Real Time Web Analytics

Expo photos "Prison corporelle" Gaëtan Lelong à la Maison des Employés du 16 juin au 7 juillet 2017

https://maisondesemployes.wordpress.com/gaetan-lelong/received_1340096202745361.jpeg

 

Gaëtan Lelong est éducateur de formation et travaille depuis 16 ans en IPPJ. Il a d’abord exercé comme éducateur en régime ouvert, jusqu’en 2010, et depuis comme enseignant en histoire et éducation citoyenne en régime fermé.
Il est père de 3 enfants.

Il a débuté la photographie totalement par hasard en 2014 et est complètement autodidacte.
Il s’est installé très vite comme indépendant, il a associé sa sensibilité et son empathie à la photographie. Il s’est tout naturellement tourné vers l’approche de la réconciliation corporelle via la photo.
Il aime souvent reprendre l’expression: « La beauté est dans l’œil de celui qui regarde ».
Il pense qu’il a simplement un regard diffèrent sur le monde et sur les gens, il essaie d’aller chercher cette beauté intérieure de chacun et de la faire ressortir sur ses clichés.

Depuis 2 ans, il a fondé une agence de modèles, y compris modèles rondes.
Il a une approche très sociable de la photographie et travaille toujours dans la bonne humeur.

Pourquoi Prison Corporelle ?

Il a décidé d’ouvrir ce projet à toutes les femmes sans aucun critère de sélection et totalement gratuitement.
Sa seule conditions : avoir un complexe corporel et vouloir le surmonter.
Le résultat émotionnel de toutes ces femmes est unanimement positif. Certaines expliqueront même « re-vivre » depuis cette expérience.
Le rendu photographique ? A vous de juger…
Ses clichés sont volontairement imparfaits techniquement car pourquoi vouloir une perfection de l’imperfection ?
En effet toutes ses modèles sont physiquement imparfaites selon les critères sociétaux mais c’est justement cette imperfection qui fait leur beauté.
Quoi de plus beau que la nature telle qu’elle est ?
Son travail n’a pas vocation de thérapie, il n’a pas l’audace de se substituer à un accompagnateur psychologique. Il a juste essayé de faire passer ce message : « Il ne faut pas attendre d’être parfaite pour commencer à vivre ». Nous vivons tous dans une prison corporelle, nous ne choisissons pas cette enveloppe charnelle, nous la subissons et les femmes encore plus durement que les hommes.
La société et les médias nous disent que nous devons nous contenter de vivre dans cette prison en regardant les quelques élites parfait, en rêvant d’être à leur place.
Mais nous avons tous la clé de cette cellule corporelle, il suffit simplement de trouver la force d’ouvrir la porte.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel