés locaux reste autorisé en semaine, moyennant un espace suffisamment large entre les étals. Le week-end, seules les échoppes vendant de la nourriture seront autorisées.
    ...................................................................
    Les magasins d’alimentation (y compris pour animaux), les pharmacies, parapharmacies et bandagisteries peuvent rester ouverts normalement y compris le week-end. Néanmoins, il leur est recommandé d’augmenter les mesures d’hygiène sur la base des recommandations déjà formulées.
    ...................................................................
    Les guichets de banque peuvent rester ouverts pendant la semaine. Pendant le week-end, seuls les distributeurs automatiques et self-banking resteront accessibles au public.
    ...................................................................
     Les théâtres, opéras, cinémas, centres culturels, bibliothèques, parcs d’attraction, plaines de jeu indoor, centres récréatifs et parcs animaliers seront fermés au public.
    ...................................................................
     Les salles de sport ou de fitness, ainsi que les piscines seront fermées. L’accès à de tels espaces dans les hôtels et hébergements de vacances est également interdit.
    ...................................................................
     Le secteur du transport n’est pas concerné par les mesures d’interdiction. Il est toutefois demandé aux taxi et autres services de taxi alternatifs ou de navettes de limiter leur nombre de passager et d’adopter des mesures d’hygiène renforcées.
    ...................................................................
    Les aéroports restent accessibles. Il est demandé de prendre des mesures au niveau des comptoirs pour assurer une distance suffisante entre les personnes qui s’y trouvent.

    « Covid-19 » : Mesures concernant les tribunaux

    Le Comité de Direction du tribunal de première instance du Hainaut a, dans le cadre de l’épidémie due au « Covid-19 », arrêté un certain nombre de mesures touchant à l’organisation des audiences, à l’accueil des justiciables et au travail des greffes.

    Les mesures décidées produisent leurs effets jusqu’au dimanche 19/04/2020 à 24h00.

    Elles tentent de combiner la sécurité sanitaire et la continuité du service public.

    Toutes les audiences sont supprimées et les dossiers sont décommandés d’office, à l’exception des audiences suivantes :

    Les audiences d’introduction devant le juge des saisies ;
     Les audiences de plaidoiries devant le juge des saisies (sauf les dossiers qui seront décommandés au cas par cas) ;
    Les audiences correctionnelles où sont fixés des dossiers pour lesquels une personne au moins est détenue (prisonnière). Seuls ces dossiers seront pris et plaidés ;
     Les audiences « protectionnelles » des juges de la jeunesse.

    Si vous êtes convoqués pour une de ces audiences et que vous avez un avocat, ne venez pas au palais de justice. Il vous représentera.

    Si vous êtes convoqués pour un autre dossier (conciliation devant le juge des saisies, chambre de règlement amiable, dossier civil, dossier devant le tribunal de la famille ou dossier devant le tribunal correctionnel pour un dossier où il n’y a pas au moins un détenu (prisonnier), vous ne devez pas vous déplacer et vous présenter à l’audience. Elle est supprimée. Vous recevrez une nouvelle convocation ultérieurement.

    Il vous est demandé de ne vous présenter dans les greffes du tribunal que pour les réelles urgences (acte d’appel ou requête d’appel).

    Pour tout le reste, vous pouvez écrire ou envoyer un mail.

    Aucune nouvelle audience ne sera fixée dans les semaines qui suivent, sauf en cas d’urgence réelle et particulière. Il est donc inutile de vous déplacer au greffe du tribunal de la famille pour déposer une requête actuellement.

    Si vous venez néanmoins au palais ou devez comparaître à l’une des audiences maintenues, merci de lire les affiches qui seront apposées à l’entrée des palais de justice et des salles d’audience et de respecter les instructions qui y figurent.

    Concernant les écoles :

     Concernant les écoles communales, il est décidé d’assurer une garderie dans toutes les implantations en lieu et place des cours qui sont suspendus.
    ...................................................................
     Une attention particulière doit être apportée aux enfants des parents qui travaillent dans le secteur des soins de santé et de la sécurité. Une tolérance sera d’application pour les autres, surtout ceux dont les deux parents travaillent et qui ne peuvent être gardés par d’autres personnes que leurs grands-parents.
    ...................................................................
     Les maitres spéciaux seront affectés prioritairement auprès des implantations dont les besoins en personnel seront les plus importants.
    ...................................................................
     L’académie de musique sera fermée au public durant la période concernée.
    ...................................................................
     Toutes les mises à disposition des bâtiments scolaires ou partie de ceux-ci sont annulées.

    « Covid-19 » : Mesures concernant les tribunaux

    Le Comité de Direction du tribunal de première instance du Hainaut a, dans le cadre de l’épidémie due au « Covid-19 », arrêté un certain nombre de mesures touchant à l’organisation des audiences, à l’accueil des justiciables et au travail des greffes.

    Les mesures décidées produisent leurs effets jusqu’au dimanche 19/04/2020 à 24h00.

    Elles tentent de combiner la sécurité sanitaire et la continuité du service public.

    Toutes les audiences sont supprimées et les dossiers sont décommandés d’office, à l’exception des audiences suivantes :

    Les audiences d’introduction devant le juge des saisies ;
     Les audiences de plaidoiries devant le juge des saisies (sauf les dossiers qui seront décommandés au cas par cas) 
    Les audiences correctionnelles où sont fixés des dossiers pour lesquels une personne au moins est détenue (prisonnière). Seuls ces dossiers seront pris et plaidés ;
    Les audiences « protectionnelles » des juges de la jeunesse.

    Si vous êtes convoqués pour une de ces audiences et que vous avez un avocat, ne venez pas au palais de justice. Il vous représentera.

    Si vous êtes convoqués pour un autre dossier (conciliation devant le juge des saisies, chambre de règlement amiable, dossier civil, dossier devant le tribunal de la famille ou dossier devant le tribunal correctionnel pour un dossier où il n’y a pas au moins un détenu (prisonnier), vous ne devez pas vous déplacer et vous présenter à l’audience. Elle est supprimée. Vous recevrez une nouvelle convocation ultérieurement.

    Il vous est demandé de ne vous présenter dans les greffes du tribunal que pour les réelles urgences (acte d’appel ou requête d’appel).

    Pour tout le reste, vous pouvez écrire ou envoyer un mail.

    Aucune nouvelle audience ne sera fixée dans les semaines qui suivent, sauf en cas d’urgence réelle et particulière. Il est donc inutile de vous déplacer au greffe du tribunal de la famille pour déposer une requête actuellement.

    Si vous venez néanmoins au palais ou devez comparaître à l’une des audiences maintenues, merci de lire les affiches qui seront apposées à l’entrée des palais de justice et des salles d’audience et de respecter les instructions qui y figurent.

     

     Concernant le CPAS de la Ville de Mons :

    Aucune description de photo disponible.

     Les crèches restent ouvertes.
    ...................................................................
    Fermeture du Pole d’Accueil, qui reste accessible par téléphone.
    ...................................................................
    Suppression des visites en MR et MRS.
    ...................................................................
    Continuité du service maintien à domicile y compris la livraison des repas (ACASA).
    ...................................................................
    Fermeture de l'AMO, MADO et du Service Point d'Appui afin de renforcer le personnel de la Cité de l'Enfance qui passe en fonctionnement "horaire vacances scolaires" dès Lundi (h24).
    ...................................................................
    Fermeture des Maisons de Quartier.
    ...................................................................
    Report des visites à domicile et des permanences non-indispensables.
    ...................................................................
     Fermeture de l'Accueil (physiquement, l'accueil se fera toujours mais salle d'attente fermée).
    ...................................................................
     L’abri de jour est fermé mais les repas seront distribués chaque soir à l’abri de nuit.

    Concernant les écoles :

     Concernant les écoles communales, il est décidé d’assurer une garderie dans toutes les implantations en lieu et place des cours qui sont suspendus.
    ...................................................................
     Une attention particulière doit être apportée aux enfants des parents qui travaillent dans le secteur des soins de santé et de la sécurité. Une tolérance sera d’application pour les autres, surtout ceux dont les deux parents travaillent et qui ne peuvent être gardés par d’autres personnes que leurs grands-parents.
    ...................................................................
    Les maitres spéciaux seront affectés prioritairement auprès des implantations dont les besoins en personnel seront les plus importants.
    ...................................................................
    L’académie de musique sera fermée au public durant la période concernée.
    ...................................................................
    Toutes les mises à disposition des bâtiments scolaires ou partie de ceux-ci sont annulées.

    Concernant la Zone de police Mons/Quévy :

     A l’exception du Commissariat Central et du Commissariat de Proximité de Quévy, tous les autres accueils (Havré, Jemappes et Mons-centre) seront inaccessibles au public mais resteront disponibles par téléphone.
    ...................................................................
     Les procédures de domiciliation seront postposées.
    ...................................................................
     La prise de plainte ne pourra se faire que pour des faits graves ou des motifs impérieux via une prise de rendez-vous. Pour les personnes résidant dans le Grand Mons, ces rendez-vous pourront être sollicités au numéro suivant : 065/97 93 01. Les habitants de l’entité de Quévy pourront prendre rendez-vous via le numéro suivant : 065/97 92 45.
    ...................................................................
     Pendant toute la période où les mesures seront effectives, la présence policière sera renforcée de manière significative sur tout le territoire de la Zone Mons-Quévy. Elle pourra répondre d’autant mieux aux diverses sollicitations des citoyens et assurer la sécurité de manière optimale.
    ...................................................................
     Pour toute demande d’intervention urgente veuillez contacter le 101 (ne pas encombrer ce numéro pour des appels administratifs ou non urgents).
    ...................................................................
     Afin de limiter l’exposition des membres des services de police, les personnes présentant les symptômes doivent leur signaler.
    ...................................................................
     Les membres du personnel sont munis d’équipements de protection individuels.
    ...................................................................
     La zone de police met tout en œuvre afin d’assurer la sécurité 24h/24.

    Concernant les services communaux :

     L’envoi des avertissements extraits de rôle en matière de taxe touchant les professions libérales et les indépendants est postposé.
    ...................................................................
    Le Collège communal a décidé d’appliquer la gratuité du parking en surface dans le centre-ville de Mons moyennant l’utilisation du disque de stationnement pour un maximum de 3h, et ce, durant les plages horaires habituellement payantes.
    ...................................................................
     Les services concernés par l’accueil du public (état civil, population, urbanisme, environnement, logement…) travailleront à bureaux fermés. Cependant, les demandes indispensables et/ou urgentes pourront être assurées moyennant une prise de rendez-vous préalable ; le service Etat Civil/population recevra uniquement sur rendez-vous, dans une plage horaire limitée aux matinées (de 8h30 à 12h30).
    ...................................................................
     Les services à domicile, à savoir le SAM, les équipes de médiation, les visites des services logement et urbanisme, se limiteront aux demandes et dossiers urgents.
    ...................................................................
     Il est décidé, pour ce qui concerne les mariages, de maintenir les mariages planifiés, mais uniquement en cercle restreint, d’autoriser les reports des mariages prévus d’ici le 3 avril sans frais, et d’autoriser l’enregistrement de mariages au-delà du 3 avril à la condition d’informer les futurs mariés de la possible prolongation des mesures de restriction en terme de public.
    ...................................................................
     Les Noces (or, diamant…) sont reportées.
    ...................................................................
     Les 4 points d’accueil au public (rue Neuve, salle pas Perdus, rue d’Enghien et Buisseret) sont maintenus jusqu’à nouvel ordre.

    Concernant les bâtiments communaux :

     Fermeture des musées ;
     Fermeture des piscines :
     Fermeture des bibliothèques ;
     Fermeture des halls sportifs ;
     Fermeture au public de Visit Mons (permanence téléphonique assurée) ;
     L’Académie de musique est fermée.

     Concernant les services événements :

     Les marchés hebdomadaires sont maintenus, en augmentant l’espace entre les personnes (1,5m), tout en limitant exclusivement aux étals alimentaires pour les marchés organisés le week-end.
    ...................................................................
     Les brocantes sont supprimées.
    ...................................................................
     Le Festival de Printemps de Mons | Édition 2020 est maintenu pour ce qui concerne les installations mais les événements sont annulés.

    Concernant les lieux de culte: ils sont ouverts mais sans célébration.

    Les Cavalcades de Jemappes et Quaregnon sont annulées

    Dans le contexte de pandémie actuel, le Bourgmestre de Mons Nicolas Martin et le Bourgmestre de Quaregnon Jean-Pierre Lepine ont pris la décision, conjointement avec toutes les sociétés de Gilles participantes, d’annuler les Cavalcades de Jemappes et Quaregnon qui devaient se dérouler du vendredi 10 au mardi 14 avril 2020. L’annulation de ces deux évènements, très attendus par un public fidèle et toujours nombreux, était la décision la plus sage à prendre.

    Vu la nécessité absolue de respecter les normes en matière de distanciation sociale dans la lutte contre la propagation du Coronavirus, il aurait été irresponsable de maintenir la tenue des Cavalcades qui drainent beaucoup de monde et durant lesquelles la promiscuité est de mise. Le public, essentiellement familial, aurait été exposé à un risque important de contamination que les deux communes et les organisateurs veulent à tout prix éviter.

    Les Bourgmestres Nicolas Martin et Jean-Pierre Lepine tiennent à saluer toutes les sociétés de gilles participantes ainsi que le comité carnavalcade pour leur coopération constructive et leur compréhension.

    Covid-19 » : aides aux indépendants et PME

    Chers citoyens, nous sommes conscients que les mesures prises afin d'endiguer la propagation du « Covid-19 » ont un impact considérable sur la santé financière de nos indépendants et de nos PME.

    C'est pourquoi nous vous proposons un résumé des mesures prises par les différents niveaux de pouvoir pour vous venir en aide : https://bit.ly/2WxMdpk 

    97323008-5633-4F9F-87E2-0A35520725FF.jpeg

     

     

    COMMUNIQUE DE PRESSE

     

    Covid 19 : le Collège communal de Mons adopte de nombreuses mesures afin d’appliquer les décisions du Centre National de Crise

     

    Suite à la réunion du Conseil National de Sécurité qui s’est tenu dans la soirée du 12 mars, les mesures suivantes ont été adoptées par le Collège communal de la Ville de Mons :

     

    BÂTIMENTS COMMUNAUX 

     

    -        Fermeture des musées ;

    -        Fermeture des piscines :

    -        Fermeture des bibliothèques ;

    -        Fermeture des halls sportifs ;

    -        Fermeture au public de VisitMons (permanence téléphonique assurée) ;

    -        L’Académie de musique est fermée.

     

    SERVICES COMMUNAUX

     

    -        L’envoi des avertissements extraits de rôle en matière de taxe touchant les professions libérales et les indépendants est postposé ;

    -        le Collège communal a décidé d’appliquer la gratuité du parking en surface dans le centre-ville de Mons moyennant l’utilisation du disque de stationnement pour un maximum de 3h, et ce, durant les plages horaires habituellement payantes ;

    -        Les services concernés par l’accueil du public (état civil, population, urbanisme, environnement, logement…) travailleront à bureaux fermés. Cependant, les demandes indispensables et/ou urgentes pourront être assurées moyennant une prise de rendez-vous préalable ; le service Etat Civil/population recevra uniquement sur rendez-vous, dans une plage horaire limitée aux matinées (de 8h30 à 12h30) ;

    -        Les services à domicile, à savoir le SAM, les équipes de médiation, les visites des services logement et urbanisme, se limiteront aux demandes et dossiers urgents ;

    -        Il est décidé, pour ce qui concerne les mariages, de maintenir les mariages planifiés, mais uniquement en cercle restreint, d’autoriser les reports des mariages prévus d’ici le 3 avril sans frais, et d’autoriser l’enregistrement de mariages au-delà du 3 avril à la condition d’informer les futurs mariés de la possible prolongation des mesures de restriction en terme de public ;

    -        Les Noces (or, diamant…) sont reportées ;

    -        Les 4 points d’accueil au public (rue Neuve, salle pas Perdus, rue d’Enghien et Buisseret) sont maintenus jusqu’à nouvel ordre.

     

    EVENEMENTS

     

    -        les marchés hebdomadaires sont maintenus, en augmentant l’espace entre les personnes (1,5m), tout en limitant exclusivement aux étals alimentaires pour les marchés organisés le week-end ;

    -        les brocantes sont supprimées ;

    -        le Festival de Printemps est maintenu pour ce qui concerne les installations mais les événements sont annulés.

