Real Time Web Analytics

Le carillon itinérant à Mons

Un événement exceptionnel, la venue du carillon itinérant sur la Grand Place de Mons samedi 14 octobre 2017 entre 15h et 18h30

(pour la 2ème fois cette année après la Ducasse de Mons le 11 juin dernier) et après une « retraite » de près de 7 ans ! 

   3 concerts « Beatles » à 15h45  17h05  et 17h55  

Infos : http://beatlesday.eu/le-carillon-itinerant-reine-fabiola-sur-la-grand-place-de-mons-samedi-14-octobre-2017-pour-le-30eme-beatles-day/

carillonitinerant1.png

 

Le Carillon Itinérant  Reine Fabiola est un véritable instrument de concert ,capable de jouer toute la Musique,

comme sur n’importe quel instrument de beffroi et de tour.

Il comporte 4 octaves complètes + un si b grave.

Il compte 49 cloches.

Son poids total est de 8.690 kilos avec la remorque.  La plus grosse cloche pèse 375 kg

Il est accordé selon le » tempérament égal « , comme les pianos modernes.

Son avantage par rapport aux carillons de tours et beffrois, est qu’il est en Do (Ut). Ce qui rend son utilisation agréable

et plus facile si l’on veut le combiner avec d’autres instruments : fanfare, orchestre d’harmonie,

orchestre symphonique,  instrument soliste comme la trompette,  et même  pour accompagner des chœurs. par exemple.

Pour toute information complémentaire sur l’instrument ou sa location, adressez-vous à

ASBL Carillons Montois

4 rampe Sainte Waudru à 7000 Mons

carillonsmontois@gmail.com

 

laprovincelogo.png

C’est un mastodonte de plus de huit tonnes ; c’est, surtout, un instrument unique en Wallonie. Le carillon itinérant Reine Fabiola, dont les 49 cloches ont résonné un peu partout (jusqu’à Disneyland-Paris !) pendant une vingtaine d’années avant d’être forcées au silence, va reprendre la route et redonner de la voix.

Cet instrument extraordinaire avait été voulu par une musicienne : la regrettée carillonneuse Paula Van de Wiele (décédée en 2000). Après avoir fait une tournée avec le carillon itinérant de la ville de Douai (France), elle avait lancé en 1986 le projet de faire fabriquer un tel instrument pour Mons, plus précisément pour l’association « Catiau montois & carillons ».

Une souscription avait été lancée, mais la somme à réunir était si élevée (5 millions de francs belges, soit 124.000 € sans tenir compte de trente ans d’inflation...) qu’on n’y serait jamais arrivé sans l’intervention généreuse d’un mécène : Pierre Delhaize (aujourd’hui décédé), qui dirigeait à l’époque la chaîne de supérettes Louis Delhaize.

Un coup de cœur de l’homme d’affaires: «  Combien coûte-t-il ? Je vous le rachète!  » avait-il lancé.

C’est ainsi que les cloches qui ont joué pendant plus de vingt ans un peu partout en Belgique et même à l’étranger portent le nom de Delhaize...

A Mons, on pouvait voir le carillon itinérant en haut de la rampe Saint-Waudru le lundi de la ducasse, notamment.

Mais au fil des ans, les protagonistes de cette aventure disparaissent les uns après les autres... Et pour finir, le carillon aussi!

Ce sont les organisateurs du Beatles’ Day qui se sont mis en tête de le retrouver. «  Après un concert Beatles aux grandes orgues, on s’est dit: l’an prochain, au carillon itinérant! raconte Bernard Dutrieux, secrétaire de l’ASBL Carillons Montois. Mais, au fait... Où est-il ? ! Ça a été une vraie enquête! On a fini par le retrouver dans un hangar de Delhaize au grand duché de Luxembourg.  »

Les discussions avec le nouveau patron de l’entreprise, M. Van Cutsem, ont pris beaucoup de temps. Mais ont fini par être couronnées de succès. La nouvelle association créée en 2012, Carillons Montois, a su convaincre de son sérieux. «  Et Delfood a refusé une offre étrangère car il tient à ce que l’instrument reste en Wallonie  », salue Bernard Dutrieux. 

Un colosse de 8.500 kg

Le carillon itinérant Reine Fabiola pèse 8,5 tonnes, dont 2.206 kg de cloches (en bronze). Il mesure 7m50 de long sur 2m18 de large et 3m95 de haut.

49 cloches

Le carillon itinérant est un « vrai » carillon, comptant 49 cloches que le carillonneur anime depuis un clavier similaire aux claviers des carillons fixes (comme celui du beffroi de Mons par exemple). Il ne faut pas le confondre avec le carillon portatif que l’on peut voir et entendre à la procession à Mons, celui-ci est beaucoup plus petit (25 cloches frappées directement par la carillonneuse, pas de clavier).

270.000 €

Valeur estimée de l’instrument par les assureurs, aujourd’hui. Pour le fabriquer, à la fin des années quatre-vingts, il avait fallu réunir 5 millions de francs belges (124.000 euros).

 
 

http://mons.laprovince.be/72814/article/2017-04-21/le-carillon-perdu-revient-mons

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel