Real Time Web Analytics

Ailleurs en Folie ABIDJAN du 21 avril au 1er mai 2016 à la Maison Folie Rue des Arbalestriers 8 à Mons

abidjanprog-page-001.jpg

                             C’est reparti pour les Ailleurs en Folie !

                Abidjan (Côte d'Ivoire) à l'honneur

C’est le manège.mons qui hérite du concept et qui vous fera vibrer aux rythmes de ces villes hors du commun à découvrir à la Maison Folie.

Après Tokyo, Lille, Pilsen, Milan, c’est au tour d’Abidjan de nous faire découvrir ses plus beaux atours.

ABIDJAN.jpg

Mons 2015 a fait découvrir au public des villes comme Tokyo, Londres, ou encore Milan au travers du concept d’Ailleurs en Folie. Le manège.mons hérite des festivités et vous propose une escale africaine : Abidjan.

Du 21 avril au 1er mai, le voyage vous plongera dans une Côte d’Ivoire d’hier et d’aujourd’hui, ses contrastes, ses couleurs, sa beauté naturelle, le tout au service d’une richesse culturelle. Les festivités seront lancées par une parade de marionnettes (géants bariolés et balafons) qui démarrera de la Grand Place pour arriver à la Maison Folie où un concert du groupe LamôgôyaJazz vous initiera à un afro-jazz coloré et langoureux.

abidjanprog-page-005.jpg

PROGRAMMATION

Côté programmation, L’Ailleurs en folie vous proposera une sélection éclectique: Aya de Yopougon, bande dessinée primée au Festival d’Angoulême et ayant fait l’objet d’une adaptation cinéma, sera projetée en présence de Marguerite Abouet, réalisatrice du film, le samedi 23 avril. Également à l’affiche, la pièce de théâtre, le Tambour de l’Union vous sera présentée par la Compagnie Ivoire Marionnettes. Le spectacle a été récompensé du prix ONG/UNESCO. Ne manquez surtout pas la performance musicale d’Aly Keita & Friends, lors d’un concert le 27 avril. Superstar du balafon, il explorera tous les répertoires musicaux, et plus particulièrement le jazz qu’il a appris aux Etats-Unis… Émerveillement, délicatesse seront au rendez-vous. La soirée de clôture est fixée au 30 avril, avec le Bal Poussière, petit clin d’œil aux fêtes organisées dans les villages. Une autre facette d’Abidjan plus festive….

abidjanprog-page-010.jpg

La Maison Folie, quant à elle, sera habitée par les artistes de là-bas. Vous découvrirez notamment le maquis : l’endroit idéal pour s’imprégner de la culture ivoirienne. Sorte de bar du coin où les Ivoiriens échangent autour d’un verre et de mets traditionnels. Raymond Dakoua, photographe ivoirien installé à Bruxelles, viendra présenter l’exposition Guantanamo in Babi, qui propose un regard sur la situation post-électorale, dans une zone pro-Gbagbo.

EXPOSITION : VEN 22 AVRIL > DIM 1 MAI
Horaires: 14H > 18H FERMÉ LUNDI ET MARDI
Ouvert jusqu’à 20h les soirs de spectacles

GUANTÁNAMO IN BABI (2010-2011)
EXPOSITION PHOTOGRAPHIQUE
DE RAYMOND DAKOUA
Guantanamo est le nom d’une zone d’Abidjan connue pour sa forte population de militants pro-Gbagbo. Des jeunes patriotes de différentes régions qui se sont retrouvés au chômage et sans possibilité de réinsertion après la chute de leur président. Un regard sensible sur la violence quotidienne de ces hommes, femmes à l’abandon.

Qui est Raymond Dakoua ?

Raymond Dakoua est né en Côte d’Ivoire et vit à Bruxelles depuis de nombreuses années. Il a obtenu son diplôme de Photographie et de comptabilité à l’école Agnès Varda à Bruxelles en 2002.
En 2003, il créa un collectif (Luna) avec 6 personnes photographes.
Quelques années plus tard, il créa une autre association (Un Autre Regard) avec 2 autres personnes.
Attentif à la permanence des traditions comme à l’évolution des cultures et de la vie sociale, le photographe promène son regard sur de multiples sujets concernant l’homme et les situations sociales, politiques, écologies, religions et géographiques. Il se met au service de quelques organisations humanitaires comme La Croix rouge International, Handicap Internationale, Goodplanet, Vétérinaires Sans Frontières.
Des expositions remarquées, comme celle consacrée aux Eglises de Réveil (Effervescences, Botanique) – accompagnée d’une publication éditée aux Editions Husson.

www.raymonddakoua.com

LES TÉMOINS DE TEMPS
INSTALLATION
DE YAPO PATRICK YAPO
Explorez les mythes, divinités, personnages, ancêtres de la Côte d’ivoire. Une installation plastique aux couleurs joyeuses, au registre sobre ; ça respire la terre et le soleil !

En collaboration avec les étudiants de la Haute Ecole en Hainaut

NOUCHI ET AUTRES SAVEURS DU LANGAGE
ILLUSTRATION / VIDÉO
Le Nouchi, c’est un jargon jeune et mystérieux fait de mots détournés, mélange entre des langues étudiées à l’école et des dialectes locaux. Les étudiants de la Haute École
vous proposent dessins, illustrations, vidéos autour de ce langage savoureux.

DONNE-MOI UNE RAISON DE RESTER
PEINTURE / INSTALLATION
PAR DÉSIRÉ AMANI
Entre art africain, BD et street art, une oeuvre qui signe un hymne à la femme, à son rôle et à son image dans la société africaine.

Qui est Désiré Amani ?

Désiré est un orateur infatigable, c’est un personnage fantasque, fascinant et attachant. L’intérêt de cet artiste réside dans la diversité de ses approches très contemporaines qu’il ancre toujours dans la tradition Ivoirienne. Par le biais de sa pratique de performeur, il explore des rituels anciens pour questionner les spectateurs sur des thèmes comme « l’écologie, l’humanité, le rapport entre les hommes et leur attachement à l’environnement, sous une approche spécifique de la spiritualité dans l’investissement de la performance rituelle ou du tout-monde art ». En ce sens, il demeure un citoyen du monde, un artiste du monde d’où un enfant du tout-monde qui s’enracine là où se croise la diversité des cultures dites métissées. En somme, Désiré AMANI reste et demeure un performeur à vie, toujours dans ses débordements de son enracinement déraciné ou dans son déracinement enraciné. Il choque et décale les cultures par son art pluridimensionnel, là où il pose son corps.

« Mon approche, est de considérer que la vie est un challenge. Cette réflexion prend sa source dans les défis que chacun d’entre nous a à relever. Chacun de nous a des rêves et pour les réaliser nous devons passer par des étapes qui sont rapides pour certains et parfois plus complexes pour d'autres.
La vie, ce n'est pas une course, c'est plutôt un marathon. »

N’ZASSA OU À 4 MAINS AU MOINS
ATELIER / PERFORMANCE / LIVE
PAR MYRIAM DESY & PATRICK YAPO
Myriam Desy est plasticienne montoise. Patrick Yapo est peintre ivoirien. Depuis quelques mois, l’un et l’autre échangent autour de leurs productions, de leurs démarches, de leurs découvertes, de leurs hésitations, de leurs projets. Résultat en live dans leur atelier-performance à la Maison Folie.

Qui est Patrick Yapo ?
L’artiste peintre-sculpteur Patrick Yapaud s’inscrit tout à fait dans les principes du mouvement VOHOU-VOHOU. Initié par son Maître Youssouf Bath. Le Vohou-Vohou est le mouvement artistique ivoirien né dans les années 70 en réaction à l’enseignement académique dispensé dans les écoles françaises. Les préoccupations du VOHOU-VOHOU sont identitaires, la démarche est basée sur une recherche expérimentale tournée vers les supports et médiums…terre, écorce, tissus…
Dans ses peintures, Yapo partage avec nous les couleurs de son pays, les couleurs de la terre, du soleil, …sa palette est joyeuse. Il représente des scènes du quotidien dans un registre formel sobre et simplifié. Ses compositions offrent de nombreuses surprises par le jeu des juxtapositions et superpositions…

Qui est Myriam Desy ?
Enseigne à la section du régendat en arts plastiques de la Haute Ecole en Hainaut à Mons, y anime l’atelier de formes-couleurs-matières et de volume-espace associés à des préoccupations didactiques.
Les thèmes qu’elle explore en tant que plasticienne sont proches de l’intime : le couple, la relation, le jeu des frontières à altérer, la perte de l’innocence… et les formes en sont diverses.
Fondatrice de la maison d’édition K-My’ en juin 2016

                                http://www.lemanege.com/

Les commentaires sont fermés.