     

     

    COMMERCES

     

    -        Les Discothèques, cafés et restaurants sont fermés. Seuls les services de livraison et le service à emporter sont autorisés

    -        Les hôtels, gîtes, internats, camping, bed & breakfast peuvent rester ouverts, mais les espaces communs (bar et restaurant) au sein de ces établissements doivent être fermés ;

    -        Les Commerces de détail et commerces traditionnels restent ouverts du lundi au vendredi, mais doivent fermer le week-end ;

    -        Les Commerces d’alimentation, de nourriture pour animaux et pharmacies restent ouverts normalement (semaine et week-end compris) ;

    -        Les Friteries et sandwicheries peuvent continuer à fonctionner mais il n’est pas autorisé de consommer sur place. Le service ne peut se faire qu’à emporter ;

    -        Les Salons de coiffure, onglerie, salons d’esthétique, salons de tatouage et salon de toilettage peuvent rester ouverts en semaine, et sur rendez-vous le week-end ;

    -        Les Livraisons, service traiteur et drive-in peuvent rester en activité afin d’effectuer des livraisons à domicile. Les services traiteur ainsi que les drive-in sont également autorisés ;

    -        Les Magasins de nuit peuvent rester ouverts dans le cadre des règlements communaux qui y sont relatifs. Le week-end, seules les denrées alimentaires peuvent être vendues ;

    -        Les Stations-service restent ouvertes de manière normale mais il y est interdit de consommer sur place ;

    -        Le Bourgmestre Nicolas Martin interpellera la Première Ministre afin que des mesures compensatoires fortes soient mises en place en faveur des PME et des indépendants impactés par les mesures annoncées.

     

    -          

    ECOLES

     

    -        Concernant les écoles communales, il est décidé d’assurer une garderie dans toutes les implantations en lieu et place des cours qui sont suspendus ;

    -        Une attention particulière doit être apportée aux enfants des parents qui travaillent dans le secteur des soins de santé et de la sécurité. Une tolérance sera d’application pour les autres, surtout ceux dont les deux parents travaillent et qui ne peuvent être gardés par d’autres personnes que leurs grands-parents ;

    -        Les maitres spéciaux seront affectés prioritairement auprès des implantations dont les besoins en personnel seront les plus importants ;

    -        L’académie de musique sera fermée au public durant la période concernée ;

    -        Toutes les mises à disposition des bâtiments scolaires ou partie de ceux-ci sont annulées.

     

     

    POLICE

     

    -        A l’exception du Commissariat Central et du Commissariat de Proximité de Quévy, tous les autres accueils (Havré, Jemappes et Mons-centre) seront inaccessibles au public mais resteront disponibles par téléphone ;

    -        Les procédures de domiciliation seront postposées ;

    -        La prise de plainte ne pourra se faire que pour des faits graves ou des motifs impérieux via une prise de rendez-vous. Pour les personnes résidant dans le Grand Mons, ces rendez-vous pourront être sollicités au numéro suivant : 065/97 93 01. Les habitants de l’entité de Quévy pourront prendre rendez-vous via le numéro suivant : 065/97 92 45 ;

    -        Pendant toute la période où les mesures seront effectives, la présence policière sera renforcée de manière significative sur tout le territoire de la Zone Mons-Quévy. Elle pourra répondre d’autant mieux aux diverses sollicitations des citoyens et assurer la sécurité de manière optimale ;

    -        Pour toute demande d’intervention urgente veuillez contacter le 101 (ne pas encombrer ce numéro pour des appels administratifs ou non urgents) ;

    -        Afin de limiter l’exposition des membres des services de police, les personnes présentant les symptômes doivent leur signaler ;

    -        Les membres du personnel sont munis d’équipements de protection individuels ;

    -        La zone de police met tout en œuvre afin d’assurer la sécurité 24h/24.

     

    CPAS

     

    -        Les crèches restent ouvertes ;

    -        Fermeture du Pole d’Accueil, qui reste accessible par téléphone ;

    -        Suppression des visites en MR et MRS ;

    -        Continuité du service maintien à domicile y compris la livraison des repas (ACASA) ;

    -        Fermeture de l'AMO; MADO et du Service Point d'Appui afin de renforcer le personnel de la Cité de l'Enfance qui passe en fonctionnement "horaire vacances scolaires" dès Lundi (h24) ;

    -        Fermeture des Maisons de Quartier ;

    -        Report des visites à domicile et des permanences non-indispensables ;

    -        Fermeture de l'Accueil (physiquement, l'accueil se fera toujours mais salle d'attente fermée).

    -        L’abris de jour est fermé mais les repas seront distribués chaque soir à l’abris de nuit

     

    DIVERS

     

    -        Fermeture des lieux de culte

    Une question sur le « Covid-19 » ?

    La réponse est ici !

    https://www.mons.be/actualites/une-question-sur-le-covid-19-la-reponse-est-ici

  • Nouvelles dispositions provinciales au 24 mars 2020

    Imprimer

    La province du Hainaut plus que jamais aux côtés des entreprises

    Assise à son bureau, une femme semble perdue devant un document important
     

     

    24 mars 2020 /Coronavirus - Avis à la population du Hainaut - Masques destinés aux infirmières et infirmiers à domicile

    Après avoir entendu l’inquiétude grandissante et légitime des infirmier.e.s et afin de pallier à l’urgence sanitaire, le Ministre-Président de Wallonie Elio Di Rupo et la Ministre wallonne de la Santé, Christie Morreale, en accord avec la Ministre fédérale de la Santé, Maggie De Block, ont donné instruction de livrer dans les meilleurs délais plus de 370.000 masques aux infirmier.e.s à domicile, ce qui correspond à 50 masques par professionnel du secteur.

    Il s’agit d’une première aide quantitative destinée à pallier la situation d’urgence que connait cette profession, en première ligne face à l’épidémie de coronavirus, dans l’attente d’autres livraisons qui devraient arriver dans les prochains jours via le niveau fédéral.

    A la demande du Gouvernement Wallon, la distribution wallonne sera coordonnée par les Gouverneurs de provinces et sera réalisée par les autorités communales.

    Les infirmier.e.s seront invités à prendre contact avec les administrations communales dès ce jeudi 26 mars. Ils seront invités à se rendre au point défini par les Administrations communales avec leur carte d’identité et la preuve de leur N° INAMI.

    Le Gouvernement de Wallonie reste pleinement attentif à la situation de l’ensemble des personnes impliquées dans la lutte contre le coronavirus et, en particulier, aux acteurs de première ligne.

    Il veillera, outre les mesures mises en place par le niveau de pouvoir fédéral, à ce que les professionnels du secteur de la santé puissent bénéficier d’un équipement sanitaire adéquat pour assurer leur mission.


    La Province débloque 1,3 million pour acheter des respirateurs pour les hôpitaux du Hainaut

    vendredi 20 mars 2020

    Face à la situation sanitaire préoccupante qui touche notamment le territoire hainuyer, le Collège provincial du Hainaut vient de décider d’acquérir 30 appareils respiratoires et 150 appareils de monitoring de la saturation d’oxygène. Il répond ainsi à une demande largement exprimée par les hôpitaux de la Province, soumis à une pression croissante. Ce matériel sera mis le plus vite possible à leur disposition selon une gestion assurée par la filière de formation des Ambulanciers secouristes de la Province de Hainaut (IPFH).
    Une procédure d’urgence est lancée par l’administration provinciale pour pouvoir financer ces acquisitions. Un budget de 1,3 million d’€ y est consacré.

    La Haute Ecole Condorcet mobilisée

    De son côté, la Haute Ecole Provinciale de Hainaut Condorcet se mobilise : étudiants et enseignants du paramédical se sont portés volontaires pour aider les personnels de santé mais ceux d'autres départements se mettent aussi au service de la collectivité, par exemple, pour réparer le matériel médical ou accueillir les enfants du personnel hospitalier...
    Le Département paramédical a également mis à disposition ou donné du petit ou gros matériel nécessaire aux différents hôpitaux du Hainaut.

    Fermeture des institutions provinciales

    Pour renforcer l’indispensable confinement des citoyens, le Collège provincial a décidé de fermer tous les sites et institutions de la Province ne nécessitant pas un accueil ou une présence indispensable. Les institutions concernées continuent toutefois à assurer un suivi des missions provinciales par le renforcement des opportunités de télétravail. Elles organisent par ailleurs un service d'accueil téléphonique et poursuivent l'instruction des dossiers en cours.
    Les centres d’accueil et d’hébergement de l’action sociale et les écoles organisant des gardes continuent à fonctionner comme précédemment. Le Collège provincial salue d’ailleurs le grand professionnalisme dont font preuve depuis le début de la crise ses agents de première ligne et notamment ses éducateurs.

    Nouvelles dispositions provinciales

    du lundi 16 mars 2020

    Covid-19 : nouvelles dispositions provinciales pour favoriser le confinement et assurer un accompagnement numérique innovant en faveur des élèves.

     

    Devant l’évolution de la pandémie du Covid-19, le Collège provincial du Hainaut a reconsidéré les mesures prises jusqu’à présent pour assurer la continuité du service offert au citoyen tout en veillant à la santé de son personnel, celle de ses Asbl de gestion et celle de ses étudiants.

    Des dispositions plus fortes ont été prises en ce qui concerne les stages des étudiants, l’organisation d’une continuité pédagogique et la mise en œuvre de permanences dans les services pour diminuer les présences en institution et favoriser ainsi le confinement.

    Enseignement: éducation numérique et stages volontaires

    Dans l’enseignement, il est constaté que les garderies mises en place ce lundi 16 mars ont été très peu sollicitées. Le Collège provincial a donc pris l’option de réorienter son personnel enseignant vers la mise en œuvre d’un dispositif innovant d’éducation numérique. Les professeurs travaillent en ce moment à la mise en ligne d’activités pédagogiques de révision et de consolidation des acquis. Les élèves seront dotés d’une adresse email pour les suivre et bénéficier d’un accompagnement en ligne. Les travaux rentrés par les élèves ne seront toutefois pas évalués. L’objectif est de doter les jeunes d’outils de réussite et d’offrir aux enseignants un espace éducatif nouveau leur permettant de pratiquer le travail à distance.

    Face à la problématique difficile des stages extérieurs, le Collège provincial a décidé de suspendre tous les stages mais, soucieux de participer à l’effort sanitaire collectif, de ne maintenir que, sur base volontaire, les stages en milieu hospitalier ou de maisons de repos et de soins. Ces stages s’appuieront sur le volontariat des étudiants, les institutions accueillantes devront offrir la garantie que les étudiants bénéficieront du même équipement et du même matériel que le personnel.

    En matière de formation, toutes les formations de base des aspirants policiers sont suspendues étant donné l’impossibilité de respecter la règle de distanciation sociale.

    Social: garantir le service et la santé 

    Dans l’action sociale, le Collège provincial est particulièrement attentif aux situations dans les IMP et leurs centres d’accueil et d’hébergement. Les cas de contamination rencontrés au sein du Roseau vert durant ce week-end incitent à la prudence, particulièrement à l’égard des personnes adultes polyhandicapées.

    La Province met tout en œuvre pour disposer du matériel de protection et d’hygiène utile au personnel. Il a fait appel à la solidarité des services provinciaux et étudie les différentes pistes pour s’assurer les services d’une société spécialisée dans le nettoyage des espaces de soin. Un dépistage des agents en contact avec les personnes malades est par ailleurs en cours.

    Les services de santé mentale et d’accueil en milieu de vie n’interviendront plus qu’en cas d’urgence et ne pratiqueront plus d’interventions à domicile pour le bien-être du personnel et des bénéficiaires.

    Personnel : télétravail élargi et permanences

    L’ensemble des services provinciaux continuera à fonctionner de manière allégée dans les prochaines semaines pour assurer les missions de base.

    Le télétravail et le travail à domicile seront élargis au-delà d’un jour par semaine. Les horaires seront aménagés. Les services organiseront une rotation de leur personnel par l’organisation de permanences. Le personnel invité à rester à domicile demeurera rappelable à tout moment. Le Collège provincial sait qu’il peut compter sur son sens de l’intérêt public et son efficacité.

    Suivez l'actualité en temps réel sur la page Facebook de la Province de Hainaut

    https://portail.hainaut.be/

    Aucune description de photo disponible.

  • Coronavirus : le Gouvernement de Wallonie prend des mesures de soutien supplémentaires

    Imprimer

    Coronavirus : le Gouvernement de Wallonie prend des mesures de soutien supplémentaires

    Vendredi 27 mars 2020

    Indemnisation des indépendants et PME

    Le Gouvernement de Wallonie a décidé de constituer un fonds extraordinaire de 233 millions € afin d'indemniser à hauteur de 5 000 € les entreprises et indépendants fortement touchés par les fermetures liées à la lutte contre le coronavirus.

     Les entreprises peuvent déposer leurs demandes d'indemnisation sur la plate-forme www.indemnitecovid.wallonie.be.

     Pour plus d'informations sur les procédures et les conditions d'octroi d'une indemnisation, rendez-vous sur https://bit.ly/2wIbpPp 

     Les entreprises wallonnes pourront introduire leur
    demande d’indemnisation à partir du vendredi 27 mars


    Le Gouvernement de Wallonie a décidé de constituer un fonds extraordinaire de 233 millions € afin d’indemniser à hauteur de 5.000 € les entreprises et indépendants fortement touchés par les fermetures liées à la lutte contre le coronavirus.
    La plate-forme wallonne pour introduire une demande est mise en ligne par le SPW Economie depuis ce vendredi 27 mars à l’adresse suivante : www.indemnitecovid.wallonie.be


    Willy BORSUS : « Vu l’urgence et l’ampleur de la crise, nous voulions agir vite, proposer un outil simple et rapide. Les premiers paiements arriveront en avril. »


    Conditions
    Les conditions à remplir pour que la demande de l’indépendant ou de l’entreprise soit prise en
    compte sont les suivantes :
    1. Être une petite entreprise ou très petite entreprise
    c’est-à-dire :
    • avoir un effectif d’emploi de moins de 50 travailleurs ;
    • et avoir :
    o soit un chiffre d’affaires annuel qui n’excède pas 10 millions € ;
    o soit un total du bilan annuel qui n’excède pas 10 millions € ;
    • et respecter le critère d’indépendance tel que fixé par le décret.
    2. Être active dans un des secteurs définis comme éligibles parce qu’ayant dû fermer :
    La restauration (code NACE 56)
    L’hébergement (code NACE 55)
    Les activités des agences de voyage, voyagistes, services de réservation et
    activités connexes (code NACE 79)
    Le commerce de détail (code NACE 47 – hors 47.20 et 47.73. Le code 47.62
    est éligible sauf les presse shops)
    Les services personnels (code NACE 96)
    Autres secteurs :
    • autocaristes (code NACE 49390)
    • attractions touristiques (article 110 d du code wallon du tourisme)
    • forains (code NACE 93211)
    • car-wash (code NACE 45206)
    • auto-écoles (code NACE 85531)
    • secteur événementiel (partiellement) (code NACE 8230, 74.109,
    90.023, 77392, 77293)
    3. Avoir été en activité avant le 12 mars 2020
    4. Avoir payé des cotisations sociales en 2018. Pour les starters et les entreprises créées
    après 2018, démontrer un paiement de cotisations au 4ème trimestre 2019 ou avoir des
    revenus justifiant le paiement de cotisations sociales (examen individuel des dossiers).
    5. Avoir son siège d’exploitation en Wallonie (données reprises à la Banque-carrefour des Entreprises)


    Le Gouvernement

    Procédure
    Les entreprises pourront déposer leurs demandes d’indemnisation sur une plate-forme qui est en ligne depuis vendredi 27 mars 2020 à partir de 8h30.
    www.indemnitecovid.wallonie.be.
    Lors de l’introduction de la demande, après avoir encodé le numéro d’entreprise BCE, il sera demandé à l’entreprise de s’identifier via la carte d'identité ou l’application itsme® et d’encoder un certain nombre de renseignements.
    L’administration vérifiera que l’entreprise est en activité, ainsi que le caractère éligible de la demande et les justificatifs.
    Les premiers paiements effectifs auront lieu en avril.
    Pour rappel, environ 55.000 entreprises et indépendants wallons sont potentiellement éligibles à l’indemnité compensatoire.
    Le numéro d’information pour les entreprises reste le 1890 :

    www.1890.be


    CONTACT :
    Pauline Bievez | Porte-parole de Willy BORSUS
    0477/38.45.01 – pauline.bievez@gov.wallonie.be


    Le Gouvernement

    Suspension temporaire et exceptionnelle de
    certaines dispositions fiscales


    En complément des mesures urgentes de suspension de tous les délais de rigueur prises par le
    Gouvernement de Wallonie, de nouvelles mesures fiscales ont été approuvées ce jeudi 26 mars.
    Revente d’un bien acquis il y a moins de deux ans
    Suite aux mesures de confinement, de nombreuses personnes risquent de ne pas pouvoir se rendre auprès de leur notaire afin de passer les actes authentiques de revente d’un bien acquis il y
    a moins de 2 ans. Pour rappel, si on revend un bien dans les 2 ans de la date d’acquisition, on peut
    bénéficier de la restitution de 3/5 des droits d’enregistrement payés lors de l’acquisition du bien
    immobilier. Les délais seront adaptés pour garantir le bénéfice de cette mesure jusqu’à la fin de
    cette période compliquée.
    Réduction exceptionnelle à 0 % du droit d’enregistrement pour les mandats hypothécaires
    Pour s’octroyer des garanties complémentaires en ces temps de crise majeure, le secteur bancaire risque de recourir à l’activation des mandats sur les crédits hypothécaires et de prendre ainsi réellement des hypothèques sans que les personnes concernées ne puissent s’y opposer. Cela va
    entrainer des coûts conséquents (fiscaux et notariaux) pour les redevables concernés.

    Le Gouvernement a décidé de protéger ces derniers en neutralisant fiscalement les conséquences d’une telle décision des banques.
    Allégement de la charge fiscale
    Afin de soutenir les établissements concernés par la taxe sur les appareils automatiques de divertissement, notamment dans le secteur HORECA, le Gouvernement décide de réduire la taxe de 1/12ème par mois ou partie de mois de fermeture obligatoire.
    CONTACT :
    Stéphanie Wyard | Porte-parole de Jean-Luc CRUCKE
    0473/80.66.47 – stephanie.wyard@gov.wallonie.be

     

    Mercredi 18 mars 2020

    coronavirus


    La crise sanitaire exceptionnelle liée au Covid-19 que connait aujourd’hui la Belgique, et les
    mesures qui ont été prises à l’issue du Conseil National de Sécurité pour limiter la propagation
    du virus dans la population sont de nature à impacter la vie de tous les Wallons et Wallonnes.


    Par conséquent, le Gouvernement de Wallonie s’est réuni ce 20mars 2020 afin de prendre une série
    de mesures destinées à alléger au maximum cet impact :


    Constitution d’un fonds extraordinaire de solidarité de 350 millions


    Ce fonds est réparti comme suit :
    - 233 millions d’euros de soutien aux PME et indépendants dans les secteurs touchés par la
    crise, à travers une indemnisation forfaitaire ;
    - 115 millions d’euros de mesures de soutien aux secteurs de la santé et du social ;
    - 2 millions d’euros destinés aux pouvoirs locaux en compensation de la suppression de taxes
    et redevances aux entreprises et indépendants touchés par la crise du coronavirus.
    o 233 millions de soutien pour les entreprises, PME et indépendants et
    une mobilisation massive des outils économiques


    Le Gouvernement de Wallonie a décidé de constituer un fonds extraordinaire de 233 millions
    d’indemnités afin de mettre en place l’octroi d’une indemnité compensatoire pour les
    entreprises touchées directement et indirectement par les décisions du Conseil national de
    sécurité et répondant à la définition de la micro-entreprise et de la petite entreprise ;


    Le Gouvernement a donc décidé d’accorder :
    - 5.000 EUR par entreprise totalement fermée ou à l’arrêt en conséquence des décisions
    adoptées par le Conseil national de sécurité et faisant partie des secteurs suivants :
    o La restauration (code NACE 55) ;
    o L’hébergement (code NACE 56) ;
    o Les activités des agences de voyage, voyagistes, services de réservation et
    activités connexes (code NACE 79) ;
    o Le commerce de détail (code NACE 47 – hors 47.20, 47.62, 47.73).
    - 2.500 EUR par entreprise qui doivent modifier leurs jours de fermeture sans être
    fermées toute la semaine en application des décisions adoptées par le Conseil national
    de sécurité.
    o Services personnel – coiffeurs (code NACE 96.021).


    Ces indemnités concernent potentiellement environ 55.000 entreprises et indépendants.
    La méthodologie mise en place sera communiquée très prochainement de façon détaillée mais se fera via une plate-forme qui sera accessible le 27 mars 2020.

    Les paiements interviendront à partir d’avril.


    Outils économiques massivement mobilisés

    En plus de cette aide directe, le Gouvernement wallon entend rassembler toutes les forces
    financières wallonnes pour maintenir le financement des entreprises.
    C’est pourquoi, les outils financiers wallons dans leur ensemble (SRIW, GROUPE SOGEPA,
    SOWALFIN, invests) octroieront un gel généralisé sur les prêts en cours jusqu’à la fin du mois de mars 2020.

    Ce gel pourra être prolongé jusqu’à la fin du mois d’avril 2020.
    Cet effort collectif permettra d’alléger les charges financières des entreprises et de libérer de la trésorerie à court terme et donc d’éviter un phénomène de boule de neige désastreux pour l’économie.


    D’autres mesures de soutien sont mises en place au sein des outils économiques.


    SOWALFIN


    Les mesures proposées consistent à maintenir ou augmenter la trésorerie disponible des PME
    via :
    L’octroi de garanties à 50 % sur des lignes de crédit existantes octroyées par les
    banques sans garantie initiale SOWALFIN, avec un engagement maximum de
    500.000 EUR, afin de permettre de maintenir ces moyens à disposition des
    entreprises impactées ;
    L’octroi de garanties à 75 % sur des majorations de lignes existantes (Banques
    - Invests) ;
    L’octroi de garanties à 75 % sur des nouvelles lignes de crédit court terme
    (Banques - Invests).


    Groupe SOGEPA / Wallonie Santé


    La Sogepa (outil économique wallon spécialisé dans le financement et l’accompagnement des
    entreprises en retournement) et Wallonie Santé (sa filiale dédicacée au financement des
    organismes de soins agréés, établissements pour personnes âgées, résidences-services,
    structures pour personnes handicapées, services et centres en santé mentale) mettront en place
    les mesures suivantes :
    1) Faire effet de levier sur le secteur bancaire
    - En octroyant un prêt équivalent aux prêts octroyés par les banques pour affronter les
    échéances des entreprises à très court terme : les crédits bancaires, la SOGEPA/
    Wallonie Santé doubleront la mise des banques qui soutiennent les entreprises.
    - En renforçant les garanties publiques des prêts bancaires à hauteur de 75% :
    Dans le cadre de ses moyens actuels, le groupe SOGEPA/Wallonie Santé mobilisera une
    enveloppe de 100 millions € pour :
    - compléter les garanties octroyées automatiquement par la SOWALFIN (aux
    entreprises saines avant la crise) : pour atteindre des garanties d’ un montant
    maximal de 2,5 millions €par bénéficiaire
    - pour les entreprises en difficultés : garantie de 75% d’un montant maximal de
    2.5 millions € par bénéficiaire
    2) Soutenir d’urgence la trésorerie des entreprises par un prêt de 200.000 EUR :
    Pour combler les besoins urgents de trésorerie des entreprises, la SOGEPA et Wallonie Santé
    proposeront des prêts sans contrepartie privée pour un montant maximal de 200.000 EUR avec
    une franchise de remboursement de 1 an et avec un taux d’intérêt fixe de 2%.


    SRIW


    1) L’extension du mécanisme de garanties GELIGAR de 50 à 250 millions
    Pour rappel, la S.A. GELIGAR a pour mission :
    • L’octroi de la garantie de la Région wallonne en faveur des entreprises ne répondant
    pas à la définition de PME au sens européen ;
    • L’octroi à la SOFINEX, d’une enveloppe de garantie en faveur des grandes
    entreprises désirant développer leurs activités à l’exportation.
    Il est proposé, dans le respect du plafond global d’1.500.000 EUR d’encours par bénéficiaire,
    de :
    • Garantir les lignes court terme existantes octroyées par les banques sans la garantie
    de la Région wallonne afin de pouvoir maintenir ces moyens à disposition des
    entreprises impactées par la crise du Covid-19.
    • Garantir les accroissements de ligne court terme qui seraient accordées aux
    entreprises pour les aider à passer cette période de crise. Pourront être considérés
    comme des accroissements de ligne court terme l’octroi de moratoire sur des crédits
    moyen terme.
    Il s’agit d’une garantie de 75 % octroyée automatiquement.
    • Adapter la notion d’entreprise en difficulté à la nouvelle définition européenne.
    2) Les Participations et prêts, en général
    Mise en place d’un call hebdomadaire avec les banques (head of corporate) sur le suivi des
    participations, et les mesures éventuelles à prendre de part et d’autre.
    Le Gouvernement wallon plaidera auprès du Fédéral afin de s’assurer que la compensation et
    les indemnités soient défiscalisées.
    Enfin pour les entreprises qui rencontreraient des problèmes de trésorerie pour honorer leurs
    factures d’eau dans les délais, le paiement de ces factures pourra être étalé.
    o 115 millions d’euros de mesures de soutien aux secteurs de la santé et
    du social et de l’emploi
    Une enveloppe de 115 millions a été prévu afin de venir en aide aux secteurs de la santé, social
    et de l’emploi. Le Gouvernement de Wallonie a opté pour 3 formules d’aides qui seront
    déclinées et adaptées selon les secteurs :
    1. Les secteurs (principalement de la santé et les acteurs de première ligne) qui vont devoir
    assumer un surcroît d’activités. Ils recevront une enveloppe exceptionnelle de 75 millions
    d’euros ;
    2. Les secteurs subsidiés qui vont être confrontés à une diminution de leurs activités voire à
    l’arrêt de celles-ci. Leurs subventionnements seront maintenus.
    3. Les secteurs qui perdront les recettes des bénéficiaires de leurs services. Une intervention
    forfaitaire complémentaire est prévue à hauteur de 5000 euros
    1. Enveloppe d’aide exceptionnelle
    Le secteur de la santé et de l’aide à la personne sont en première ligne pour gérer la crise
    sanitaire et doivent absorber un surcroit d’activités considérables. Le gouvernement wallon a
    souhaité les soutenir financièrement à travers une enveloppe extraordinaire de 75 millions
    d’euros.


    Les hopitaux


    En ligne direct et bien que relevant du fédéral au niveau des compétences, il est proposé
    d’octroyer au secteur hospitalier un montant global de 56,55 millions pour 3 mois. Cette aide
    exceptionnelle se déclinera en 3.000 € trimestriels, par lit agréé pour l’ensemble des hôpitaux
    régionaux, hors hôpitaux académiques (Fédération Wallonie-Bruxelles).
    Ce montant total permettra essentiellement de compenser des couts engendrés par l’achat de
    matériel, la désinfection des véhicules et unités de soins, l’ouverture d’unités d’hospitalisation
    séparées liées à l’afflux de patient, les coûts pour renforcer les équipes soignantes, les
    problèmes de trésorerie suite à la déprogrammation des activités "non urgentes", etc.


    Les Maisons de repos


    Des mesures spécifiques sont aussi prévues pour ce secteur qui compte en Wallonie 602
    maisons de repos (et de soins), plus de 18 000 travailleurs et travailleuses et 60.000 résidents.


    Une aide totale de 12, 372 millions d’euros est prévue pour 3 mois, c’est-à-dire une aide
    exceptionnelle de 250 € trimestriels, par lit pour, l’ensemble des maisons de repos et de soins.


    Cette aide d’urgence couvrira notamment les coûts supplémentaires liés à l’achat de matériels
    supplémentaires, les aménagements des locaux liés aux mesures de protection et aux
    confinements de résidents Covid+, les charges salariales supplémentaires, la désinfection et le
    traitement des déchets, etc.


    Secteur de l’Action sociale (relais sociaux, abris de nuit…)


    Les personnes en grande précarité et celles sans-abri représentent une population
    particulièrement vulnérable dans la gestion de la crise du Covid-19.


    Aujourd’hui, les structures d’hébergement, comme les abris de nuit, et d’accueil qui prennent
    en charge ces personnes rencontrent de multiples difficultés spécifiques dont celle de l’absence
    d’une infrastructure adéquate permettant le confinement, pourtant prescrit sur le plan médical.
    De nombreuses structures ferment leurs portes, faute de personnel sans qu’une alternative
    d’accueil ne soit organisée pour ces personnes particulièrement précarisées.


    Le Gouvernement a dès lors décidé de solliciter les Gouverneurs afin qu’ils prennent les
    mesures nécessaires à l’échelle provinciale pour organiser un accueil alternatif présentant
    les garanties sanitaires imposées par la gestion de l’épidémie de Covid 19. Ces mesures seront
    prises en concertation avec les Bourgmestres, les Présidents de CPAS, les structures locales
    d’aide ou d’hébergement et la Croix-Rouge.
    Les structures qui sont concernées en Wallonie sont essentiellement les suivantes :
    - Les 12 Abris de nuit
    - Les 57 Maisons d’accueil
    - Les 15 Maisons de vie communautaire
    - Les 7 Relais Sociaux et dont les relais santé (dont l’accueil de jour)


    Par ailleurs, une enveloppe de 1.000.000 € pour 3 mois sera dégagée pour permettre
    l’engagement de personnel temporaire et additionnel en fonction des besoins et des réalités
    locales (palier aux équipes réduites, renforcer les maraudes auprès des sans-abri, distribuer des
    colis alimentaires, suivi minimum des personnes confinées, organiser l’accueil alternatif, etc.).


    Secteur du handicap


    La plupart des services du secteur du handicap sont aujourd’hui confrontés à des taux
    d’absentéisme estimés entre 10 et 15 % avec « salaire garanti » et obligation de rappeler du
    personnel en congé ou de procéder à des embauches.
    Il va donc y avoir des surcoûts pour les services qui, à ce stade, est estimé ce à + 5 % de sa
    subvention de base pendant la période concernée.
    Sur cette base, le gouvernement wallon a donc décidé d’octroyer une aide de 668.000€ pour 3
    mois.


    2. Maintien des subventions pour les secteurs confrontés à une diminution de leurs
    activités, voire à l’arrêt de celles-ci.


    Tous les secteurs subsidiés au prorata de leurs activités par la Wallonie en Santé, Action sociale,
    Emploi, Formation…et impactés par cette crise sanitaire verront leurs subventionnements
    maintenus ! Cette mesure vise à préserver l’emploi en évitant que la baisse des activités
    conduise à la perte des financements régionaux.
    Pour déterminer les montants octroyés, nous calculerons le montant des subventions régionales
    sur base des activités de l’année n-1 ou du mois de février si les chiffres sont disponibles.
    Le bénéfice de cette mesure suppose donc que les employeurs renoncent à mettre leur personnel
    au chômage temporaire (une exception est faite pour les hôpitaux dont le fonctionnement est
    financé par le fédéral).
    Différents secteurs santé mais aussi de la formation socio-professionnelle sont concernés
    comme les hôpitaux, les services d’aide et de soins à domicile, les services de santé mentale,
    les maisons des soins psychiatriques, les services d’aides en assuétude, les planning familiaux
    mais aussi les Centres d’insertion socio-professionnels, les Missions régionales pour l’emploi,
    etc.
    En ce qui concerne le secteur des titres-services qui est aussi directement impacté par cette crise
    sanitaire, un financement complémentaire de 23 millions d’euros va leur être octroyé en plus
    des montants annuels de la région qui s’élèvent à 448.500.000 millions d’euros.
    Les risques encourus par les travailleur-euse-s du secteur comme pour leurs clients sont par
    ailleurs plus élevés que dans la plupart des autres secteurs. Plus d’un tiers des utilisateurs, soit
    plus de 100.000 utilisateurs, ont plus de 65 ans et les effets d’une propagation du virus sur ces
    derniers, par les travailleur-euse-s, seraient extrêmement graves.
    A cet égard, nous continuerons donc nos discussions avec le fédéral pour interroger
    l’opportunité de maintenir en activité des entreprises de titres-services pour des raisons
    sanitaires.


    3. Interventions forfaitaires pour compenser la perte de recettes


    Certaines structures en emploi, formation et dans le secteur santé vont être impactées par la
    chute des recettes provenant de la diminution de la quote-part financière des bénéficiaires de
    leurs prestations.
    C’est la raison pour laquelle, le gouvernement va leur octroyer un montant forfaitaire de 5.000
    euros par entreprise, pour une durée de 3 mois.

    Cela représente un montant total de17.025.000 millions d’euros.


    A titre d’exemples, sont notamment concernés ; les services d’aide aux familles, les centres
    d’accueil de jour, les services de santé mentale, les entreprises de travail adapté, les entreprises
    de titres-services, les entreprises d’insertion, les Ressourceries agréées, les centres d’insertion
    socio-professionnels, les entreprises de travail adaptées, la Promotion de la santé…


    o 2 millions d’euros de mesures de soutien destinés aux pouvoirs

    locaux :
    Le Gouvernement a décidé de consacrer 2 millions d’euros aux entreprises et indépendants
    touchés par la crise du coronavirus via un allègement de la fiscalité locale.
    Les taxes locales touchant ces secteurs seront temporairement « suspendues », le temps de la
    fermeture imposée par le Conseil National de Sécurité et la Wallonie attribuera aux pouvoirs
    locaux une compensation financière équivalente au montant des exonérations octroyées.


    Réserve interdépartementale de 100 millions pour le redéploiement de la
    Région
    Le Gouvernement constituera, lors de l’ajustement budgétaire, une réserve interdépartementale
    de minimum 100 millions d’euros (en crédits d’engagement et en crédits de liquidation). Les
    moyens budgétaires proviendront notamment:
    • De projets budgétairement considérés comme des « code 8 » ;
    • Des réserves financières des UAP ;
    • D’économies et de réorientations des départements ;
    • Du solde éventuellement non utilisé dans le fonds extraordinaire de solidarité en réponse
    à la crise du coronavirus de 350 millions d’euros.
    Cette réserve interdépartementale permettra d’adopter des mesures de redéploiement à l’issue
    de la crise du coronavirus notamment orientées vers la relocalisation d’activités en Wallonie,
    l’économie circulaire, les circuits courts et des premières concrétisations du Plan de transition.
    Les montants prévus pour le Plan de transition pour les années 2021 et suivantes sont confirmés.


    Mesures pour éviter une interruption de fourniture d’électricité et de
    gaz


    En matière d’accès à l’énergie, les gestionnaires de réseau de distribution prennent toutes les
    mesures adéquates pour éviter qu’une interruption de la fourniture d’électricité ou de gaz
    résultant de l’utilisation de la fonction de prépaiement intervienne à partir de ce mercredi 18
    mars jusqu’au 30 juin 2020 au plus tôt.
    Pendant la période visée, aucun placement de compteur à budget n’aura lieu et aucune demande
    de placement ne sera déposée auprès des Gestionnaires de réseau. L’ensemble des procédures
    de placement de compteurs à budget en cours sont annulées. Les clients restent alimentés par
    leur fournisseur selon leur contrat actuel.
    Toutes les procédures de coupure sont suspendues pendant cette période, sauf pour des raisons
    de sécurité.


    Organisation d’un accueil alternatif pour les personnes en grande
    précarité et celles sans-abri , en concertation avec les pouvoirs locaux


    Le Gouvernement de Wallonie a demandé aux Gouverneurs des 5 Provinces wallonnes de
    prendre les mesures nécessaires à l’échelle de leur territoire pour organiser, dans le cadre de la
    gestion de l’épidémie de Covid-19, un accueil alternatif et sanitaire des personnes en grande
    précarité et celles sans-abri.
    Le Gouvernement invite les gouverneurs à prendre ces mesures en concertation avec les
    Bourgmestres, les Présidents de CPAS, les structures locales d’aide ou d’hébergement et la
    Croix-Rouge.
    Les personnes en grande précarité et singulièrement les personnes nécessitant un hébergement
    d’urgence ont besoin d’une attention particulière dans la gestion de cette crise, que ce soit par
    rapport à leur propre état de santé ou par rapport à la nécessité de confinement pour éviter la
    propagation du COVID-19.
    Un courrier officiel vient d’être adressé aux Gouverneurs les informant de cette décision qui
    vise principalement les abris de nuit, les maisons d’accueil et les maisons de vie communautaire
    et autres types d’hébergement à destination de ce public fragilisé.


    Mesures fiscales


    Mesures générales :
    • Les délais de paiement des taxes : les redevables bénéficieront d’une suspension du
    délai de paiement, qui sera allongé de la période correspondant à la crise.


    Contentieux :
    • L’introduction d’une réclamation administrative : les délais de réclamation
    (introduction, recours,…) vont être gelés, chacun aura donc la garantie du maintien de
    ses droits malgré l’obligation temporaire de confinement.
    • Les décisions négatives/positives aux redevables : les décisions administratives
    négatives vont être gelées, ce qui évitera une pression financière complémentaire. En
    revanche, toutes les décisions positives seront appliquées afin de rendre des moyens
    financiers, aux personnes physiques et morales, durant la période de crise.


    Recouvrement :
    • Les recouvrements déjà en cours ou qui allaient être lancés : assouplissement des
    recouvrements en cours, y compris au niveau des huissiers. Si le redevable souhaite
    s’acquitter de sa taxe, les plans de paiement seront facilités (plan d’apurement jusqu’à
    minimum 3 mois après la crise).


    Mesures spécifiques :
    • Les contrôles : Tous les contrôles physiques (protection des agents) et par
    correspondances (inefficaces vu les fermetures massives) sont supprimés
    • La taxe kilométrique : les amendes administratives seront modérées.
    • Les appareils automatiques de divertissement : proratisation exceptionnelle de la taxe,
    via note de crédits, pour la période de fermeture obligatoire de l’HORECA


    Suspension temporaire des délais de rigueur et de recours


    Le Gouvernement wallon adopte un arrêté de pouvoirs spéciaux relatif à la suspension
    temporaire des délais de rigueur et de recours fixés dans l’ensemble de la législation et la
    réglementation wallonnes ou adoptés en vertu de celle-ci.
    La crise sanitaire est de nature à priver les citoyens de la possibilité de faire valoir leurs droits
    dans le cadre des procédures et recours administratifs.
    Dans une volonté de garantir la continuité du service public, le principe d’égalité et de préserver
    la sécurité juridique, le dispositif vise à ce qu’aucun citoyen ne soit entravé ni dans l’exercice
    de ses droits ni dans l’accomplissement de ses obligations du fait des impacts de la crise
    sanitaire sur le fonctionnement quotidien des Services publics ou du fait qu’il n’ait pas été luimême dans une situation qui lui permette d’exercer ceux-ci.
    Ces mesures veillent également à ce que les services publics soient en mesure de traiter
    effectivement les recours et procédures administratives relevant de leur responsabilité, tout en
    évitant que des décisions ne soient prises par défaut dans le cas d’une impossibilité de traitement
    dans les délais requis.
    Ces délais de rigueur sont suspendus à partir du 18 mars 2020 et pour une durée de 30
    jours prorogeable deux fois pour une même période. Ils recommenceront à courir le lendemain
    de la publication au Moniteur Belge de l’arrêté du gouvernement constatant la fin de la période
    de suspension.
    La suspension des délais n’empêche cependant pas les autorités tant régionales que
    communales de continuer à prendre des décisions même dans les situations où les délais sont
    suspendus.
    Enfin, parce que les restrictions de circulation et d’accès aux administrations restreignent les
    possibilités de participation du public, les délais en matière d’enquête publique et de remise
    d’avis des instances seront également suspendus, avec comme conséquence la prolongation des
    délais pour la tenue des enquêtes publiques devant se tenir durant la période de suspension ou
    ayant commencé avant cette période.


    Suspension des décisions d’expulsions domiciliaires administratives et
    judiciaires


    Le Gouvernement de Wallonie adopte un arrêté de pouvoirs spéciaux suspendant
    temporairement l’exécution des décisions d’expulsions domiciliaires administratives et
    judiciaires.
    Les ménages locataires, dans le cadre d’une procédure d’expulsion, ne doivent pas être mis à
    la rue ou dans l’obligation de se loger chez des connaissances pour une période transitoire ou
    de se tourner vers le CPAS ou tout autre organisme pour obtenir un logement, et ainsi multiplier
    les contacts sociaux.
    Pour ce faire, le Gouvernement interdit l’expulsion des locataires et ce, qu’ils soient locataires
    d’un logement public ou d’un logement privé :
    1. D’une part en suspendant l’exécution des décisions administratives et judiciaires
    d’expulsion jusqu’au 5 avril 2020 avec possibilité de prolonger cette période ;
    2. D’autre part, pour ce qui concerne les expulsions sans droit ni titre, en permettant aux
    forces de police d’intervenir pour les empêcher et de ne pas attendre une éventuelle
    décision judiciaire qui interviendrait trop tard pour éviter que les ménages ne se
    retrouvent à la rue ou dans l’obligation de se reloger en urgence chez des connaissances
    ou via le CPAS ou tout autre organisme.


    Continuité des services publics régionaux assurée


    Les nouvelles mesures de confinement de la population décidées hier par le Conseil National
    de Sécurité ont une implication directe sur la fonction publique régionale et requièrent de
    nouvelles adaptations du fonctionnement des services du SPW.
    Les activités du SPW et la continuité des services sont maintenus dans le respect strict des
    mesures de confinement décidées hier. Les mesures anticipatives prises le 13 mars sont
    renforcées par de nouvelles afin de rendre le confinement le plus effectif possible.
    • Les agents sont placés en télétravail 5 jours/semaine. Cependant, s’ils devaient se
    rendre, de façon ponctuelle, sur le lieu de travail, cette prestation serait limitée dans le
    temps au strict nécessaire pour assurer la continuité du service.
    • Dans le cas où la mission est essentielle et que le télétravail n’est pas possible, l’agent
    se rend sur son lieu de travail mais son supérieur hiérarchique met tout en œuvre pour
    que le nombre d’agents présents au même moment sur le lieu de travail respecte les
    règles de distanciation sociale.
    • Les agents qui ne peuvent effectuer leur travail en télétravail ou en respectant les règles
    de distanciations sociales, sont placées en dispense de service pour cas de force majeure
    par leur supérieur hiérarchique et conservent leur rémunération. Ils restent à la
    disposition de leur hiérarchie pour assurer la continuité du service.• Enfin, lorsqu’un membre du personnel doit se rendre sur son lieu de travail et qu’il ne
    peut pas ou ne souhaite pas utiliser les transports en commun, il pourra bénéficier d’une
    intervention de son employeur.


    Ces mesures permettent de rendre totalement effectives les décisions du Conseil National de
    Sécurité, de protéger l’ensemble du personnel et la population. Elles permettent aussi d’assurer
    la continuité des services aux usagers, un devoir essentiel en cette période difficile. Enfin, ces
    mesures offrent à tous les membres du personnel une sécurité financière puisqu’il n’y aura
    aucune perte de salaire.


    Fermeture des recyparcs


    Le Gouvernement de Wallonie a donné instruction hier soir aux intercommunales de gestion
    des déchets d’imposer une fermeture de tous les recyparcs de Wallonie à partir de ce mercredi
    18 mars jusqu’à nouvel ordre.


    Cette mesure tient compte des nouvelles directives du Conseil national de sécurité, qui visent à
    limiter davantage les déplacements des personnes et à renforcer leur confinement. La fermeture
    permettra aussi de garantir le respect des règles de sécurité sanitaire vis-à-vis du personnel
    travaillant au sein des recyparcs wallons


    Pour rappel, une première circulaire précisait hier que la méthode de collecte en porte-à-porte
    et via des points d’apports volontaires (bulles, conteneurs enterrés...) était maintenue et jugée
    prioritaire par rapport à la collecte dans les recyparcs et aux apports directs dans les
    ressourceries, les magasins de seconde main ou les donneries.


    Le tri sélectif est maintenu. En ce qui concerne la collecte en porte-à-porte des papiers-cartons,
    il sera demandé aux citoyens (éventuellement via un arrêté des bourgmestres) que ceux-ci ne
    déposent pas de mouchoirs en papier souillés dans ce flux de déchets collectés sélectivement,
    mais bien dans leur poubelle tout-venant fermée.

     

    TELECHARGER  communiqué

    https://gouvernement.wallonie.be/home.html

  • Le confinement prolongé jusqu'au 19 avril 2020 en Belgique

    Imprimer

    Les mesures de confinement entrées en vigueur le 18 mars dernier à la suite d’une réunion du Conseil national de sécurité seront valables jusqu’au 19 avril, soit le dimanche de fin des vacances de Pâques, ont confirmé vendredi soir plusieurs participants au Conseil national de Sécurité.

    Ces mesures étaient initialement valables jusqu’au 5 avril et ont été prolongées de deux semaines. En plus de ce prolongement, certaines précisions ont été apportées par la Première ministre Sophie Wilmès :

    – « Les mesures prises sont prolongées jusqu’au 19 avril. Et elles pourront l’être encore de deux semaines jusqu’au 3 mai »

    Mesures prises par le Conseil national de Sécurité du 27 mars 2020

    Lors du Conseil national de Sécurité (CNS) élargi aux ministres-présidents de ce vendredi 27 mars, il a été décidé que les mesures prises préalablement seront prolongées de deux semaines, jusqu’au 19 avril.

    Cette décision pourrait être renouvelée de deux semaines, jusqu’au 3 mai. La situation est en tout état de cause évaluée en continu.

    Des CNS seront convoqués régulièrement pour faire le point sur la situation.

    Pour rappel, le détail des mesures est disponible sur le site Internet www.info-coronavirus.be(link is external).

    Néanmoins, quelques précisions :

    • Concernant l’activité physique en plein air, l’activité physique et les promenades restent encouragées, toujours dans le respect de la distance sociale pour le temps de l’activité. Les citoyens sont donc en dehors de leur domicile le temps de l’activité uniquement. Il est demandé de rester en mouvement pendant l’activité (pas d’installation dans les parcs, par exemple).
    • Les « lockdown parties » organisées par quelques citoyens mettent en danger nos grands efforts et sont un problème récurrent qui a des conséquences sanitaires importantes, comme l’actualité nous l’a démontré. Ces fêtes restent bien entendu interdites.
    • En ce qui concerne les écoles, et particulièrement leur fonctionnement pendant les vacances de Pâques :
      • la règle reste la même. La garderie des enfants dans les écoles doit pouvoir être assurée pendant cette période aussi 
      • si cela s’avère vraiment impossible, une autre forme de garderie peut être organisée, qui respecte les conditions suivantes :
        • les enfants gardés ensemble jusqu’à présent devront continuer d’être pris en charge ensemble et ne pas être mélangés à d’autres enfants
        • les enfants seront de préférence pris en charge par des personnes avec qui ils ont déjà eu des contacts dernièrement

    Comme à chaque fois, les décisions reposent sur les recommandations des experts scientifiques fournies un peu plus tôt dans la journée.

    Les infractions sont et seront sanctionnées.

    De plus, nous mettrons en place à court-terme un système de perception immédiate des amendes.

    Chacun dispose d’une responsabilité individuelle et collective dans le respect de ces décisions qui, on le sait, sont difficiles. L’engagement, l’esprit de solidarité et de responsabilité de chaque Belge doivent être salués. Chacun le sait, ces mesures sont indispensables pour préserver notre santé.

    Le travail du personnel soignant doit aussi être mis en avant. Leur engagement au quotidien est remarquable et l’ensemble des autorités du pays met tout en œuvre pour assurer leur protection. Enfin, l’engagement de toutes les personnes qui continuent de faire fonctionner le pays au quotidien est également fondamental. Nous les remercions aussi.

    Continuez à prendre soin de vous ; continuez à prendre soin des autres.


    Vous pouvez à nouveau visionner la conférence de presse ici : https://youtu.be/zMBr4QvbkjQ?t=744(link is external)

    Plus d'informations : 

    https://www.belgium.be/fr

  • Fermeture des parcs montois dès ce vendredi 27 mars jusqu'à la fin du confinement

    Imprimer

    COVID 19 : fermeture des parcs montois 

    Il est porté à votre connaissance que pour des raisons de santé publique, la Ville de Mons a décidé de procéder à la fermeture de l’ensemble de ses parcs.

    Ces coins de verdure étant propices au rassemblement de personnes, il est nécessaire de les fermer afin de favoriser le respect de la distanciation sociale et donc d’être plus efficace dans la lutte contre la propagation du Coronavirus. En effet, des personnes continuent de s’y rendre en groupe, faisant fi des efforts réalisés collectivement afin de préserver la santé de chacun. 

    Nous sommes conscients que cette décision n’est pas des plus agréable, d’autant plus que les beaux jours reviennent et qu’il est difficile de résister à la tentation de prendre l’air mais la Ville se doit d’être responsable en prenant les mesures qui s’imposent.

    Ainsi, dès aujourd’hui, les pars publics du Waux-Hall, de Jemappes, d'Obourg, Bonneart à Ghlin, du Beffroi... ferment leurs portes et ce jusqu’à la levée du confinement.

    MONSLOGO1.gif

    https://www.mons.be/

  • Le stade Tondreau à Mons utilisé pour abri de nuit,l’Escale et relais santé

    Imprimer

    COVID 19 : le CPAS de la Ville de Mons prend de nouvelles mesures pour les sans-abris

    48B656F0-02F1-4423-A5F3-058CA62F6C11.jpeg

    Alors que la lutte contre la propagation du Coronavirus se poursuit, le CPAS de la Ville de Mons a décidé de prendre des mesures supplémentaires pour protéger les sans-abris, public particulièrement vulnérable et exposé au virus. Ainsi, des mesures exceptionnelles ont été prises pour assurer un accueil de qualité dans des conditions d'hygiène optimales :

    Après l'Abri de Nuit, l'Abri de Jour (l'Escale) et le Relais Santé déménagent eux aussi au Stade Tondreau, ce qui signifie un élargissement conséquent du nombre de places. Les conditions d’hygiène sont maximales, tant au niveau des usagers qu’au niveau du personnel (température prise régulièrement, gants, masques, gel hydroalcoolique, distance entre les lits…). A noter aussi que le CPAS continue d’assurer la distribution de la totalité des repas dont un repas chaud minimum par jour.

     

     Cette centralisation se fait en partenariat avec la Zone de police Mons/Quévy , la Ville de Mons, le Relais social urbain de Mons-Borinage, Médecins Du Monde Belgique et la Croix-Rouge de Belgique.

     

    La situation est réévaluée chaque jour, en accord avec le Bourgmestre et la Zone de Police.


    https://www.facebook.com/cpasvilledemons/

     

    cid:image002.gif@01D239AC.DAF827A0